Le gouvernement de l’État d’Anambra affirme son engagement à lutter contre la pénurie de carburant

Détails avec Chinwe Onuigbo, Awka

0 190

Le gouvernement de l’État d’Anambra a affirmé son engagement à s’attaquer à la pénurie actuelle de Premium Motor Spirit (carburant), dans tout l’État, afin d’alléger les souffrances de la population.

Le commissaire au pétrole et aux ressources minérales, Barrister Anthony Ifeanyi, l’a révélé lors d’une réunion avec l’Association des négociants en pétrole du Nigeria (PEDAN) et l’Association des négociants indépendants en pétrole du Nigeria (IPMAN) dans son bureau à Awka, la capitale de l’État.

Le commissaire a dénoncé la pénurie de supercarburant, également connu sous le nom de carburant, et l’augmentation du coût du produit dans l’État, ce qui, selon lui, a entraîné des difficultés indicibles pour les habitants de l’État d’Anambra et les Nigérians.

Barrister Ifeanyi, qui a observé que la plupart des stations-service ajustaient leurs compteurs de manière imprécise, a condamné cet acte criminel et les a exhortées à revenir sur leurs pas pour le bien des utilisateurs du produit.

Il a maintenu que le gouvernement de l’État d’Anambra fera tout son possible pour que le produit soit vendu à un prix normal et que les stations-service qui exploitent les utilisateurs du produit en ajustant leurs compteurs soient punies en conséquence.

Dans ses remarques, le vice-président de la Petroleum Dealers Association of Nigeria, Anambra state Chapter, Dr. Emmanuel Ekwue, a expliqué que la pénurie actuelle de carburant et l’augmentation du prix de la marchandise est due au fait qu’ils ont des difficultés à l’obtenir de la Nigeria National Petroleum Corporation (NNPC) et qu’ils ont eu recours à l’obtention du produit auprès de ports individuels qui le leur vendent à des prix exorbitants.

La section de l’Etat d’Anambra de l’Independent Petroleum Marketing Association of Nigeria (IPMAN), représentée par Chief Larry Onuoha, s’est plainte du fait que la NNPC ne rend pas le produit facilement disponible pour eux, une situation qui, selon lui, les a contraints à acheter auprès de leurs collègues négociants qui le rendent facilement disponible pour eux mais ne le leur vendent qu’à un prix élevé.

Cependant, la Voix du Nigeria a appris que la plupart des stations-service d’Awka, la capitale de l’État, vendent le carburant entre ₦400 et ₦500 le litre.

Leave A Reply

Your email address will not be published.