Une ONG appelle à la protection des cultivateurs indigènes dans l’État d’Ogun

0 255

Un groupe de réflexion écologique, Health of Mother Earth Foundation (HOMEF), a appelé à la protection des agriculteurs indigènes et des terres agricoles dans l’État d’Ogun.

Le groupe, dans une déclaration publiée par son directeur, le Dr Nnimmo Bassey, a appelé à la prudence concernant l’investissement proposé par le gouvernement égyptien dans la zone agro-industrielle de l’État d’Ogun.

Le directeur a déclaré que ce projet pourrait mettre en danger l’accès aux terres agricoles et les moyens de subsistance des citoyens de l’État. Il pourrait tout simplement s’agir d’un accaparement massif de terres et compromettre les résultats obtenus en matière de sécurité alimentaire au Nigeria. Il est inacceptable que nos terres agricoles soient accaparées de cette manière pour planter des cultures, traiter les produits et exporter les recettes vers l’Égypte. Il s’agit d’une conception coloniale qui sapera définitivement l’économie locale de la population.

Cet investissement vise à transformer nos agriculteurs en ouvriers agricoles et à en faire une main-d’œuvre bon marché et jetable pour produire de la nourriture pour l’Égypte, alors que nous continuons à dépendre largement des importations de denrées alimentaires, a-t-elle déclaré.

Bassey a également cité la directrice des programmes de HOMEF et Lead on Hunger Politics, Joyce Brown, qui a mis en garde contre la pratique de la monoculture.

Elle a déclaré que cette pratique avait de graves répercussions sur la biodiversité, la diversité nutritionnelle, la fertilité des sols et le bien-être économique des populations.

“Il est clair que l’investissement proposé par le gouvernement égyptien donne la priorité à la monoculture et à la production orientée vers l’exportation, au détriment des besoins alimentaires locaux. Cela réduit à néant les efforts déployés pour améliorer la sécurité alimentaire du Nigeria. Cela peut alimenter la dépendance économique et la volatilité”, a indiqué M. Brown.

Le groupe a également désapprouvé l’acquisition, le transfert et la redistribution forcés de terres à des spéculateurs étrangers par les gouvernements des États, sous prétexte de lutter contre l’insécurité alimentaire.

Il a déclaré que la terre était au cœur de la culture, de l’économie et du bien-être des autochtones et qu’elle était la clé d’une riche tapisserie de l’expérience humaine.

Selon le groupe, cela s’ajoute au sentiment d’identité, d’appartenance et de signification qu’elle procure aux individus et aux communautés.

“Il est important de reconnaître et de respecter ces interconnexions, non seulement pour la sécurité alimentaire, mais aussi pour favoriser la diversité culturelle, préserver les écosystèmes et promouvoir des pratiques durables qui honorent à la fois la terre et les pratiques culturelles qui lui sont associées.

“À l’heure actuelle, les meilleurs investissements dans l’agriculture seront ceux qui donneront la priorité aux besoins alimentaires locaux et qui s’appuieront sur la collaboration avec les agriculteurs.

“Ils devraient également promouvoir la biodiversité, renforcer nos écosystèmes, refroidir la planète et assurer la souveraineté et la sécurité alimentaires”.

Leave A Reply

Your email address will not be published.