L’épouse de Ooni d’Ife soutient la volonté d’autonomiser les femmes à travers l’éducation

0 294

L’épouse de l’Ooni d’Ife, Olori Aderonke Ademiluyi-Ogunwusi, a réitéré la résolution de Sa Majesté Impériale, Oba Ogunwusi Adeyeye, d’utiliser la plateforme du concours culturel et de leadership Queen Moremi Ajasoro pour promouvoir les rôles de leadership dans l’avenir de nos jeunes filles, comme l’a fait la reine mère de son vivant.

Mme Ademiluyi a fait ces remarques lors d’un entretien téléphonique avec NollyNow, au cours de la semaine.

Elle a rappelé les circonstances qui ont conduit à la création du Queen Moremi Educational Fund, révélant que l’objectif était d’aider un rapatrié d’Oman, un pays du Moyen-Orient, à acquérir une formation universitaire.

Selon Queen Ronke, la personne rapatriée, une jeune fille qui a participé à l’édition 2016 du concours de beauté, a été victime de trafic vers Oman en tant qu’esclave sexuelle. Elle est revenue au pays sans rien, et pour recommencer sa vie, elle s’est inscrite au concours Queen Moremi Cultural and Leadership.

Olori Aderonke a expliqué que son histoire avait suscité de l’intérêt après le concours, ce qui a conduit Sa Majesté Impériale, Oba Ogunwusi Adeyeye, à parrainer ses études universitaires lorsqu’elle a exprimé son désir de retourner à l’école.

“C’est à ce moment-là que nous avons créé le Queen Moremi Educational Fund. Nous l’avons formée à l’université. Elle a obtenu un diplôme en gestion d’entreprise à l’université Obafemi Awolowo d’Ile-Ife.

”Elle est maintenant mariée. Ironie du sort, elle vit actuellement à Dubaï avec son mari, par le même chemin que celui qu’ils ont emprunté pour la faire sortir du Nigéria en tant que victime de l’esclavage sexuel. Elle a maintenant créé une agence avec son mari pour aider d’autres victimes”.

En ce qui concerne le concours Moremi Cultural and Leadership, Olori Aderonke, fondatrice des Africa Fashion Weeks de Londres et du Nigéria, a révélé que ce concours avait été créé pour promouvoir nos cultures et préparer les jeunes filles à devenir de futures dirigeantes.

Pour elle, le fait d’organiser ce concours depuis sept ans a permis à de nombreuses jeunes filles issues de milieux culturels différents de se faire connaître.

Elle a laissé entendre que l’édition de cette année du concours de beauté se tiendrait dans le courant de l’année.

Le concours, lancé par l’Ooni d’Ife, Oba Ogunwusi Adeyeye, visait à promouvoir la culture yoruba auprès des jeunes femmes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *