Inauguration du Conseil de l’innovation numérique et de l’entrepreneuriat

Précisions de Timothy Choji, Abuja

0 513

Le président nigérian, Muhammadu Buhari, a exhorté le Conseil national de l’innovation numérique et de l’entrepreneuriat à exploiter les talents de la jeunesse nigériane et à dynamiser l’économie du pays à de nouveaux sommets.

Appel lancé ce mercredi lors de l’inauguration du Conseil dans la salle du Conseil de la Villa présidentielle, à Abuja, peu avant le début de la réunion du Conseil de cette semaine.

Il a précisé : “Je félicite les membres du Conseil national sur l’innovation numérique et l’entrepreneuriat pour leur mission et leur souhaite un engagement fructueux et productif dans l’exploitation des talents de nos jeunes et le renforcement de l’économie de notre pays à de nouveaux sommets.”

Le président a fait cette déclaration que le Conseil a été créé pour guider la mise en œuvre de la loi 2022 relative aux start-ups du pays, qui renforce l’engagement du gouvernement à exploiter les talents des jeunes Nigérians dans le secteur de la technologie numérique.

“La loi 2022 relative aux Start-ups est une déclaration de la vision et de l’engagement de notre administration à exploiter le potentiel de la population nigériane jeune et innovante qui a démontré son ingéniosité, sa créativité et son esprit d’entreprise en créant des solutions innovantes aux défis auxquels nous sommes confrontés en tant que nation.

“La loi, qui a été élaborée dans le cadre d’une approche collaborative entre le bureau du président et le ministère des communications et de l’économie numérique, avec le soutien de l’écosystème technique, fournit des incitations et un soutien aux start-ups, tels que des allègements fiscaux, l’accès au financement, la facilité de faire des affaires, la protection de la propriété intellectuelle et la participation aux marchés publics”, a-t-il révélé.

Le président Buhari s’est réjoui du taux de croissance de l’économie nigériane dû à la modernisation du secteur numérique.

Il a souligné que les start-ups nigérianes ont pu à elles seules lever des fonds allant de plus de 4 milliards de dollars pour le pays en trois ans.

“Il convient de noter la croissance remarquable des start-ups dans le monde, avec plus de 400 milliards de dollars d’accès au financement à risque en 2022, pendant que les citoyens se tournent vers la technologie pour rester connectés, travailler à distance et accéder aux biens et services essentiels, en grande partie à cause de la pandémie de coronavirus.

“En Afrique, l’écosystème des start-up s’est également développé de manière remarquable. En 2022, les start-ups africaines ont levé un montant record de 5,4 milliards de dollars et le Nigéria a été à l’avant-garde de cette croissance, les start-ups nigérianes ayant levé plus de 4 milliards de dollars entre 2019 et 2022”, a déclaré le président.

Il a toutefois noté avec consternation certains défis qui entravent les progrès significatifs des start-ups du pays.

Selon ses propres mots : “Pendant que nous visons à devenir une usine mondiale sur mesure grâce à la mise en œuvre de la loi 2022 des start-ups, l’écosystème des start-ups du Nigéria est toujours confronté à des défis importants tels que l’accès au financement, l’infrastructure de soutien et le paiement de la sécurité. Cela reste des obstacles majeurs à la croissance de l’écosystème, en particulier pour les start-ups en phase de démarrage.

“Les dispositions de cette loi 2022 constituent une étape importante pour relever ces défis et promouvoir la croissance et l’écosystème inclusif des start-ups au Nigéria. En outre, la mise en œuvre de la loi a conduit à la consolidation et au développement des gains enregistrés dans l’économie numérique.”

Dans ses remarques, le ministre de l’économie numérique, le professeur Isa Pantami, a noté qu’il est largement admis que l’innovation numérique et l’entrepreneuriat numérique sont les deux conditions préalables à la construction d’une économie numérique indigène.

L’inauguration du Conseil, selon lui, aiderait l’administration à consolider les gains et les réalisations enregistrés dans le secteur de l’économie numérique.

”Cette administration a établi trois records sans précédent en ce qui concerne la contribution des TIC au PIB. Par exemple, au premier trimestre 2020, les TIC ont contribué à elles seules à hauteur de 14,07 % au PIB du pays.

Au deuxième trimestre 2021, les TIC seules, sans les services numériques, ont contribué au PIB à hauteur de 17,92 %, tandis qu’au deuxième trimestre 2022, les TIC ont contribué au PIB à hauteur de 18,44 %.

”Chaque année, cette administration établit de nouveaux records en matière de contribution des TIC au PIB”, a-t-il intimé.

La liste des membres du Conseil comprend le vice-président de la République fédérale du Nigéria ; le ministre responsable des communications et de l’économie numérique, qui présidera le Conseil en l’absence du président et du vice-président ; le ministre responsable des finances, du budget et de la planification nationale ; le ministre responsable de l’industrie, du commerce et de l’investissement ; le ministre responsable de la science, de la technologie et de l’innovation et le gouverneur de la Banque centrale du Nigéria.

Les autres membres sont quatre représentants du Start-up Consultative Forum, un représentant de la Nigeria Computer Society, un représentant des Computer Professionals (Registration Council of Nigeria) et le directeur général de la NITDA, qui sera le secrétaire du Conseil.

Leave A Reply

Your email address will not be published.