La Chambre basse prépare des mesures pour améliorer le bien-être des députés

Détails avec Gloria Essien, Abuja

0 337

La Chambre des représentants va prendre des mesures rapides pour résoudre les problèmes de bien-être des membres.

Le président de la Chambre, Hon Tajudeen Abbas, a fait cette annonce lors de la reprise de la plénière, à Abuja.

Il a réitéré que les congés parlementaires permettaient aux membres de se reposer et de se rafraîchir l’esprit et le corps pour élaborer des lois pour le bien des citoyens nigérians et de la nation.

“La courte pause, qui a culminé avec la célébration de la Tabaski, a permis à nos frères musulmans de réfléchir et de se ressourcer spirituellement. Je suis ravi de voir que nous sommes tous de retour, frais et dispos pour la tâche qui nous attend. Nous remercions Dieu pour sa miséricorde, sa bonté et sa protection et pour nous avoir tous ramenés sains et saufs. Nous prions pour que la grâce de Dieu perdure”, a déclaré Hon Abbas.

Il a indiqué que les six comités mis en place avant les vacances ont continué à travailler et ont fait d’énormes progrès.

“C’est particulièrement le cas des commissions du bien-être et de l’agenda législatif. La commission a conclu l’attribution des bureaux, des parkings et des sièges dans l’hémicycle pour que les députés s’installent rapidement pendant que d’autres questions liées à l’environnement de travail sont réglées. La direction de la Chambre prendra des mesures rapides pour répondre aux besoins des députés en matière de bien-être. Je tiens à remercier les membres des commissions, en particulier ceux qui sont chargés de l’attribution des bureaux, qui ont sacrifié leurs vacances pour s’assurer que les bureaux, les parkings et les sièges étaient prêts avant notre reprise. Je remercie également la commission de l’agenda législatif, qui a siégé pendant les vacances. Nous continuerons à travailler ensemble pour garantir un environnement très propice à l’accomplissement de nos tâches législatives”. a-t-il révélé.

Il a également souligné que la constitution des commissions est en cours, le processus étant conçu pour répondre aux intérêts de chaque membre, indépendamment de son parti et de son affiliation politique.

“Toutefois, nous serons guidés par les intérêts législatifs, l’expérience, les capacités et les antécédents de chaque membre. Le même principe devrait être adopté pour pourvoir les postes principaux restants de la Chambre”. Il a ajouté.

Il a également souligné que la constitution des commissions est en cours, le processus étant conçu pour répondre aux intérêts de chaque membre, indépendamment de son parti et de son affiliation politique.

“Toutefois, nous serons guidés par les intérêts législatifs, les expériences, les capacités et les antécédents de chaque membre. Le même principe devrait être adopté pour pourvoir les postes principaux restants de la Chambre”. Il a ajouté.

Le président a ajouté que la dixième assemblée ne peut pas ignorer les défis en matière de capacité auxquels elle doit faire face alors qu’elle s’apprête à travailler.

“Cela est dû, bien sûr, au taux de rotation élevé de la législature. C’est peut-être le plus élevé de notre parcours démocratique depuis 1999. C’est pourquoi je vous demande de tenir compte de la compétence, de la capacité et de l’expérience dans le choix de vos assistants. Il existe, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Assemblée nationale, un grand nombre de personnes expérimentées sur lesquelles vous pouvez compter. Votre succès en tant que législateur dépend en grande partie de la qualité de vos assistants législatifs et des fonctionnaires législatifs. Compte tenu du taux élevé de rotation des députés, qui fait désormais partie de notre culture démocratique, l’Assemblée envisagera à l’avenir de professionnaliser les services d’assistants législatifs afin de garantir aux nouveaux députés une transition plus harmonieuse au sein de l’Assemblée”.

Il a ajouté que les députés ont été convoqués à des réunions d’information et à des conférences de presse, notant que les députés ont été appelés à servir dans l’une des périodes les plus difficiles pour leurs électeurs et la nation.

