Une organisation de transformation agricole démarre l’exportation de semences de blé à haut rendement

0 537

L’Organisation pour la transformation de l’agriculture africaine a annoncé que des préparatifs étaient en cours en vue de produire et d’exporter du blé à haut rendement et résistant à la chaleur.

Le Dr Oluwatoyin Adetunji, spécialiste de la chaîne de valeur au TAAT Clearinghouse, a révélé cette information au début d’un atelier de formation de deux jours sur le blé.

Il a indiqué que l’objectif de l’atelier était d’identifier les obstacles qui limitent l’industrie nigériane des semences de blé et de proposer des solutions pour les surmonter.

M. Adetunji a déploré le fait que, jusqu’à présent, le Nigeria a importé au moins 95 % de son blé, une situation qui a drainé et continue de drainer nos devises étrangères.

Il a ajouté que, dans un avenir assez proche, suite à l’intensification des programmes de recherche sur le blé, le Nigeria commencera à exporter du blé de haute qualité vers d’autres pays.

Afin de rendre le Nigeria autosuffisant en matière de production de blé et de concurrencer l’Éthiopie et le Soudan, qui sont tous deux autosuffisants en matière de production de blé, elle a énuméré les défis auxquels le TAAT est actuellement confronté, y compris ceux liés à la technologie et au financement.

Outre l’identification des causes et des effets des mélanges de semences, Adetunji indique que l’atelier vise également à identifier les lacunes dans le processus de développement des semences.

“Le blé est très important et c’est l’aliment le plus consommé dans le monde, car il est utilisé pour la production de pain, de macaronis, de spaghettis, de masa, de cuscus, etc. Grâce à notre engagement et à notre détermination, nous avons mis au point, par le biais de programmes de recherche intensifs, des matériaux tolérants à la chaleur qui peuvent survivre au Nigeria”, a-t-elle déclaré.

En outre, elle a expliqué que les parties prenantes interagiront au cours de l’atelier pour identifier les problèmes spécifiques à leurs organisations, et que des connaissances techniques seront partagées sur la manière d’améliorer l’efficacité et l’efficience du secteur des semences.

Leave A Reply

Your email address will not be published.