Abuja: vers le renforcement d’une collaboration avec l’Institut des sciences du sol

Hudu Yakubu, Abuja

0 295

Le ministre du territoire de la capitale fédérale du Nigeria, Malam Muhammad Musa Bello, s’est engagé à renforcer la collaboration existante entre l’Institut nigérian de la science du sol afin d’améliorer la qualité des sols dans la capitale nationale.

Le ministre, qui était représenté par le secrétaire permanent de la FCTA, M. Adesola Olusade, a fait cette promesse lorsque le Conseil d’administration de l’institut, dirigé par son président, le professeur Ayoade Ogunkunle, a rendu une visite de courtoisie à la FCTA, ce jeudi à Abuja.

Le ministre a déclaré que l’administration de la FCTA était très préoccupée par la qualité des terres car la productivité dépendait largement de la terre.

Selon lui, si la qualité des terres est faible, l’agriculture ne sert à rien et, par conséquent, un organisme chargé de réglementer l’utilisation des terres est très important et approprié pour le pays.

Il a assuré que toute agence gouvernementale désireuse de contribuer au développement du FCT est toujours bien accueillie.

“Nous sommes ici pour vous recevoir aujourd’hui au nom du ministre FCT, en ma personne Adesola Olusade, la secrétaire permanent FCTA, le secrétaire chargé de mandat de l’agriculture et du développement rural, FCT, Abubakar Ibrahim et d’autres gestion du personnel dans le secrétariat.

“Nous avons pris note des réalisations de l’institut et nous avons également noté le paragraphe deux de votre lettre où vous demandez un espace de bureau dans le FCT. Nous allons transmettre votre demande au ministre.

“Je vous remercie Prof. Ayoade pour avoir reconnu la structure solide que nous avons dans le FCT et pour les informations que vous nous avez fournies sur l’institut. Une chose est sûre, l’institut semble être le père de tous”.

Plus tôt, Ogunkunle, a expliqué que l’institut était une agence sous le ministère fédéral de l’Agriculture et du Développement rural avec sa loi promulguée et signée par le président Muhammadu Buhari le 3 février 2017.

Il a également révélé que l’institut avait pour mandat de réglementer et de soutenir la profession de la science du sol et non seulement la profession mais aussi l’utilisation du sol.

Il a révélé qu’à l’heure actuelle, l’institut compte plus de 350 pédologues agréés dont nous pouvons nous porter garants et qui peuvent conseiller les gens sur l’utilisation des sols et si vous y adhérez, vous êtes assuré de réussir.

Selon lui, le sol est comme la maison de tous les êtres humains, des plantes, des animaux et la nature du sol dans chaque pays fait que si nous le détruisons, nous aurons des problèmes.

“Si nous ne le gérons pas de manière durable, nous aurons des problèmes. À l’étranger, où nous étudions, nous nous en sommes rendu compte et ils rendent de nombreux endroits intouchables parce que vous ne pouvez pas aller dans le pays voisin pour demander leur sol.

“On peut demander beaucoup d’autres choses, mais pas le sol. Si le sol est érodé et endommagé, il faudra de nombreuses années pour le restaurer. Le sol est comme un être vivant, lorsque vous commencez à l’utiliser à un certain stade, il ne répond plus, à moins qu’il ne soit bien géré.”

Le président a profité de l’occasion pour demander un terrain au ministre du FCT afin de permettre à l’institut de construire un siège permanent digne de ce nom.

“Nous voulons un terrain qui puisse être développé pour l’institut”.

Leave A Reply

Your email address will not be published.