Le Burkina Faso réquisitionne 200 kg d’or d’une mine canadienne pour “nécessité publique”

0 278

Le gouvernement de la transition au Burkina Faso a réquisitionné 200 kg d’or produit par une filiale du groupe canadien Endeavor Mining pour “nécessité publique”, selon un arrêté du ministre en charge des Mines. Le texte précise que la société minière “percevra une indemnisation correspondant à la valeur de l’or ainsi réquisitionné”.

Le Burkina Faso a réquisitionné 200 kg d’or produit par une filiale du groupe canadien Endeavor Mining, pour “nécessité publique”, une décision “dictée par un contexte exceptionnel”, selon le gouvernement de transition de ce pays qui fait face à une grave crise sécuritaire.

Un arrêté signé par le ministre des Mines, Simon-Pierre Boussim, mardi 14 février, annonçait la “réquisition de l’or produit par la société d’exploitation minière d’or de Semafo Burkina Faso”.

Cet arrêté stipule que “conformément à l’article 16 du code minier”, 200 kilogrammes d’or produits à la mine de Mana sont “réquisitionnés ce jour pour nécessité publique”. Le texte indique que la société minière “percevra une indemnisation correspondant à la valeur de l’or ainsi réquisitionné”, sans plus de précisions.

Mercredi soir, le gouvernement a souhaité “rassurer les investisseurs et tous les autres partenaires du Burkina Faso”. “La décision de réquisition est dictée par un contexte exceptionnel de nécessité publique qui fonde l’État à demander à certaines sociétés minières de lui vendre une partie de leur production d’or”, poursuit un communiqué du porte-parole du gouvernement Jean-Emmanuel Ouedraogo.

Une production de 6,04 tonnes d’or en 2022

Depuis plusieurs années, le Burkina Faso est engagé dans une lutte contre des groupes jihadistes liés à l’État islamique et Al-Qaïda, dont les attaques sanglantes se sont intensifiées ces dernières semaines.

Le communiqué gouvernemental précise que cette transaction “à titre exceptionnel et temporaire” s’effectue “aux conditions d’achat de l’or sur le marché international”.

Selon le code minier burkinabè, “les installations minières ou de carrières et les substances extraites ne peuvent être réquisitionnées ou expropriées par l’État que pour un motif de nécessité publique et moyennant une juste et préalable indemnisation” fixée en accord entre les parties ou par un tribunal arbitral ou de droit commun.

En exploitation depuis mars 2008, la mine d’or de Mana, l’une des plus grandes parmi la dizaine que compte le Burkina Faso, a produit en 2022 6,04 tonnes d’or, selon des chiffres officiels.

Elle est la propriété de Endeavor Mining, qui a fusionné en 2020 avec le canadien Semafo pour former l’un des plus gros producteurs d’or en Afrique de l’Ouest.

 

Avec AFP

Leave A Reply

Your email address will not be published.