L’État d’Anambra prévient contre les maladies tropicales négligées

Propos recueillis par Chinwe Onuigbo depuis Awka

0 358

Le ministère de la Santé de l’État d’Anambra prévient les habitants contre les dangers croissants des maladies tropicales négligées. Cette information a été révélée lors de la commémoration de la Journée des maladies tropicales négligées (MTN) 2023.

S’exprimant lors d’un point de presse pour marquer l’événement, le commissaire à la santé de l’État d’Anambra, Dr Afam Obidike, a noté que les maladies tropicales négligées sont un groupe d’une vingtaine de bactéries parasites connues et de maladies virales d’importance sanitaire qui touchent plus d’un milliard de personnes dans le monde, l’Afrique et l’Asie se réservant la plus grande partie de la charge de morbidité en raison de leurs caractéristiques épidémiologiques locales qui favorisent constamment la propagation rapide des maladies.

Dr Obidike a révélé que la maladie est historiquement liée à la pauvreté en raison d’un statut social inférieur, de mauvaises conditions d’hygiène, d’un approvisionnement en eau inadéquat, de conditions de logement inférieures aux normes qui provoquent des problèmes de santé dans les communautés endémiques des régions tropicales et subtropicales du monde.

Selon le commissaire à la santé, plus de six millions de personnes dans trois mille six cent quarante-cinq villages des vingt et un gouvernements locaux de l’État d’Anambra risquent d’être infectées par une ou plusieurs maladies tropicales négligées.

Le thème de la célébration, a-t’il ajouté, qui est “agir maintenant, agir ensemble, investir dans les maladies tropicales négligées”, est une occasion de sensibiliser à la maladie et d’apprécier les efforts du gouvernement et des partenaires de mise en œuvre, de donner plus de voix à l’appropriation communautaire qui conduira à la stabilité et de faire comprendre que l’élimination des MTN est possible.

Le directeur de la santé publique au ministère, Dr Afam Anaeme, a révélé que la célébration aurait dû avoir lieu le 30 janvier, mais qu’elle a été déplacée en raison de circonstances imprévues, et a révélé que les MTN ravagent la société, mais que beaucoup de habitants n’en sont pas conscients.

L’événement, qui s’est déroulé au complexe du ministère de la Santé, Secrétariat Jerome Udorji, à Awka, la capitale de l’État, a vu la participation du personnel du ministère, d’étudiants de l’Université Nnamdi Azikiwe d’Awka et de partenaires de développement, entre autres.

La secrétaire permanente du ministère, Mme Carol Njaka, était également présente lors de l’événement. La section des questions et réponses a finalement clôturé l’événement.

Leave A Reply

Your email address will not be published.