Etat de Kogi: neuf législateurs et sept présidents de Conseil suspendus par le Parlement

Propos recueillis par Oluwakemi Jonah depuis la capitale de Kogi, Lokoja

0 380

Le parlement de l’État de Kogi a procédé à la suspension de neuf (9) législateurs pour des allégations de terrorisme, d’inconduite, de violence électorale et d’activités antipartis lors des élections générales récemment conclues dans l’État.

La décision de suspendre ces législateurs a été prise lors de la plénière de jeudi à la suite de l’adoption de lettres du gouverneur Yahaya Bello communiquées par le président du parlement, prince Matthew Kolawole, alléguant que les législateurs se sont livrés à des actes de terrorisme.

Le gouverneur, dans sa lettre au parlement, a exhorté le président du parlement, prince Matthew Kolawole, à enquêter sur les accusations portées contre eux.

Tout en contribuant au débat sur l’allégation, le vice-président, M. Alfa Rabiu Momoh (circonscription d’Ankpa 11), a soutenu la suspension des législateurs, affirmant que l’État s’avère plus important que tout intérêt personnel et que les législateurs ne devraient pas être trouvés en train d’enfreindre la loi.

Le membre représentant la circonscription d’Omala, Collins Musa s’est accordé avec le vice-président, affirmant que l’accusation de terrorisme est trop important pour être passé sous silence.

Le parlement a donc suspendu les neuf(9) législateurs jusqu’à la fin de l’enquête.

La liste des législateurs suspendus comprend: Olusola Kilani, Ijumu ; Bello Hassan, Ajaokuta; Muhammed Lawi Ahmed, Okene 1; Moïse Akande, Ogori Magongo ; Aderonke Aro, Yagba West ; Daniyan Ranyi, Bassa; Atule Igbunu, Ibaji ; Atachaji Musa, Idah ; et Muktah Bajeh, Okehi.

Suspension des Présidents de Conseil
En outre, le parlement a également suspendu sept (7) présidents de Conseil pour des allégations de violence électorale. Ces présidents y compris ceux de Bassa, Ogori/Magongo, Yagba West, des collectivités locales d’Ibaji, d’Adavi, de Kabba/Bunu, et d’Ajaokuta.

La parlement a également suspendu le président de la collectivité locale de Lokoja, Dansabe Muhammed, sur l’allégation de détournement de fonds d’environ 150 millions de nairas.
Les conseillers et le vice-président avaient rédigé une lettre accusant le chef du Conseil de dépenses financières imprudentes et de détournement de fonds sans recours à l’ordre légal.
Un comité ad hoc de sept hommes dirigé par le vice-président, Rabiu, a été mis en place par le parlement pour enquêter sur les personnes suspendues.

Allégation injustifié
En réaction à la suspension, Muktar Bajeh de la circonscription d’Okehi a réfuté les allégations portées contre lui. Lors d’une conversation téléphonique avec La Voix du Nigéria, il a révélé ”en ce qui me concerne, je reste fidèle à l’État et je sais que je serai innocenté et rappelé dans quelques semaines”. Il s’est dit confiant du fait que l’enquête et les conclusions le disculperont des allégations.

Leave A Reply

Your email address will not be published.