“L’Ukraine est toujours debout, la démocratie tient bon”, affirme Joe Biden à Kiev

0 231

À l’approche du premier anniversaire de l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie, le président américain Joe Biden effectue une visite surprise à Kiev. Il a annoncé que de nouvelles sanctions seraient prises cette semaine contre la Russie et que les “États-Unis resteront aux cotés” de l’Ukraine “aussi longtemps que nécessaire”.

Joe Biden a annoncé qu’une aide américaine supplémentaire de 500 millions de dollars pour l’Ukraine allait être officialisée dans les prochains jours.

Il a par ailleurs salué l’implication de “plus de cinquante nations” qui “se sont levées pour aider l’Ukraine à se défendre”.

À propos de Vladimir Poutine, le président américain a affirmé “il s’est tout simplement fourvoyé”.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué lundi la visite surprise de son homologue américain Joe Biden à Kiev comme un “signe extrêmement important de soutien”, à quelques jours du premier anniversaire de l’invasion russe.

“Joseph Biden, bienvenue à Kiev ! Votre visite est un signe de soutien extrêmement important pour tous les Ukrainiens”, a indiqué Volodymyr Zelensky sur Twitter.

Joe Biden effectue une visite surprise à Kiev, durant laquelle il a rencontré le président Volodymyr Zelensky, à quelques jours du premier anniversaire de l’invasion russe. Le président américain a annoncé que de nouvelles sanctions seraient prises cette semaine contre la Russie et que les “États-Unis resteront aux cotés” de l’Ukraine “aussi longtemps que nécessaire”.

“Je vais annoncer la livraison d’autres équipements essentiels, notamment des munitions d’artillerie, des systèmes anti-blindage et des radars de surveillance aérienne”, a-t-il indiqué, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Les autorités ukrainiennes ont par ailleurs déclenché les sirènes d’alerte aérienne dans tout le pays, mais aucun tir de missile ni aucune attaque de drone n’ont été signalés dans l’immédiat.

La livraison d’armes par la Chine à la Russie pour appuyer son offensive en Ukraine serait une “ligne rouge” pour l’Union européenne, a averti à Bruxelles le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Josep Borrel a expliqué avoir indiqué au chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, que “ce serait une ligne rouge”. “Il m’a dit qu’ils n’allaient pas le faire, qu’ils n’avaient pas l’intention de le faire, mais nous resterons vigilants”, a-t-il déclaré à son arrivée pour une réunion avec les ministres des Affaires étrangères de l’UE.

Près d’un an après le début de l’invasion à grande échelle de la Russie en Ukraine, l’épuisement émotionnel pèse sur le moral des civils et des militaires restés dans le pays. Selon les estimations du gouvernement, 60 % des troupes souffrent de stress post-traumatique, alors que la moitié de la population aurait besoin d’une aide psychologique.

Le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlut Cavusoglu, a déclaré que la Turquie ne vend pas de produits susceptibles d’être utilisés dans l’effort de guerre de la Russie, après les avertissements lancés par les États-Unis au début du mois concernant les exportations de produits chimiques, de micropuces et d’autres produits.

S’exprimant après avoir rencontré le secrétaire d’État américain Antony Blinken à Ankara, Mevlut Cavusoglu a déclaré que la Turquie ne permettra pas que les sanctions américaines et européennes soient violées en Turquie ou via la Turquie, et qu’Ankara prend des mesures pour l’empêcher.

Au début du mois, un haut fonctionnaire du Trésor américain a rendu visite à des représentants du gouvernement et du secteur privé turcs afin de les inciter à coopérer davantage pour altérer le flux de marchandises pouvant être utilisées par les industries de défense de Moscou.

Le gouvernement chinois a nié envisager de fournir des armes à la Russie pour appuyer son offensive en Ukraine, comme l’a affirmé le secrétaire d’État américain Antony Blinken dimanche.

“Nous n’acceptons pas que les États-Unis pointent du doigt les relations entre la Chine et la Russie, et encore moins qu’ils exercent des pressions et des contraintes”, a déclaré Wang Wenbin, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, accusant les États-Unis de “propager de fausses informations”.

Le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, est arrivé à Moscou pour des discussions sur un éventuel plan de paix pour l’Ukraine, a rapporté le quotidien économique russe Kommersant.

“L’objectif principal de son voyage est d’accroître le rôle de Pékin dans la résolution du conflit ukrainien”, a déclaré Kommersant. Lors de la conférence annuelle sur la sécurité de Munich, Wang Yi a accusé les États-Unis de violer les normes internationales par un comportement “hystérique”.

Il a réitéré son appel au dialogue et a suggéré aux pays européens de “réfléchir calmement” à la manière de mettre fin à la guerre.

Wang Yi a également déclaré qu’il y avait “certaines forces qui, apparemment, ne veulent pas que les négociations aboutissent ou que la guerre prenne fin rapidement”, sans préciser à qui il faisait référence.

Le président américain Joe Biden doit se rendre en Pologne pour marquer le premier anniversaire de l’invasion de l’Ukraine voisine par la Russie, qui a déclaré infliger de lourdes pertes aux forces de Moscou dans le plus grand conflit que l’Europe ait connu depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a déclaré dimanche que Joe Biden et lui-même discuteraient de la possibilité d’accroître la présence des troupes américaines en Pologne et de la rendre plus permanente. Joe Biden, qui doit rester en Pologne jusque mercredi, a dit en juin dernier que les États-Unis installeraient un nouveau quartier général permanent pour leur armée en Pologne en réponse aux menaces russes.

 

 

Avec AFP et Reuters

Leave A Reply

Your email address will not be published.