Eid

Nigéria: inauguration du Conseil d’administration du Fonds fiduciaire d’investissement social

Détails avec Helen Shok Jok, Abuja

0 170

Le gouvernement nigérian a inauguré le nouveau Conseil d’administration du Fonds d’investissement social du Nigéria NSITF.

En inaugurant le Conseil au nom du gouvernement, le ministre du Travail et de l’Emploi, Dr Chris Ngige, a chargé le Conseil d’instiller la responsabilité, la transparence et d’autres principes caractéristiques de la bonne gouvernance dans l’organisation.

Pour y parvenir, le ministre a ordonné la vérification des certificats académiques et des certificats du service national de la jeunesse (NYSC) du personnel de l’organisation dans les deux prochains mois.

“Afin de maintenir, de protéger et de promouvoir une organisation très viable et prospère, j’ai quatre (4) tâches principales à accomplir par le nouveau Conseil d’administration de la NSITF.

“Vérifier et contrôler les certificats académiques et les certificats de service national (CNS) de TOUS les employés du Fonds.
Assurer la mise en œuvre complète du rapport de restructuration du NSITF.

“Assurer la conclusion urgente de la phase I et de la phase II de l’E-NSITF afin de permettre une collecte maximale des contributions des secteurs public et privé, ainsi qu’un accès au secteur informel de l’économie”, a-t-il révélé.

Dr Ngige a précisé que le contrôle des qualifications académiques du personnel du Fonds est devenu impératif pour éviter la falsification des certificats.

Il convient de rappeler que l’ancien directeur général de la NSITF, M. Michael Akabogu, a récemment été licencié par le président Muhammadu Buhari en raison d’un faux certificat NYSC.

Le Conseil a également été mis au défi d’intensifier sa campagne opérationnelle dans le secteur public, qui, selon le ministre, fait partie de l’économie formelle.

Il a ajouté que cela garantirait que le gouvernement national et sous-national ainsi que les États s’orientent vers une couverture universelle pour tous les travailleurs du Nigéria.

Il a précisé : “Le secteur public, qui fait partie de l’économie formelle, a besoin d’une intensification de l’effort opérationnel pour s’assurer que les gouvernements – national et sous-national, c’est-à-dire les États, s’orientent vers une couverture universelle de TOUS les travailleurs du Nigéria.

“Jusqu’à présent, les gouvernements étatiques ne se sont pas conformés à la loi de 2010 sur l’indemnisation des employés (EC), qui est une loi nationale…”

Dr Ngige a appelé tous les employeurs de la nation à éviter la “subjectivité et à respecter objectivement” les dispositions de la loi CE de 2010 et tous ses avantages pour la sécurité et la santé au travail, précisant que la loi CE de 2010 est une loi nationale qui s’inspire des dispositions de la Convention n° 102 de l’Organisation internationale du travail et remplace l’ancienne loi sur l’indemnisation des travailleurs.

Restructuration

Concernant la restructuration de la NSITF, le ministre a précisé que le président Muhammadu Buhari avait approuvé la mise en œuvre du rapport de restructuration, qui, selon lui, n’avait pas pu être conclu par le précédent Conseil d’administration, et a demandé au nouveau Conseil d’assurer la mise en œuvre complète du rapport.

Soulignant l’importance pour les employeurs de verser leurs contributions statutaires à la NSITF au profit de leurs employés, M. Ngige a noté que la Conférence internationale du travail (CIT), lors de sa 110e session en juin 2022, a décidé “de faire d’un environnement de travail sûr et sain en matière de santé et de sécurité au travail un principe et un droit fondamentaux au travail, avec des effets conséquents sur d’autres déclarations de l’OIT relatives au lieu de travail, les conditions de travail sûres et saines étant reconnues comme fondamentales pour un travail décent”.

“Je demande donc instamment aux employeurs de verser systématiquement leurs contributions statutaires au Fonds pour la sécurité sociale de leurs travailleurs et de contribuer au niveau national à la promotion de l’Agenda du travail décent.

“Le travail du Fonds ne se limitera pas à la mise en œuvre et à l’application de la CE, mais il est prévu de l’étendre à l’avenir pour inclure d’autres domaines thématiques et critiques de la Convention n° 102 de l’OIT que le gouvernement du Nigéria, en consultation tripartite avec les partenaires sociaux, a l’intention de ratifier en partie en raison de son étendue”, a informé Dr Ngige.

Répondant au nom des membres du Conseil, le président, M. Emmanuel Nwosu, et son équipe ont reconnu l’importance du NSITF pour prendre en charge les différents aspects de la sécurité sociale, y compris la protection du monde du travail.

“Je tiens à vous assurer que nous ne négligerons aucun détail pour remplir le mandat du Fonds”, a-t-il lancé.

La nouvelle directrice générale, Mme Maureen Allagoa, a pris note des défis qui l’attendent, elle et l’équipe de direction, “d’autant plus qu’elle est la première femme à être nommée à ce poste depuis la création du NSITF”.

Conformément à la composition tripartite du Conseil d’administration du NSITF prévue par son statut d’habilitation, les personnes suivantes ont été nommées par le président en tant que membres du Conseil d’administration.

Chief Emmanuel C. Nwosu – Président
Barrister (Mme) Maureen N. Allagoa, MD/CE de NSITF – Membre
Trois directeurs exécutifs (DE) de NSITF – Membres
i. Modu Gana – ED, Opérations
ii. Dr. Gabriel O.C. Okenwa – Directeur exécutif, Administration
iii. Adedeji Babatunde Adegoke – ED, Finance, Investissement & Immobilier
Comrade Adewale Adeyanju, Vice-président (NLC) – Membre
Comrade Marwan Mustapha Adamu, Secrétaire financier (NLC) – Membre
M. Taiwo Adeniyi, Président (NECA) – Membre
Mme Celine Oni, Directrice Apprentissage & Développement/Projets (NECA) -Membre
Mme Lauretta Nneka Adaogu, Directeur OSH (FML&E) – Membre d’office
Banque centrale du Nigéria – Membre d’office
Directeur général, Affaires générales NSITF – Secrétaire par intérim.

La NSITF est l’institution de sécurité sociale la plus importante du pays, fondée sur un trépied comprenant le gouvernement, les employeurs et les travailleurs.

De par sa nature, elle est constituée pour prendre en charge les différents aspects de la sécurité sociale, y compris la protection sociale dans le monde du travail, comme le prévoit la Convention n° 102 de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur la norme minimale de sécurité sociale.

Leave A Reply

Your email address will not be published.