12,49 mille milliards de naira, la contribution du secteur des TIC au PIB du Nigéria

Rapports signé Na'ankwat Dariem

0 356

Le secteur nigérian des communications et des technologies de l’information a contribué à hauteur de 12,32 mille milliards de naira au produit intérieur brut en termes réels en 2022, en raison de l’augmentation du nombre d’abonnés.

L’année dernière, le nombre total d’abonnés aux services de télécommunications mobiles a augmenté de 13,89 %, passant de 195,13 millions en décembre 2021 à 222,23 millions.

La contribution du secteur des TIC au PIB a ainsi atteint 16,51 %, contre 15,51 % en 2021, selon le Bureau national des statistiques.

En 2021, la contribution du secteur était de 11,23 milliards de Nairas en termes réels. Dans l’ensemble, le secteur a également connu une croissance de 9,76 % en termes réels. En termes nominaux, le secteur a contribué au PIB à hauteur de 21,15 mille milliards de Nairas en 2022, et de 17,78 mille milliards de Nairas en 2021.

Selon le NBS, “la contribution totale du secteur en termes réels en 2022 s’est élevée à 16,51 %, soit une augmentation par rapport aux 15,51 % enregistrés en 2021”.

Pilier de l’économie
Le secteur des TIC, a-t-il ajouté, est l’un des piliers de l’économie du pays. En 2022, il a été l’un des moteurs du secteur des services, qui a contribué à hauteur de 56,27 % au PIB global au quatrième trimestre de 2022.

“Le secteur des télécommunications est la principale composante du secteur des TIC, contribuant à hauteur de 82,17 % à la production du secteur en 2022.

“Le Nigéria détient la plus grande population mobile d’Afrique et cela devrait continuer à croître en raison de sa grande population de jeunes.

“En 2021, les technologies et services mobiles ont contribué à près de 140 milliards de naira de valeur économique au Nigéria et dans d’autres pays d’Afrique subsaharienne.

“Le secteur des TIC a connu une croissance de 9,76 % en termes réels”, a indiqué le NBS, ajoutant que “la contribution totale du secteur en termes réels en 2022 s’est établie à 16,51 %, soit une hausse par rapport aux 15,51 % signalés en 2021.”

Au quatrième trimestre 2022, le secteur des TIC, avec 13,55 %, était le troisième contributeur le plus important au PIB, selon le NBS.

Selon l’organisme national de statistique du pays, le secteur de l’information et de la communication est composé des activités de télécommunications et de services d’information, d’édition, de production de films, d’enregistrements sonores et de musique, et de radiodiffusion.

Expliquant les performances du secteur au quatrième trimestre 2022, le NBS a noté que “le taux de croissance trimestriel enregistré au quatrième trimestre 2022 était de 18,16 %”.

“Dans l’ensemble, le secteur a connu une croissance de 19,00 pour cent en 2022. Le secteur de l’information et des communications a contribué à hauteur de 10,42 pour cent au PIB nominal total au quatrième trimestre 2022, ce qui est supérieur au taux de 9,88 pour cent enregistré au même trimestre de 2021 et supérieur aux 9,58 pour cent qu’il avait contribué au trimestre précédent.

“La contribution totale du secteur en termes nominaux en 2022 s’est établie à 10,61 %, soit un taux supérieur à celui de 10,24 % enregistré en 2021. Au quatrième trimestre de 2022, le secteur a enregistré un taux de croissance de 10,35 pour cent en termes réels, en glissement annuel.”

Globalement, le secteur s’est amélioré de 9,76 pour cent l’année dernière.

“La contribution du secteur au PIB réel total s’est élevée à 16,22 % au quatrième trimestre 2022, soit une augmentation par rapport au même trimestre de l’année précédente (15,21 %) et par rapport au trimestre précédent (15,35 %).

Une répartition des contributions au secteur des TIC en termes réels a révélé que les télécommunications et les services d’information ont contribué à hauteur de 10,13 mille milliards de Nairas, l’édition à hauteur de 20,17 milliards de Nairas, les films, les enregistrements sonores et la production musicale à hauteur de 796,53 milliards de Nairas, et la radiodiffusion à hauteur de 1,38 mille milliard de Nairas en 2022.

L’année précédente, la contribution des télécommunications était de 9,15 mille milliards de Nairas, celle de l’édition de 19,11 milliards de Nairas, celle des films, des enregistrements sonores et de la production musicale de 752,71 milliards de Nairas et celle de la radiodiffusion de 1,31 mille milliard de Nairas.

Secteur des services
En 2022, le secteur des services, qui est également composé des activités du secteur des TIC, a été un moteur important de l’économie. Il a connu une croissance de 5,69 % au quatrième trimestre 2022 et a contribué pour 56,27 % au PIB global.

Alors que les performances des secteurs agricole et industriel ont été réduites en 2022, le NBS a révélé que “les performances du secteur des services se sont améliorées en 2022.”

Selon la Banque mondiale, le secteur des TIC est l’un des secteurs qui ne s’est pas contracté pendant la récession de 2020, se développant de 9,5 % en glissement annuel, les ménages et les entreprises consommant davantage de services de données et le nombre d’abonnés augmentant.

La période d’expansion du Nigeria, a-t-elle ajouté, s’est accompagnée d’améliorations de la productivité totale des facteurs qui ont coïncidé avec d’importantes réformes sectorielles qui ont stimulé la production et la création d’emplois dans les secteurs financier et des TIC.

Soulignant l’une des contraintes du secteur dans son rapport intitulé “Le point sur le développement du Nigéria (décembre 2022): le choix du pays”, la banque mondiale a précisé : “Dans des secteurs clés tels que les TIC, les réglementations sectorielles font qu’il est plus difficile pour les nouveaux entrants, nationaux ou étrangers, de concurrencer les entreprises en place:

“Par exemple, le cadre réglementaire actuel du Nigéria en matière de TIC accorde des monopoles zonaux pour les infrastructures de gros à large bande, et il n’existe actuellement aucune réglementation imposant le partage des infrastructures par les opérateurs dominants qui peuvent avoir le contrôle des installations de goulot d’étranglement.”

Malgré cette croissance, les abonnés nigérians sont aux prises avec une mauvaise réception du réseau et une faible pénétration du haut débit. D’autre part, les entreprises de télécommunications ont été confrontées à de nombreux défis tels que le vandalisme, la hausse des coûts énergétiques et des coûts d’exploitation.

Récemment, MTN Nigeria, le plus grand fournisseur de télécommunications du pays, a connu une panne de service à Lagos et à Abuja qui a plongé ses abonnés dans une panne de communication. Selon l’entreprise, la panne a été causée par des coupures de fibre et des actes de sabotage.

Infrastructure de télécommunication
Selon la Commission nigériane des communications, environ 10 000 infrastructures de télécommunication sont détruites chaque année.

Malgré ses nombreux défis, le secteur des TIC devrait continuer à se développer et à constituer un bloc économique majeur pour le pays.

Les nouvelles technologies, la baisse du coût des smartphones et la montée de la conscience numérique devraient influencer cette croissance.

D’après le président de l’association nationale des abonnés aux télécommunications, Adeolu Ogunbanjo, “Lorsque la 5G sera pleinement déployée, l’impact du secteur ne fera que grandir.”

Leave A Reply

Your email address will not be published.