Le président tunisien rejette l’accusation de racisme après la répression des migrants

0 444

Le président tunisien a dénoncé le racisme et indiqué les conséquences juridiques possibles pour les auteurs de ces actes, dix jours après avoir annoncé une répression de l’immigration illégale en utilisant un langage que l’Union africaine a condamné comme “discours de haine racialisé”.

Lors d’une déclaration le 21 février demandant aux forces de sécurité d’expulser tous les immigrants illégaux, le président Kais Saied a qualifié la migration de conspiration visant à modifier la démographie de la Tunisie en la rendant plus africaine et moins arabe.

Selon des groupes de défense des droits, la police a arrêté des centaines de migrants, des propriétaires ont expulsé sommairement des centaines de personnes de leur logement et des centaines d’autres ont été licenciées.

De nombreux migrants ont déclaré avoir été attaqués, notamment par des bandes de jeunes dans leur quartier, et les groupes de défense des droits ont affirmé que la police avait été lente à réagir à ces agressions.

Bien que Saied ait nié le racisme dans une déclaration le 23 février, il a répété sa vision de l’immigration comme un complot démographique.

Avant dimanche, Saied n’avait pas averti publiquement des conséquences juridiques de ces attaques.

Dans la déclaration de dimanche, il a décrit les accusations de racisme comme une campagne contre le pays “de sources connues”, sans donner plus de détails.

Mais il a ajouté que la Tunisie était honorée d’être un pays africain et a annoncé un assouplissement des règles en matière de visa pour les citoyens africains, permettant des séjours de six mois au lieu de trois sans demande de résidence, et d’un an pour les étudiants.

Il a déclaré que les migrants qui avaient dépassé la durée de séjour autorisée pouvaient partir sans pénalité, car beaucoup de ceux que les autorités cherchaient à expulser s’étaient avérés incapables de payer les amendes pour les séjours tardifs.

Leave A Reply

Your email address will not be published.