Ne tronquez pas le processus électoral, le gouvernement nigérian riposte

Propos recueillis par Solomon Chung, Abuja

0 421

Le gouvernement nigérian a exhorté l’ancien président Olusegun Obasanjo à ne pas tronquer les élections générales de 2023 en raison de sa lettre incitative, intéressée et provocatrice sur les résultats des élections.

Dans une déclaration faite mardi à Abuja, le ministre de l’Information et de la Culture, Alhaji Lai Mohammed, a noté que ce que l’ancien président a astucieusement présenté comme un “appel à la prudence et à la rectification” n’est rien d’autre qu’une tentative calculée de saper le processus électoral et une incitation délibérée à la violence.

Le ministre s’est dit choqué et incrédule qu’un ancien président puisse lancer des affirmations non vérifiées et amplifier des allégations sauvages recueillies dans la rue contre le processus électoral.

“Bien qu’il se fasse passer pour un ancien homme d’État impartial et concerné, l’ancien président Obasanjo est en réalité un partisan notoire qui s’efforce de contrecarrer, par des subterfuges, le choix de millions d’électeurs nigérians”, a-t-il lancé.

Alhaji Mohammed a rappelé que l’ancien président, en son temps, a organisé peut-être la pire élection depuis le retour du Nigéria à la démocratie en 1999, et qu’il est donc le moins qualifié pour conseiller un président dont les efforts déterminés pour laisser un héritage d’élections libres, justes, crédibles et transparentes sont reconnus à l’intérieur et à l’extérieur du Nigéria.

“Pendant que toute la nation attend en retenant son souffle le résultat des élections nationales de samedi dernier, au milieu de tensions inutiles créées par des plaignants professionnels et des bouffons politiques, ce que l’on attend d’un homme d’État âgé qui se respecte, ce sont des paroles et des actions qui apaisent les tensions et servent de baume apaisant.

“Au lieu de cela, l’ancien président Obasanjo a utilisé sa lettre non sollicitée pour insinuer, ou peut-être souhaiter, une élection non concluante et une descente dans l’anarchie ; il a utilisé son temps pour jeter l’opprobre sur les responsables électoraux qui ne sont pas en mesure de se défendre, tout en cherchant subrepticement d’habiller son choix personnel avec l’habit du choix du peuple. C’est de la duplicité”, a-t-il précisé.

Le ministre a rappelé à l’ancien président que l’organisation d’élections au Nigéria n’est pas une mince affaire, étant donné que la population électorale de 93 469 008 personnes dans le pays est de 16 742 916 personnes de plus que le nombre total d’électeurs inscrits, soit 76 726 092 personnes, dans 14 nations d’Afrique de l’Ouest réunies.

“Avec le déploiement de plus de 1 265 227 agents électoraux, l’infusion de technologies pour améliorer le processus électoral et le cauchemar logistique de l’envoi de matériel électoral à travers notre vaste pays, la CENI semble s’en servir de manière honorable, si l’on en croit les rapports préliminaires de la mission d’observation électorale de la CEDEAO et du groupe d’observateurs du Commonwealth, entre autres groupes qui ont observé l’élection.

“Par conséquent, ceux qui s’arrogent le pouvoir d’annuler une élection et d’en fixer unilatéralement une nouvelle, soi-disant pour remédier à des infractions électorales perçues, devraient faire preuve de retenue et permettre à l’organisme électoral officiel de terminer son travail en annonçant les résultats des élections nationales de 2023.

“Après cela, toute personne lésée doit suivre le processus légal stipulé mis en place pour régler les différends électoraux, au lieu de menacer de faire feu et de conjurer l’apocalypse”, a-t-il appelé.

Leave A Reply

Your email address will not be published.