L’UNICEF demande aux journalistes de promouvoir la santé des enfants

0 244

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a exhorté les journalistes à assurer un reportage efficace sur les questions médicales afin de promouvoir la santé des enfants. Tushar Rane, chef du bureau de terrain de l’UNICEF à Bauchi, a donné cette charge lors d’un dialogue de deux jours avec les médias, mardi à Gombe.

Selon lui, les médias jouent un rôle important dans la sensibilisation de la population à la promotion de la santé et de la survie de l’enfant au cours des 1 000 premiers jours de sa naissance. D’après M. Rane, les 1 000 premiers jours de l’enfant vont de la grossesse à deux ans après la naissance, ajoutant que cette période est cruciale pour le développement physique et cérébral de l’enfant.

Il a mentionné que 50 % du cerveau de l’enfant se développait à la naissance et atteignait 75 % à l’âge de deux ans, déplorant que les enfants pauvres soient exposés au risque de malnutrition au cours des 1 000 premiers jours.

M. Rane a demandé aux journalistes de sensibiliser le public, à travers leurs reportages, à la promotion de la santé et de la survie de l’enfant.

“Les voies neuronales se développent le plus rapidement au cours des jours mentionnés ci-dessus, d’où la nécessité de sensibiliser le public à la santé de l’enfant”, a-t-il révélé.

Dr Rilwanu Mohammed, président de l’Agence de développement des soins de santé primaires de l’État de Bauchi, a également souligné la nécessité pour les mères de se familiariser avec le processus de développement de l’enfant au cours des 1 000 premiers jours.

Représenté par Dr Jibril Mohammed, directeur de l’administration et des finances de l’agence, M. Mohammed a également recommandé aux mères de dormir suffisamment.

“Un repos adéquat, c’est-à-dire suffisamment de sommeil pour les femmes enceintes, est important pour que le métabolisme se déroule normalement et pour éviter les complications, la dépression pouvant s’installer en raison des complications.

“L’enfant peut également développer des malformations à cause de ces complications”, a-t-il précisé.

Il a donc exhorté les journalistes à informer les parents afin d’encourager l’utilisation des services de soins de santé primaires pour assurer la bonne santé des enfants.

Selon les journalistes, environ 35 professionnels des médias venus d’Adamawa, de Bauchi, de Taraba et du Territoire de la Capitale Fédérale (FCT) ont participé à l’exercice.

Leave A Reply

Your email address will not be published.