Le gouvernement nigérian certifie deux nouveaux syndicats universitaires

Propos recueillis par Helen Shok Jok, Abuja

0 162

Le gouvernement nigérian a délivré des certificats d’enregistrement à deux syndicats nouvellement enregistrés dans le système universitaire du pays.

Les deux syndicats, l’association nationale des universitaires en médecine et en dentisterie (NAMDA) et le Congrès des académiciens universitaires (CONUA), sont des syndicats dissidents du syndicat du personnel académique des universités (ASUU).

Le ministre du Travail et de l’Emploi, Dr Chris Ngige, a fait cette présentation mardi à Abuja au nom du gouvernement nigérian.

S’adressant aux enseignants, Dr. Ngige a appelé les syndicats à opérer pleinement en tant que syndicats dans les universités du pays sans craindre d’être intimidés par d’autres syndicats existants dans le système universitaire du pays.

Selon lui, des lettres ont été adressées aux agences de sécurité pour leur accorder tous les droits accordés aux autres syndicats, pour leurs réunions, leurs AG et leurs assemblées de délégués.

“La même chose a été faite à tous les ministères, départements et agences du gouvernement, y compris le bureau du comptable général de la Fédération, afin que vos cotisations soient déduites à la source et vous soient remises.

Rappelant les événements qui ont donné naissance aux deux syndicats, Ngige a révélé qu’un groupe d’enseignants du système universitaire a demandé au ministère du Travail en 2018 d’être enregistré en tant que Congrès des académiciens universitaires et le ministère a mis en place un comité, qui a fait son travail et, début 2019, a recommandé que le syndicat soit enregistré.

“Néanmoins, nous n’avons pas enregistré le syndicat car nous voulions nous assurer que nous étions sur la bonne voie.

“En 2020, la demande est revenue et cette fois-ci, ils ont expliqué qu’ils avaient été expulsés du syndicat du personnel académique des universités (ASUU) et donc privés de protection. Et que l’expulsion était le résultat de leur refus de suivre la voie d’ASUU.

“Ils se sont plaints du manque de démocratisation au sein d’ASUU et du manque de transparence dans la gestion des finances du syndicat, tout comme le ministère a fait remarquer à l’ASUU qu’il n’avait pas vérifié ses comptes.

“Au moment où ils disaient cela en 2020, l’ASUU n’avait pas audité ses comptes depuis quatre ans”, a annoncé le ministre.

Selon M. Ngige, le ministère a décidé d’enregistrer les membres de la CONUA pour qu’ils puissent fonctionner comme un syndicat à part entière et leur a donné une lettre de reconnaissance.

Selon les procédures de la loi, une fois que les lettres du syndicat sont données, vous publiez ce syndicat. Cela fait partie de la section 3 (2) de la loi et cette section permet au ministre de regrouper un syndicat existant lorsque sa fonctionnalité n’est plus garantie “et c’est ce que nous avons fait avec le CONUA”.

Clarifiant également la position du gouvernement concernant l’enregistrement de la NAMDA, M. Ngige a intimé que les médecins universitaires, y compris les enseignants précliniques, se sont plaints de ne pas être protégés par l’ASUU et ont demandé à être enregistrés en tant que syndicat.

Selon lui, les professeurs de médecine ont fait valoir que les négociations de l’ASUU ne les couvraient pas, en termes de bien-être, de conditions de service et d’indemnités.

Il a ajouté qu’un comité a été mis en place pour examiner les plaintes et que le gouvernement a vu la nécessité de rationaliser certaines des questions litigieuses et a adopté les recommandations du comité pour qu’ils sortent de l’ASUU et aient leur propre association.

“Ce n’est pas une chose anormale. Nous avons dissocié le syndicat nigérian des retraités en 2018. Nous avons maintenant des pensionnés contributeurs et des pensionnés dans les agences de la fonction publique. Le dégroupage est dynamique. C’est le changement. Le changement est constant”, a-t-il lancé.

Recevant le certificat au nom de ses membres, le président national de CONUA, Dr Niyi Sunmonu, a informé : ” avec cette inscription complète, nous assurons les Nigérians que nous allons nous engager dans des discussions et des négociations significatives et réalistes avec le gouvernement fédéral et toutes les autres parties prenantes sur la façon dont nous pouvons obtenir un meilleur accord pour les professeurs d’université et en fait pour un meilleur fonctionnement de l’ensemble du système sans nécessairement faire tanguer et couler le bateau “.

Dr Sunmonu a toutefois demandé au ministre d’intervenir sur la question de la controverse concernant la collecte des cotisations de ses membres.

S’exprimant dans le même sens, le président de la NAMDA, Dr Nosa Orhua, représenté par le premier vice-président, Dr Ali Ramat, a félicité le ministre pour la remise des certificats, promettant que “plus jamais il n’y aura de fermeture totale du système”.

Il a déploré ce qu’il a appelé le blocage des étudiants en médecine pendant huit mois, ajoutant qu’avec cette évolution, il sera pratiquement impossible de trouver de bons médecins.

La CONUA et la NAMDA ont sollicité l’intervention du ministre pour obtenir les huit mois de salaire de leurs membres qui, selon eux, ne faisaient pas partie de la grève d’ASUU pour cette période.

Le processus d’enregistrement complet des syndicats a commencé il y a trois mois, pendant la grève prolongée de l’ASUU, qui a bloqué les activités académiques dans les universités nigérianes pendant huit mois.

Avec deux syndicats autres que l’ASUU dans le système universitaire, les acteurs du secteur pensent que le gouvernement a effectivement coupé les ailes à l’ASUU et a finalement brisé son monopole dans les universités nigérianes.

Leave A Reply

Your email address will not be published.