La justice empêche Buhari et la CBN de se mêler de la politique monétaire

Détails avec Salihu Ali, Abuja

0 251

Une Haute Cour du Territoire de la Capitale Fédérale du Nigeria a empêché le Président Mohammadu Buhari, la Banque Centrale du Nigeria, son gouverneur et 27 banques commerciales de suspendre, d’arrêter, de prolonger ou d’interférer avec la date limite du 10 février pour la refonte de la monnaie, ou d’émettre toute directive contraire à la date limite du 10 février.

Dans le cadre d’une requête déposée par cinq des dix-huit partis politiques, le tribunal, présidé par le juge Aneojo Enenche, a également rendu une ordonnance ordonnant aux directeurs généraux des banques de montrer pourquoi ils ne devraient pas être arrêtés et poursuivis pour avoir saboté le pays en thésaurisant illégalement, en retenant, en ne payant pas ou en déboursant les nouveaux billets en naira malgré la fourniture de ces billets par la banque centrale du pays.

L’ordre lie également les mains des PDG des banques et de leur personnel qui ont été accusés de thésauriser les nouveaux billets de banque et de faire du commerce avec eux, causant ainsi des difficultés indicibles aux citoyens.

Rappelons que la CBN a annoncé fin 2022 une nouvelle politique en matière d’argent liquide, qui a vu la refonte des coupures de 200, 500 et 1000 Naira.

Elle a fixé la date limite du 31 janvier pour que les anciens billets cessent d’avoir cours légal.

Cependant, la pénurie d’argent liquide qui en a résulté a entraîné de longues files d’attente dans les banques, et les gens se sont résolus à acheter les nouveaux naira aux thésauriseurs.

En conséquence, le président Muhammadu Buhari a reporté la date limite du 31 janvier au 10 février.

Leave A Reply

Your email address will not be published.