Nigéria: lancement d’une politique sur la blockchain/inauguration d’un comité national de mise en œuvre

Na'ankwat Dariem, Abuja

0 272

Le gouvernement nigérian a officiellement lancé la politique nationale de blockchain pour le Nigéria et inauguré un comité de mise en œuvre/de pilotage composé de 29 membres.

Ceci afin d’accélérer l’adoption et d’utiliser les gains des technologies émergentes dans la quatrième révolution industrielle.

Le ministre des communications et de l’économie numérique, le professeur Isa Pantami, a procédé au dévoilement au nom du président Muhammadu Buhari à Abuja, la capitale nigériane.

 

Le professeur Pantami a rappelé que le parcours de la technologie Blockchain a officiellement commencé au Nigéria le 28 novembre 2019 au Centre de conférence international, Abuja, où le président Muhammadu Buhari a dévoilé et lancé la politique et la stratégie nationales de l’économie numérique NDEPS, pour un Nigéria numérique.

Il a expliqué que le septième pilier, à savoir la société numérique et les technologies émergentes, sur les huit que compte la politique, est en train de réaliser les progrès souhaités, car la blockchain reste l’une des technologies émergentes.

“Pour mettre en œuvre le septième pilier, nous avons dû élaborer d’autres politiques, notamment la politique relative à l’intelligence artificielle et à la robotique, qui a conduit à la création du tout premier Centre national pour l’intelligence artificielle et la robotique (NCAIR) en Afrique, situé ici à Abuja. En outre, dans le cadre de nos efforts pour mettre en œuvre la politique, en particulier le septième pilier, nous avons élaboré la politique nationale de blockchain pour le Nigéria”, a-t-il précisé.

Le ministre a souligné l’importance de la technologie pour l’économie numérique de la nation, notant que les nations africaines, en particulier le Nigéria, participent activement à la quatrième révolution industrielle qui, a-t-il ajouté, est une extension de la troisième révolution.

“La technologie blockchain, l’intelligence artificielle (IA), la robotique, l’informatique en nuage et quantique, la réalité virtuelle et augmentée, les véhicules autonomes, la biotechnologie, la 5G et la cybersécurité sont toutes des technologies perturbatrices issues de la quatrième révolution industrielle et le Nigéria est l’un des trois pays africains au moins qui participent activement à la quatrième révolution industrielle”, a noté M. Pantami.

Selon le ministre, les succès des exploits et des démonstrations d’ingéniosité des innovateurs nigérians soulignent la position du pays en tant qu’acteur clé du progrès technologique de l’Afrique et renforcent la position du pays en tant que principal centre de startups en Afrique.

Tout en notant le développement et l’approbation subséquente de la politique nationale de la blockchain le 3 mai 2023, il a affirmé que la technologie et tous ses composants et types ne sont plus illégaux mais désormais légaux dans le pays.

“Cette politique vise à fournir un environnement favorable à votre équipe de jeunes, qui sont pour la plupart des natifs du numérique, pour participer à la pensée critique, identifier des problèmes complexes, trouver des solutions pour la mise en œuvre de l’adoption au Nigéria ou dans n’importe quelle partie du monde”, a noté le professeur Pantami.

Le directeur général de l’Agence nationale de développement des technologies de l’information (NITDA), Kashifu Inuwa, a évoqué que l’événement marquait une étape remarquable dans la réalisation d’un Nigéria numérique où les citoyens ont accès aux dernières technologies, aux compétences et à un environnement propice à l’innovation dans le domaine de la technologie de la chaîne de blocs.

Inuwa a également affirmé que la politique représente un saut significatif et offre l’opportunité de créer un environnement favorable grâce à des investissements dans le talent, l’accès à la technologie et la domestication.

Le patron de la NITDA a insisté : “Cela donnera à nos citoyens la possibilité de créer et de capturer de la valeur à partir des énormes avantages de la technologie.”

Inuwa qui a cité PWC que ”d’ici 2030, la technologie Blockchain ajoutera 1,76 mille milliards de dollars au PIB mondial a maintenu que le plan est de s’assurer que le Nigéria se positionne correctement pour en bénéficier. Si la politique est mise en œuvre, le Nigéria peut gagner jusqu’à 4 milliards de dollars”, a-t-il assuré.

Le Comité de pilotage et de mise en œuvre de la politique nationale en matière de blockchain est composé de représentants de secteurs critiques de l’économie.

Le lancement a également été marqué par la remise de diplômes à 32 022 bénéficiaires formés à la technologie Blockchain, ce qui consolide l’initiative lancée par le gouvernement fédéral.

Entretemps, certains des diplômés qui ont partagé leurs expériences ont promis d’utiliser judicieusement les connaissances acquises au cours de la formation.

Ils ont également exprimé leur gratitude au gouvernement fédéral par l’intermédiaire du ministère des Communications et de l’économie numérique et de la NITDA, ainsi qu’aux facilitateurs pour leur avoir offert la plateforme de formation.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.