Santé: vers le lancement d’un projet de recherche et de formation innovant

Edward Samuel, Abuja

0 416

Le gouvernement nigérian, par l’intermédiaire de l’Agence nationale de développement des soins de santé primaires (NPHCDA), s’apprête à lancer un projete de recherche, de formation et de services innovants en matière de santé communautaire (CRISP) ce lundi 22 mai 2023 dans la salle de banquet du palais présidentiel à Abuja.

Le directeur général du NPHCDA, Dr Faisal Shuaib, l’a annoncé lors d’une conférence de presse avec des journalistes à Abuja, la capitale du pays.

Il a révélé que le programme répondrait à la nécessité de disposer d’accoucheuses qualifiées (SBA) dans les établissements de soins de santé primaires à travers le pays.

“Le CRISP est un partenariat entre les hôpitaux universitaires, le centre médical fédéral, l’agence nationale de développement des soins de santé primaires, les Conseils de soins de santé primaires étatiques, les autorités sanitaires des gouvernements locaux et les communautés pour soutenir le développement des soins de santé primaires, dans le but de tirer parti de l’affectation en milieu rural des médecins résidents des hôpitaux universitaires pour stimuler et garantir la qualité des soins au niveau des SSP grâce à leur participation active à la prestation de services de santé primaires. L’objectif est d’améliorer la santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et des adolescents, ainsi que d’autres services de santé au sein des communautés bénéficiaires”.

Selon lui, l’intervention se concentre sur l’augmentation, la rétention et l’amélioration de la qualité, de l’adéquation, de la compétence et de la distribution d’une main-d’œuvre multidisciplinaire engagée dans les soins de santé primaires, qui comprend des agents de santé communautaires et de proximité, soutenus par une supervision efficace de la gestion et une rémunération appropriée.

“Les ressources humaines pour la santé, en particulier les accoucheuses qualifiées, telles que les médecins, les sages-femmes, les infirmières et les agents de vulgarisation en santé communautaire, qui ont été formées à la gestion des situations d’urgence, seront recrutées et déployées dans les établissements de soins de santé primaires prioritaires du pays.

Dr Shuaib a ajouté que le programme serait financé par le gouvernement du Nigéria avec le soutien de partenaires de développement et de philanthropes, entre autres.

Le représentant national de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Walter Mulombo, a précisé que l’initiative arrivait à point nommé, l’OMS ayant déclaré la fin de l’urgence de santé publique de portée internationale pour la pandémie de Covid-19.

“C’est pourquoi nous sommes heureux de constater que le NPHCDA a déjà pris des mesures pour intégrer la vaccination contre le Covid-19 à d’autres exercices et interventions de vaccination”.

Dr Mulombo a ainsi noté que l’OMS insistait sur une approche collaborative pour toutes les interventions clés, car les épidémies et les pandémies commencent et finissent dans les communautés, qui ont donc besoin de données fiables, de preuves, de politiques et d’actions. C’est pourquoi “nous sommes heureux que le NPHCDA s’engage dans cette initiative, le CRISP, car il contribuera à générer l’ensemble des preuves nécessaires pour éclairer nos interventions”.

Le représentant de l’UNICEF dans le pays, Cristian Munduate, représenté par le chef de la santé, Dr Eduardo Celedes, qui a félicité le NPHCDA, a martelé que ces félicitations s’expliquaient par le fait que “nous savons que seulement 70 % des femmes enceintes ont accès à des soins pour adultes, que seulement 60 % des femmes enceintes peuvent bénéficier d’examens prénataux complets, que seulement 50 % des nouveaux bébés sur deux sont suivis par des accoucheuses qualifiées et que plus de 2 millions de femmes n’ont pas accès à des soins prénataux”.

Dr Celedes a noté que la mortalité néonatale n’a pas été réduite et que, malgré les défis, moins de 5 % des enfants meurent encore avant l’âge de cinq ans.

“C’est une excellente initiative de la part des dirigeants de recruter davantage d’infirmières, de sages-femmes et de médecins, et de les former pour qu’ils aient un impact réel sur nos soins de santé primaires”. Il a ajouté.

Leave A Reply

Your email address will not be published.