Le NESG oeuvre avec l’UNICEF pour les droits de l’enfant

Précisions de Temitope Mustapha, Abuja

0 363

Le Groupe du sommet économique nigérian (NESG) a procédé à la signature d’un protocole d’accord avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) afin de lutter contre la menace de la violation des droits de l’enfant et de la pauvreté dans le pays.

S’exprimant lors de l’événement qui s’est déroulé au bureau des Nations Unies à Abuja, le président du NESG, M. Niyi Yusuf, a précisé que l’objectif de cette collaboration était de joindre ses forces à celles de l’UNICEF pour soutenir les efforts du gouvernement nigérian dans la résolution des défis affectant les enfants et la réduction de la pauvreté dans le pays.

Selon lui, le partenariat est orienté vers la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) en matière d’éducation, de santé et d’autres questions relatives aux droits de l’enfant au Nigéria.

Il vise à établir une interface et à plaider aux plus hauts niveaux politiques pour une approche du développement centrée sur l’enfant au Nigéria.

“Du point de vue du Nigéria et du NESG, nous pensons que les enfants nigérians représentent en fait les plus grands atouts de ce pays.

“Nous ne cessons de répéter que nos enfants sont les dirigeants de demain et il est donc important d’investir et de planter les graines pour que ces enfants deviennent réellement les dirigeants de demain.”

Selon l’indice de pauvreté multidimensionnelle (MPI) publié en 2022, deux tiers des enfants nigérians étaient pauvres de manière multidimensionnelle, ce qui signifie qu’ils n’avaient pas accès à la santé, à l’éducation et aux revenus, a-t-il déclaré.

En outre, plus de 50 % des enfants de personnes pauvres ont un mauvais développement de la petite enfance.

“Par conséquent, si un enfant souffre d’une croissance négative au cours de sa petite enfance, vous posez une base peu solide pour demain et pour nous au NESG”, a rappelé M. Yusuf.

Il a ajouté que l’objectif de la NESG est de promouvoir la modernisation de l’économie nigériane pour en faire une économie durable, compétitive au niveau mondial et favorisant une prospérité partagée.

“Nous pensons qu’une action urgente s’avère nécessaire pour s’assurer que nous faisons les bonnes choses pour promouvoir le développement de nos enfants et pour que ces enfants deviennent ensuite les dirigeants, les consommateurs et la main-d’œuvre de demain.”

Prenant également la parole, la représentante de l’UNICEF dans le pays, Mme Christian Munduate, a révélé que parler des droits de l’enfant signifie s’assurer que toute personne qui n’est pas un enfant a une responsabilité envers les enfants d’où qu’ils soient.

Mme Munduate a ajouté que “les parents doivent prendre soin de leurs enfants, les familles doivent avoir un réseau solide, les communautés doivent créer un environnement favorable, les gouvernements étatiques et le gouvernement fédéral, les organisations de la société civile et les médias” ont tous un rôle à jouer.

Mme Munduate a insisté sur le fait que 54 % des enfants nigérians étaient toujours confrontés à une pauvreté multidimensionnelle, “ce qui signifie qu’ils n’ont pas accès à l’eau ou à l’assainissement”.

Elle a toutefois martelé que la correction de cette situation nécessitait un engagement fort de la part de tous les Nigérians.

Mme Munduate a ainsi poursuivi que le NESG était l’une des organisations du pays qui proposait des politiques sociales et publiques pour le pays et qui englobait un puissant réseau d’organisations de la société civile et du secteur privé.

Selon elle, le partenariat de l’UNICEF avec l’organisation permettra de renforcer la promotion des droits de l’enfant dans le pays.

Mme Munduate a conclu : “L’UNICEF se consacre à la protection des droits des enfants au Nigéria et dans le monde entier et les aide à construire une base solide pour leur avenir.”

Leave A Reply

Your email address will not be published.