Peine d’évasion fiscale : l’ACCI demande une prolongation du délai

Détails avec Jennifer Inah

0 310

La Chambre de commerce et d’industrie d’Abuja a demandé une prolongation du délai fixé par l’administration du FCT pour pénaliser les hôtels qui se soustraient à la taxe dans la capitale.

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Abuja, M. Al-Mujtaba Abubakar, a fait cet appel dans un communiqué, réagissant à la nouvelle selon laquelle le Conseil de la zone municipale d’Abuja (AMAC) a l’intention de mettre les hôtels sous scellés pour des questions d’évasion fiscale et l’implication que cela aurait sur l’activité hospitalière.

Selon lui, “la Chambre comprend le rôle important que joue la fiscalité dans le développement économique d’un pays ou d’un État”.

Toutefois, il a expliqué que la décision de fermer les hôtels du FCT pour des raisons fiscales aurait un impact négatif sur l’économie de la capitale nationale.

“Les entreprises du pays sont confrontées à de graves difficultés opérationnelles en raison du coût élevé des matières premières, de l’épilepsie de l’approvisionnement en électricité et des coûts élevés de la logistique. La fermeture des hôtels ne peut qu’accroître les difficultés et le chômage dans le FCT”, a-t-il déclaré.

Tout en exhortant l’administration du FCT à rationaliser d’urgence l’administration fiscale dans le FCT pour éviter d’étouffer les entreprises, le patron de l’ACCI a apprécié le soutien de l’AMAC aux PME à travers la fourniture d’infrastructures et d’un environnement commercial convivial dans la municipalité du FCT.

“La Chambre apprécie également le fait que les entreprises du FCT, y compris les hôteliers, sont souvent confrontées au dilemme de savoir à qui payer les impôts entre l’AMAC, la FCTA et le FIRS, pour diverses raisons”.

“Ce manque de clarté quant à l’organisme auquel les hôteliers doivent payer leurs impôts a conduit les propriétaires d’entreprises à payer une double taxe, et c’est le moyen le plus rapide de tuer les entreprises dans le FCT, et cela ne peut pas être l’intention de l’administration AMAC”, a expliqué M. Abubakar.

L’ACCI demande l’intégration des entreprises hôtelières qui ont enfreint le plan directeur d’Abuja, compte tenu du fait que très peu d’emplacements ont été approuvés pour les bâtiments hôteliers dans le plan directeur.

“La catégorisation de ces entreprises en hôtels, maisons d’hôtes, chambres d’hôtes, auberges et appartements, avec une portée claire des activités autorisées pour chaque catégorie en fonction du quartier, contribuera grandement à soutenir la croissance de l’industrie plutôt que de la fermer”, a-t-il ajouté.

Leave A Reply

Your email address will not be published.