La diplomatie multilatérale du pays favorise la croissance économique en Afrique de l’Ouest selon le diplomate nigérian

Détails avec Margaret Ebeshi, Abuja

0 442

Le Nigéria a intensifié sa diplomatie bilatérale et multilatérale depuis l’administration du président Muhammadu Buhari en 2015.

Le ministre des Affaires étrangères, M. Geoffrey Onyeama, a déclaré cela lors de la 22e édition de la série de fiches d’évaluation du président Muhammadu Buhari, ce jeudi à Abuja, la capitale nigériane.

D’après lui, les relations bilatérales et multilatérales de l’administration depuis 2015 ont favorisé la lutte contre l’insécurité, la lutte contre la corruption, le d9développement économique et le bien-être général des Nigérians.

Le ministre nigérian des Affaires étrangères, M. Onyeama, a fait entendre que grâce à l’intervention du ministère, l’administration a profité des plateformes bilatérales et multilatérales pour explorer la coopération avec les voisins, les organisations internationales et les partenaires.

Les efforts renouvelés comprennent la lutte contre le terrorisme, la promotion de la croissance économique, l’engagement en matière de politique étrangère, la lutte contre le changement climatique et la garantie du bien-être des Nigérians dans le pays et à l’étranger.

L’administration du président Muhammadu Buhari, a-t-il ajouté, dans le domaine de la sécurité, a contribué à la résolution des conflits à travers des plateformes de la CEDEAO et de l’Union africaine et a également contribué de manière significative à l’élaboration du plan d’action 2020-2024 de la CEDEAO pour lutter contre l’insécurité dans la sous-région et du Sahel.

“Cela a représenté une détermination mondiale dans la lutte contre le terrorisme. En outre, au niveau continental, le ministère a continuellement assuré depuis 2015 le renouvellement annuel de la MNJTF par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (AUPSC). Ces efforts ont sans aucun doute complété les autres efforts nationaux de dégradation des groupes terroristes”, a-t-il lancé.

L’administration s’est également engagée à maintenir la paix et la sécurité internationales et a publiquement découragé les coups d’État et les tentatives de troisième mandat de certains dirigeants africains, car il a été prouvé que c’est l’un des moteurs de l’instabilité.

Toujours au cours de la période considérée, M. Onyeama a révélé que le ministère avait obtenu pour le Nigéria la création de bureaux régionaux pour plusieurs organisations multilatérales à Abuja, notamment le bureau du D8 pour la santé et la protection sociale et l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), ce qui a permis de réduire de 50 % le coût des fournitures pharmaceutiques en provenance des autres pays du D8 et d’accroître les possibilités d’investissement dans le secteur de la santé.

En ce qui concerne la lutte contre le changement climatique, le ministère a fait en sorte que le Nigéria s’exprime d’une voix forte pour appeler les pays développés à s’engager à mettre en œuvre les dispositions de l’Accord de Paris sur le changement climatique, qui prévoit le versement de cent milliards de dollars par an aux pays en voie de développement.

Dans le même ordre d’idées, M. Onyeama a noté que le ministère a joué un rôle clé dans le renforcement de la communication en vue de la conclusion d’un accord historique entre les gouvernements du Nigéria et de plusieurs gouvernements étrangers pour le rapatriement des fonds et des objets pillés.

En ce qui concerne l’économie, il a insisté sur le fait que le ministère des Affaires étrangères a fait pression pour obtenir des investissements directs étrangers (IDE) afin de promouvoir le commerce et les échanges.

“Le ministère, par l’intermédiaire de notre mission à Berlin, a également facilité la toute première exportation de gingembre de Kaduna vers l’Allemagne par l’intermédiaire de betterEco, une entreprise allemande au Nigéria.

“Nous avons signé et ratifié la zone de libre-échange continentale africaine (Zleca) afin d’optimiser les échanges entre Africains, y compris ceux d’autres plateformes commerciales internationales, et de promouvoir l’accès au marché pour nos nombreux biens et services fabriqués au Nigéria. Nous pensons que la promotion des PME en vue de réduire la pauvreté est l’un de ces objectifs.

“Dans le cadre de l’engagement très solide et dynamique de la politique étrangère avec la Chine, le ministère a également facilité d’importants projets d’infrastructure au pays, notamment : i) l’expansion des terminaux des aéroports de Lagos, d’Abuja, de PH et d’Aminu Kano ; ii) la modernisation du chemin de fer Lagos-Kano ; iii) la modernisation du chemin de fer Abuja-Kaduna, entre autres”, a-t-il précisé.

Le ministre nigérian des Affaires étrangères a également marrtelé que son ministère faisait du bien-être des Nigérians dans le pays et à l’étranger une priorité, en s’engageant de manière proactive avec les consulats et les organisations étrangères sur un accord relatif à un mécanisme d’alerte précoce pour mettre fin à la xénophobie, à l’esclavage et à l’emprisonnement des Nigérians à l’étranger et à l’évacuation des personnes bloquées.

M. Onyeama a souligné qu’à travers le service d’aide technique (Technical Aid Corps, TAC), le ministère a créé des emplois pour de nombreux Nigérians à l’étranger et qu’il y a eu une augmentation du nombre de pays bénéficiaires, ainsi qu’une réanimation du programme TAC qui était moribond dans la région Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP).

Au niveau international, il a informé que le Nigeria reste un membre respecté de la communauté internationale et jouit d’une grande visibilité.

“Nous avons tiré parti de l’immense respect et de la bonne volonté dont jouit M. le président pour conduire les pays à soutenir les intérêts du Nigéria sur diverses plateformes mondiales. Cela inclut la nomination de Nigérians dans des organisations internationales”, a-t-il renchéri.

M. Geoffrey Onyeama a ajouté que l’administration a veillé à la reconduction d’Amina Mohammed au poste de secrétaire générale adjointe des Nations unies, d’Akinwumi Adesina au poste de président de la Banque africaine de développement (BAD), à la réélection du professeur Benedict Oramah, président et président du Conseil d’administration d’Afreximbank et à l’élection de Ngozi Okonjo-Iweala au poste de directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), ainsi que de nombreux autres Nigérians à des postes internationaux clés.

Leave A Reply

Your email address will not be published.