L’EFCC prône une plus grande collaboration internationale dans les efforts de recouvrement des avoirs

Par : Salihu Ali, Abuja

0 283

L’agence nigériane de lutte contre la corruption, la Commission exécutive de lutte contre les crimes économiques et financiers (EFCC), a appelé à un renforcement de la collaboration internationale dans le cadre des efforts de recouvrement des avoirs.

Le président de la commission, M. Abdulrasheed Bawa, a fait cet appel à Riyad, en Arabie Saoudite, lors de la signature d’un protocole d’accord avec l’Autorité de surveillance et de lutte contre la corruption (NAZAHA) d’Arabie Saoudite.

Cet événement fait suite à la participation du président de l’EFCC à la réunion ministérielle des autorités chargées de l’application de la loi anti-corruption dans les États membres de l’Organisation des pays islamiques (OCI), en décembre 2022, en vue d’adopter la convention de La Mecque, au cours de laquelle les deux agences ont décidé de renforcer leur engagement à lutter contre la corruption en signant un protocole d’accord.

M. Bawa a précisé qu’il s’agissait d’une étape importante dans le renforcement des partenariats internationaux visant à relever les défis complexes posés par la corruption.

La NAZAHA est la principale agence de lutte contre la corruption en Arabie saoudite et assume la responsabilité de préserver l’intégrité dans les secteurs public et privé.

L’agence joue un rôle crucial dans la lutte contre la corruption, la collecte de données et la compilation de statistiques sur les agences relevant de sa compétence, tout en coordonnant les efforts de lutte contre la corruption dans les secteurs public et privé.

L’échange d’expériences et de points de vue sur le recouvrement d’avoirs a constitué un volet important de la visite.

L’EFCC, reconnue comme un leader mondial dans ce domaine, a fait une présentation spéciale sur sa grande expertise en matière de recouvrement d’actifs.

Le patron de l’EFCC a souligné les facteurs qui contribuent à la réussite d’un régime de recouvrement d’actifs, en insistant sur l’importance de l’accès aux informations pertinentes grâce à la collecte de renseignements et à l’échange continu d’informations avec les organismes partenaires chargés de l’application de la loi, ainsi qu’avec les réseaux régionaux et internationaux.

M. Bawa a souligné le rôle déterminant du Réseau des agences nationales de lutte contre la corruption en Afrique de l’Ouest (NACIWA), un réseau estimé qu’il dirige actuellement, pour faciliter la coopération régulière entre les services répressifs, les enquêtes conjointes et les efforts coordonnés en matière de recouvrement d’avoirs et d’extradition.

Soulignant la nécessité d’un cadre juridique solide, M. Bawa a en outre mis en évidence le rôle essentiel de lois exhaustives pour les poursuites relatives à la confiscation d’avoirs avec ou sans condamnation, ajoutant que de telles mesures juridiques auraient un effet dissuasif et permettraient de récupérer les avoirs volés dans l’intérêt public.

Il a rappelé l’importance du renforcement de la confiance entre les services répressifs et a souligné qu’il était essentiel que les chefs des services répressifs du monde entier établissent entre eux des relations solides, fondées sur la confiance et des objectifs communs en matière de lutte contre la corruption.

Le président de NAZAHA, M. Mazen bin Ibrahim bin Mohammed Al-Kahmous, a également exprimé sa gratitude au président de l’EFCC pour sa présentation détaillée et perspicace, qui a mis en lumière l’expérience inestimable de l’EFCC dans le domaine du recouvrement d’avoirs.

Il a demandé que les experts de l’EFCC en matière de recouvrement d’avoirs effectuent une visite de partage d’expérience à l’agence saoudienne de lutte contre la corruption, ce qui permettra aux deux agences d’approfondir les rouages complexes du cadre juridique international en matière de recouvrement d’avoirs, et donc d’approfondir les discussions et la collaboration.

Le président de l’EFCC aura également le privilège de se rendre au ministère saoudien des finances pour une présentation de la célèbre plateforme de passation de marchés en ligne, Etimad.

Cette session interactive sera l’occasion d’échanger des expériences et de discuter de stratégies efficaces pour lutter contre la corruption dans les marchés publics.

Le gouvernement saoudien a mis en œuvre avec succès Etimad, afin de réduire le risque de corruption dans les affaires liées aux marchés publics.

Cette visite du président exécutif en Arabie saoudite reflète l’engagement inébranlable de l’EFCC à lutter contre la corruption et à renforcer les partenariats internationaux en partageant les meilleures pratiques, en échangeant des connaissances et en encourageant la confiance.

Leave A Reply

Your email address will not be published.