Eid

Emmanuel Macron en tournée africaine pour éprouver sa “nouvelle relation” avec le continent

0 180

Deux jours après avoir exposé sa nouvelle stratégie africaine, le président de la République entame mercredi une tournée diplomatique cruciale en Afrique centrale alors que l’influence française ne cesse de reculer sur le continent. Première étape délicate au Gabon où le, chef de l’État doit dîner avec le président Ali Bongo. Une rencontre interprétée par l’opposition gabonaise comme un signe de soutien de la France à un régime contesté. De son côté, l’Élysée insiste sur l’agenda environnemental du Président avec sa participation à un sommet sur la préservation des forêts tropicales.

C’est dans un climat de défiance que le président français entame mercredi 1er mars à Librevillle une tournée de quatre jours en Afrique centrale, l’occasion d’éprouver la “nouvelle relation” qu’il appelle de ses vœux avec un continent où l’influence de la France ne cesse de reculer.

Le chef de l’État est attendu en fin d’après-midi dans la capitale gabonaise, première étape d’un périple qui le conduira ensuite en Angola, au Congo et en République démocratique du Congo.

Il effectue son dix-huitième déplacement en Afrique depuis le début de son premier quinquennat en 2017. Il s’y rend surtout deux jours après avoir exposé depuis Paris sa stratégie africaine pour les quatre ans à venir.

Prenant acte d’un ressentiment croissant envers la France, ex-puissance coloniale, Emmanuel Macron a appelé lundi à “bâtir une nouvelle relation, équilibrée, réciproque et responsable [avec l’Afrique]”.

Il a aussi annoncé une réduction de la présence militaire française, concentrée depuis dix ans sur la lutte contre le jihadisme au Sahel, mais devenue l’incarnation de l’héritage colonial aux yeux d’une jeunesse avide de “nouvelle” indépendance.

“L’Afrique n’est pas un pré-carré”, a martelé le chef de l’État, prônant une “posture de modestie et d’écoute” dans le prolongement de son discours de Ouagadougou en novembre 2017.

Tourner la page de la “Françafrique”

Depuis août 2022, l’armée française a été poussée hors du Mali et du Burkina Faso par les juntes au pouvoir dans ces deux pays. Elle a aussi quitté en décembre la Centrafrique où elle était intervenue pour mettre fin à des violences interethniques.

Forte des mercenaires du groupe Wagner et de campagnes de désinformation qui alimentent le sentiment antifrançais sur les réseaux, la Russie dame de plus en plus le pion à Paris dans sa sphère d’influence historique.

Emmanuel Macron entend désormais s’appuyer sur la société civile et les diasporas africaines en France pour tourner la page de la “Françafrique”, longtemps faite de liens troubles et de soutien à des potentats locaux.

“Notre intérêt, c’est d’abord la démocratie”, martèle-t-il, promettant aussi de “défendre les intérêts” économiques français là où nombre de pays, de la Chine à la Turquie, avancent à visage découvert.

L’exercice s’annonce délicat au Gabon où l’opposition l’accuse d'”adouber” à travers sa visite le président Ali Bongo, élu dans des conditions controversées en 2016 et probable candidat à sa réélection cette année.

Ce dernier l’accueillera dès mercredi soir à la présidence pour un dîner, suivi d’une séquence jeudi dans le cadre du Sommet One Forest (One Forest Summit) sur la préservation des forêts tropicales.

“À tort ou à raison, les Gabonais interpréteront votre arrivée dans leur pays comme l’expression du soutien de la France au régime en place, en vue de favoriser son maintien au pouvoir”, ont asséné les principaux leaders de l’opposition gabonaise.

Macron à contrecourant ?

Emmanuel Macron se défend de toute démarche “politique” et assure que l’unique but de sa visite est le sommet sur les forêts du bassin du Congo, premier poumon de la planète selon l’Élysée, désormais menacé par la surexploitation agricole.

Idem à Luanda où il signera vendredi un partenariat pour développer la filière agricole en Angola, pays pétrolier de premier plan mais où la majeure partie de la population reste plongée dans la pauvreté.

Le président angolais Joao Lourenço, réélu en 2022, incarne la continuité du Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA), au pouvoir depuis l’indépendance du Portugal en 1975 et longtemps parti unique.

Emmanuel Macron fera ensuite une brève escale à Brazzaville où le président Denis Sassou Nguesso est au pouvoir depuis près de quarante ans, une rencontre qui risque là aussi d’apparaître à contrecourant de son discours de lundi.

La République démocratique du Congo, ex-colonie belge mais aussi plus grand pays francophone du monde, lui offrira sans doute une meilleure opportunité pour dérouler sa vision de l’Afrique.

Mais là aussi le président Félix Tshisekedi, au pouvoir depuis janvier 2019, se prépare à une échéance électorale cette année et l’opposition ne voit pas d’un bon oeil cette visite.

Le président français sera aussi très attendu sur la crise dans l’est du pays, où le Rwanda est accusé de soutenir la rébellion du M23 et où il a tenté, en vain, une médiation.

 

Avec AFP

Leave A Reply

Your email address will not be published.