Diphtérie : les experts s’inquiètent de la vaccination des adolescents et des adultes

0 82

Les experts s’inquiètent de la couverture vaccinale et de l’affaiblissement de l’immunité des adolescents et des adultes dans le pays, alors que la diphtérie, une maladie mortelle de la gorge, réapparaît dans certaines régions du Nigeria. Ils insistent sur la nécessité de sensibiliser davantage la population afin d’enrayer la propagation de la maladie, alors que le pays est confronté à de multiples épidémies.

Le directeur général du Centre nigérian de contrôle et de prévention des maladies (NCDC), le Dr Ifedayo Adetifa, a également confirmé que la diphtérie, maladie de la gorge, a tué au moins 34 personnes dans le pays. Le NCDC avait, dans un avis, déclaré qu’il avait répondu aux rapports de cas de diphtérie dans les États de Lagos et de Kano et qu’il surveillait la situation dans les États d’Osun et de Yobe où des cas ont été recensés.

La diphtérie est une infection bactérienne grave causée par une bactérie appelée Corynebacterium species qui affecte le nez, la gorge et parfois la peau d’un individu.

Le gouvernement de l’État de Kano, qui avait confirmé la semaine dernière l’apparition de la maladie, a récemment révélé qu’il avait enregistré 100 cas suspects.

Le président de l’Association nigériane de sécurité biologique, le professeur Ademola Denloye, a déclaré dans une interview que la diphtérie est une maladie bactérienne et qu’il pourrait être difficile de la contrôler. Denloye, qui est également professeur au département de zoologie et de biologie environnementale de l’université d’État de Lagos, a déclaré : “Bien qu’elle puisse être prévenue par la vaccination, la question est de savoir si nous avons les vaccins disponibles et si nous les avons administrés”. Il a ajouté que les différents ministères de la santé et les départements de la santé à tous les niveaux doivent améliorer leur jeu pour enrayer la maladie.

Par ailleurs, un professeur de santé publique, Tanimola Akande, a déclaré qu’il était inquiétant qu’une maladie évitable par la vaccination refasse encore surface dans le pays. “Cela signifie que les gens ne sont pas protégés et que notre système immunitaire est faible. La couverture vaccinale de routine est très faible au Nigeria. Officiellement, on dit que le vaccin est disponible, mais les gens y ont-ils accès ?” a-t-il demandé.

Par ailleurs, le Dr Waidi Sule, professeur associé de virologie à l’Université d’État d’Osun, a déclaré que le pays devait s’inquiéter de la résurgence de la maladie. “Nous devons procéder à une revaccination massive, notamment de tous les enfants à risque, car cela ne devrait pas être un problème. Donc, si nous avons une résurgence, nous devons intensifier le taux de vaccination aussi vite que possible”, a déclaré M. Sule.

Le Dr Uche Ojinmah, président de la NMA, a déclaré : “Nous ne devrions pas nous attendre à un problème trop important car nous avons été vaccinés contre la diphtérie, c’est-à-dire la diphtérie, la coqueluche et le tétanos… “Je ne sais donc pas pourquoi nous avons une épidémie, cela signifie que soit une partie du pays, si c’est dans ce pays, ne fait pas ce qu’il faut, soit le vaccin est défectueux”. Pour endiguer l’épidémie, M. Ojinmah a déclaré qu’il était nécessaire d’accroître la sensibilisation..

Leave A Reply

Your email address will not be published.