“L’administration actuelle, dont nous faisons partie, est confrontée à de nombreux problèmes économiques, notamment une dette énorme, un marché pétrolier international volatil, un chômage croissant, une hyperinflation, un taux de pauvreté élevé, un déficit d’infrastructures, une désindustrialisation, et bien d’autres encore. Tout cela exige une attention et une action immédiates. Je n’ai pas besoin de rappeler que nos électeurs traversent de nombreuses difficultés à la suite de l’arrêt des subventions gouvernementales sur les produits pétroliers. Bien que prise dans l’intérêt supérieur de la nation, cette action singulière a entraîné une augmentation des prix des produits de base, des coûts de transport et des coûts opérationnels pour les entreprises, ainsi que du coût de la vie en général. Pendant que l’exécutif propose des politiques et des programmes pour atténuer l’impact de la fin des subventions, nous devons être prêts à répondre par les actions législatives nécessaires à cet égard. Il est indéniable que la Chambre des représentants et, en fait, l’Assemblée nationale, jouent un rôle vital dans la trajectoire économique de ce pays. Par conséquent, nous devons proposer des réformes législatives pour débloquer la croissance économique du Nigeria et le développement de nos vastes ressources humaines et naturelles. Pour y parvenir, nous devons nous concentrer sur l’élimination des goulets d’étranglement dans les secteurs critiques de l’économie par le biais de législations appropriées positionnant les industries émergentes qui attireront les investisseurs étrangers et nationaux et, à leur tour, créeront un développement économique durable”. Il a insisté sur ce point.

Il a également précisé que les défis économiques du Nigéria sont aggravés par la situation sécuritaire précaire du pays, malgré les efforts louables et les énormes sacrifices de notre personnel de sécurité.

“La relation entre les crises économiques et la situation sécuritaire précaire laisse le pays dans un bourbier, car les deux sont des retombées l’une de l’autre et se renforcent l’une l’autre. Malgré les succès de nos forces de sécurité dans la protection des vies et des biens, la sécurité intérieure reste précaire et difficile. Au cours de nos vacances, la nation a été témoin d’attaques non provoquées contre des étudiants innocents de l’université fédérale de Gusau, de l’assassinat de fermiers à Birnin Gwari, des attaques dans les communautés du gouvernement local de Mangu dans l’État du Plateau, des meurtres signalés dans l’État d’Anambra et d’autres cas similaires qui sont signalés et souvent non signalés. Nous prendrons des mesures législatives adéquates et proactives pour renforcer encore nos forces de sécurité afin de débarrasser notre nation de ces criminels. Je dois saluer l’action rapide du président de la République fédérale du Nigéria, son Excellence Asiwaju Bola Ahmed Tinubu, qui a injecté des idées nouvelles dans le secteur de la sécurité en nommant de nouveaux chefs de la sécurité. Nous espérons que les nouveaux chefs de service de sécurité répondront à la situation sécuritaire avec l’urgence qu’elle requiert. Pour notre part, nous apporterons le soutien législatif nécessaire à la défense de notre nation”. a déclaré M. Abbas.

Il a également intimé que cette Assemblée est un parlement de citoyens et qu’à cet égard, la commission de l’ordre du jour législatif engagera tous les membres par le biais de plates-formes appropriées pour élaborer un ordre du jour législatif des citoyens.

Il a appelé tous les membres à participer activement à ce processus lorsqu’ils seront sollicités et a souligné que dans l’agenda législatif, la “Chambre accordera une attention prioritaire au processus de budgétisation participative et à l’exécution, à la réforme législative, à la réforme électorale, à la participation et à l’inclusion des femmes dans la gouvernance, à l’amélioration des conditions socio-économiques, à l’entrepreneuriat, à l’emploi, à la santé et à l’éducation, aux infrastructures, à la diplomatie axée sur les citoyens, au développement des capacités institutionnelles et à l’engagement des citoyens, à l’amendement constitutionnel et à la restructuration, à l’énergie renouvelable”, entre autres.

Il a prié pour que leurs efforts collectifs apportent un changement positif et transforment le Nigéria en une lueur d’espoir et d’opportunités.

Leave A Reply

Your email address will not be published.