L’Allemagne et la France doivent être “pionnières pour la refondation” de l’Europe

0 134

À l’occasion du 60e anniversaire du traité de réconciliation entre l’Allemagne et la France, Emmanuel Macron reçoit, dimanche, le chancelier allemand Olaf Scholz, à Paris, pour des retrouvailles hautement symboliques après des mois de turbulences au sein du couple moteur de la construction européenne.

Emmanuel Macron a plaidé pour que la France et l’Allemagne deviennent “pionnières pour la refondation” de l’Europe, lors d’un discours à la Sorbonne à l’occasion du 60e anniversaire du traité de réconciliation entre les deux pays.

“L’Allemagne et la France, parce qu’elles ont défriché le chemin de la réconciliation, doivent devenir pionnière pour la refondation de notre Europe”, a déclaré le chef de l’État, devant le chancelier Olaf Scholz.

Emmanuel Macron a notamment cité la nécessité de “bâtir un nouveau modèle énergétique”, d’encourager “l’innovation et les technologies de demain” ou de favoriser une “Union européenne capable de s’assumer comme puissance géopolitique à part entière, en matière de défense, en matière spatiale, en matière diplomatique”.

“L’avenir” de l’Europe repose sur la “locomotive” franco-allemande, a déclaré le chancelier allemand Olaf Scholz, lors d’une cérémonie à Paris à la Sorbonne.

“L’avenir, au même titre que le passé, repose sur la coopération de nos deux pays, comme locomotive d’une Europe unie”, a déclaré le chancelier qui a qualifié le “moteur franco-allemand” de “machine de compromis” permettant de “transformer les controverses et les intérêts divergents en une action convergente”.

Après l’étalage des différends, le couple franco-allemand cherche un nouveau souffle : Emmanuel Macron reçoit Olaf Scholz à Paris pour afficher une certaine unité retrouvée, à l’occasion du 60e anniversaire solennel du traité de réconciliation entre l’Allemagne et la France.

Après une cérémonie à la Sorbonne, le président français et le chancelier allemand se réunissent à la mi-journée à l’Élysée pour un Conseil des ministres franco-allemand.

En octobre, ce rendez-vous annuel avait dû être reporté en raison de dissensions sur une série de sujets-clés, de l’énergie à la défense. Résultat, la rencontre entre les deux premières puissances de l’Union européenne sera cette fois scrutée de près pour déceler leur degré d’entente.

La date des retrouvailles est hautement symbolique : soixante ans jour pour jour après la signature du Traité de l’Élysée par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, qui “a marqué la fin de décennies, si ce n’est de siècles, de rivalités féroces et de guerres sanglantes”, écrivent les deux dirigeants dans une tribune publiée par le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung et le Journal du dimanche.

 

Avec AFP

Leave A Reply

Your email address will not be published.