Des groupes de jeunes condamnent l’attaque contre le candidat au poste de représentant de l’État d’Imo

Détails avec Gloria Essien, Abuja

0 179

Les groupes socioculturels du Nigeria, Ohanaeze et Arewa Youths, ont condamné la seconde attaque et l’invasion de domicile du porte-parole de la Coalition des partis politiques unis, CUPP, Ikenga Ugochinyere.

Les groupes de jeunes, dans des déclarations séparées signées par le secrétaire général du groupe de jeunes Ohanaeze, Nwada Amaka, et le leader des jeunes Arewa, Mallam Kabiru Yusuf, ont demandé aux agences de sécurité de s’assurer que les coupables soient arrêtés et poursuivis.

Ils ont exhorté l’inspecteur général de la police, Usman Alkali Baba, et la commission des services de police à veiller à ce que les coupables soient traduits en justice.

Les jeunes d’Ohanaeze accusent le gouverneur de l’État d’Imo, Hope Uzodimma, d’avoir utilisé des agents du FIB pour envahir la maison d’Ugochinyere.

De son côté,la Jeunesse Arewa, qui a tiré la sonnette d’alarme sur l’implication présumée d’officiers masqués du FIB et d’hommes armés, a également demandé à l’inspecteur général de la police, Usman Alkali Baba, et à la commission des services de police de veiller à ce que les coupables soient traduits en justice.

Les groupes ont déclaré : “Rappelons que le 14 janvier à Akokwa, dans l’État d’Imo, des cortèges de véhicules transportant des hommes armés ont envahi la maison d’Ugochinyere, brûlé sa maison, ses voitures et tué son oncle et trois autres personnes. Alors que la police est malheureusement restée silencieuse sur cette affaire, mardi encore, des hommes armés masqués ont envahi la maison d’Ugochinyere avec des explosifs.

“Les agences de sécurité ne devraient pas laisser les attaquants s’en tirer à bon compte. Non seulement la maison a été envahie, mais nous avons également entendu qu’ils ont inspecté la maison et toutes les zones pour une éventuelle future invasion. Nous demandons instamment à l’inspecteur général de la police Usman Alkali Baba et à la commission des services de police de veiller à ce que les auteurs de ces actes soient traduits en justice”.

Mardi, des hommes armés masqués avaient à nouveau envahi la maison d’Ugochinyere. Cette invasion intervient à peine trois semaines après l’attaque de sa maison par des hommes armés, qui a entraîné la mort de plusieurs personnes.

Le Parti démocratique populaire (PDP) de l’État d’Imo a également demandé à l’inspecteur général de la police nigériane d’enquêter sur ces invasions et de traduire les coupables en justice.

Dans une déclaration signée par le secrétaire de la publicité du PDP de l’État d’Imo, M. Collins Opurozor, le PDP affirme que cette dernière attaque, outre son objectif principal d’assassiner Ikenga Ugochinyere, a également été conçue pour intimider ses partisans et affaiblir la détermination du peuple ideato qui est pleinement déterminé à élire Ikenga Imo Ugochinyere comme membre de la Chambre des représentants lors des élections du 2 février 2023.

“Ce que notre parti trouve profondément troublant, c’est que le président Muhammadu Buhari et le gouvernement fédéral sont restés silencieux face à ces attaques sanglantes continues contre notre candidat par de prétendus agents du régime APC d’Imo. Nous savons qu’Ugochinyere a écrit une série de pétitions à diverses agences de sécurité ainsi qu’au conseiller national de sécurité, mais Aso Rock n’a pas jugé nécessaire de rappeler à l’ordre le petit dictateur déchaîné d’Imo.

Ce qui est plus inquiétant, c’est que malgré nos appels à la dissolution de la milice d’Ebubeagu, au redéploiement des chefs des agences de sécurité qui sont de mèche avec l’administration immorale du sénateur Uzodinma, et à la création d’une commission d’enquête indépendante pour élucider les meurtres d’Imo, rien n’a été fait par le gouvernement fédéral”, a déclaré le PDP.

Il exhorte le peuple d’Ideato, les membres du PDP et les partisans d’Ikenga Ugochinyere à rester forts et à ne jamais laisser les forces des ténèbres dominer le pays.

Leave A Reply

Your email address will not be published.