Que signifie ”June 12” au Nigéria?

Article de Taiwo Ojedele

0 642

Les Nigérians célèbrent ce 12 juin la Journée de la démocratie, également connue sous le nom de June 12. Mais en tout état de cause, le 12 juin est une date comme une autre dans l’année. Toutefois, cette date revêt une importance particulière dans l’histoire politique au Nigéria.

La Journée de la démocratie a d’abord été célébrée le 29 mai de l’année pour commémorer le jour où les militaires ont cédé le pouvoir à un gouvernement civil élu en 1999. Cela s’est produit après plusieurs interrègnes militaires. Elle a marqué le début du plus long régime civil ininterrompu depuis l’indépendance du Nigeria en 1960. Compte tenu de l’importance du 12 juin dans l’histoire du Nigéria, l’ancien président Muhammadu Buhari a déclaré le 6 juin 2018, soit six jours après le 12 juin de cette année, que ce jour était la Journée de la démocratie au Nigéria.

La Journée de la démocratie revêt une importance considérable pour de nombreux Nigérians. C’est à cette date, en 1993, que des élections générales ont été organisées pour la première fois depuis le coup d’État militaire de 1983, qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu de feu le président Shehu Shagari.

De nombreux observateurs ont décrit cet événement comme le plus important de l’histoire politique du Nigéria après l’indépendance. Une élection largement considérée comme la plus libre, la plus équitable et la plus pacifique jamais organisée au pays.

Le 12 juin, il y a trente ans, quelque 14 millions de Nigérians ont mis de côté leurs appartenances ethniques, religieuses, sociales et régionales pour élire leur président, dans l’espoir de mettre fin à plusieurs années de dictature militaire.

L’euphorie a été de courte durée. Les résultats de l’élection n’ont jamais été publiés. Toutefois, des résultats officieux ont indiqué que le candidat à la présidence du parti social-démocrate (SDP) de l’époque, feu le chef Moshood Kashimawo Abiola, l’avait emporté à une écrasante majorité.

Même si les citoyens célèbrent ce que le 12 juin représente dans l’histoire de la nation, les Nigérians ne doivent pas perdre de vue les leçons inhérentes à cette lutte.

Bien qu’aujourd’hui, le pays baigne dans l’euphorie d’une passation pacifique du pouvoir par des gouvernements successifs démocratiquement élus, ce n’est pas encore l’Eldorado.

Le gouvernement et tous les Nigérians doivent veiller à ce que les promesses non tenues du 12 juin, telles que l’élimination de la pauvreté, l’équité et la justice, se concrétisent.

La prospérité économique, la sécurité, la bonne volonté et le sens de l’unité, qui sont quelques-unes des caractéristiques des luttes du 12 juin, devraient être considérés comme les éléments constitutifs d’une démocratie véritable et durable.

Pendant que l’administration actuelle du président Bola Ahmed Tinubu est sur le point de prendre son envol, le 12 juin doit rester le point de référence. Cela devrait se refléter dans les nominations, en mettant de côté l’ethnicité, la religion, le régionalisme ou l’appartenance à un parti.

Ce principe devrait également s’appliquer à toutes les branches du gouvernement : l’exécutif, le législatif et le judiciaire.

L’esprit du 12 juin était connu pour son impartialité, son équité et sa justice; ce devrait être le point d’ancrage du Congrès All Progressives, APC, au pouvoir, si le 12 juin doit être bien célébré comme la journée de la démocratie.

Les Nigérians de toutes les couches et de toutes les régions du pays doivent s’unir derrière le nouveau président, Bola Ahmed Tinubu, qui a également joué un rôle majeur dans la lutte du 12 juin, pour construire une société plus industrieuse et plus pacifique, afin que tous les Nigérians puissent jouir d’un avenir plus grand, plus brillant et plus gratifiant.

En effet, le 12 juin devrait servir de rappel permanent aux Nigérians sur l’impératif de poursuivre la cause de la justice dans toutes les sphères de la vie comme condition nécessaire à la paix et au progrès.

Le gouvernement devrait également renouveler son engagement à utiliser la démocratie comme moyen d’éliminer la pauvreté et les conflits de l’État nigérian, afin qu’à la fin, la paix, la justice, la sécurité et le développement économique soient évidents dans chaque communauté, dans les zones de gouvernement local, dans les États en particulier et dans l’ensemble du Nigeria.

 

Traduction faite par Mourtada Nanzif Adékounlé

Leave A Reply

Your email address will not be published.