L’élite politique du Nigéria exhortée à veiller au bien-être économique des citoyens

Propos recueillis par Cyril Okonkwo, Abuja.

0 266

Le vice-président du Nigéria, Prof. Yemi Osinbajo, a fait valoir que l’élite politique au Nigéria a le devoir, dans l’intérêt du bien-être économique des citoyens, de s’assurer que les élections et les processus de résolution des conflits électoraux sont libres, équitables et crédibles.

L’érudit Osinbajo, qui s’est exprimé à Abuja lors de la 14e édition de la Leaders Annual Conference and Awards, a annoncé que c’était le moins que l’élite pouvait offrir à ses nations et au continent.

Le professeur Osinbajo a exhorté l’élite à soutenir l’objectif premier du gouvernement, en lui rappelant l’énorme défi auquel elle est confrontée pour fournir à 90 millions des 200 millions d’habitants du Nigéria une éducation, des emplois et des soins de santé.

“La démocratie, l’État de droit et l’élection de nos gouvernements à travers des élections libres et équitables sont cruciaux car ils sont censés soutenir l’objectif premier qui est de permettre aux citoyens de bien vivre et d’avoir accès à des emplois, des opportunités et des services bien rémunérés. Ou, au sens large, de soutenir la croissance et la stabilité de l’économie de la nation.

“Il est donc évident que nous devons veiller à ce que ces mesures de protection du bien-être de nos citoyens n’affectent pas négativement le bien-être même qu’elles sont censées protéger, à savoir l’économie.

“Et c’est une tâche délicate, car à chaque cycle électoral, la première victime est l’économie, il y a une réticence à investir, et les consommateurs font attention à ne pas dépenser leurs économies ou à ne pas être optimistes sur le marché boursier, parfois par crainte de perturbations électorales qui pourraient devenir incontrôlables et rendre les affaires et le commerce impossibles.” a révélé M. Osinbajo.

Le vice-président Osinbajo a souligné que les perspectives de perturbation de l’économie étaient encore plus grandes lorsque les élections produisent des gouvernements qui ne sont pas crédibles.

“La légitimité des gouvernements, telle qu’elle est conférée par le mandat librement accordé par l’électorat, est une considération majeure pour les investisseurs locaux ou étrangers avisés et importants.

“Le capital, dit-on, est un grand lâche, qui s’enfuit au moindre signe de problème.

“En outre, l’histoire électorale récente du Nigéria comporte trop d’exemples de violence électorale à la suite de résultats électoraux largement contestés. Bien entendu, cela entraîne généralement la destruction de biens publics et privés et d’infrastructures, sans compter le gaspillage d’heures de travail pendant et après les troubles”. a ajouté M. Osinbajo.

Il a ajouté qu’un autre test de la crédibilité des compétitions électorales au Nigéria est l’intégrité de l’arbitre et des tribunaux électoraux.

“Lorsque l’arbitre est perçu comme injuste, il peut y avoir des problèmes. Lorsque les tribunaux sont perçus comme arbitraires, fantaisistes ou agissant en contradiction avec les précédents établis, il y a une perte de confiance presque proportionnelle de la part de l’électorat”. a ajouté M. Osinbajo.

Des élections équitables

L’ancien premier ministre du Kenya, Raila Odinga, qui a prononcé le discours principal de l’événement, a souligné que le développement essentiel en Afrique ne peut réussir sans un gouvernement légitime et démocratiquement élu, responsable et à l’écoute de ses citoyens.

“Des élections libres et équitables sont des indicateurs pour les investisseurs qu’il y a un gouvernement en place qui croit à l’équité et à l’état de droit.

“Lorsqu’un gouvernement s’installe à travers un scrutin équitable, les investisseurs ont l’assurance que leur propriété sera respectée, que la fiscalité sera équitable et que les règles seront simples et claires et qu’ils n’auront pas à recourir à la corruption et aux pots-de-vin pour installer leur entreprise.” a lancé M. Odinga.

Dans son discours d’ouverture, Mme Nda-Isaiah a conclu que la 14e édition du prix était spéciale pour certaines raisons, notamment la présence du vice-président qui avait honoré l’événement trois fois.

Leave A Reply

Your email address will not be published.