Le NOTAP s’engage à créer IPTTO dans l’université de l’État d’Anambra

Détails avec Hadiza Ndadama

0 147

Dans le but de démystifier la technologie et d’inculquer la culture de la propriété intellectuelle (PI) dans les établissements d’enseignement supérieur nigérians, l’Office national d’acquisition et de promotion des technologies (NOTAP) a créé un autre bureau de propriété intellectuelle et de transfert de technologie (IPTTO) à l’université Chukwuemeka Odumegwu Ojukwu (COOU) d’Uli, dans l’État d’Anambra.

S’exprimant lors de la cérémonie de mise en service, le directeur général et chef de la direction du NOTAP, Dr DanAzumi Mohammed Ibrahim, a noté que la création d’IPTTO dans les établissements d’enseignement supérieur nigérians était un projet interventionniste du NOTAP visant à assurer le développement de la science, de la technologie et de l’innovation (STI) à travers la recherche.

Représenté par le directeur du département Transfert et enregistrement des technologies (TTR), Dr Ephraim Okejiri, le DG a souligné que le programme a été lancé par le NOTAP en collaboration avec l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) pour encourager la culture de la propriété intellectuelle (PI) et faire en sorte que les chercheurs tirent des avantages financiers de leurs travaux de recherche.

“Les pays du monde développé qui ont utilisé leur propriété intellectuelle sont les producteurs des biens et services consommés par les pays en développement. L’indice mondial de mesure du développement des nations est passé des ressources aux connaissances, d’où la nécessité d’encourager le développement de la propriété intellectuelle au Nigéria”.

Le directeur général et chef de la direction de NOTAP Dr DanAzumi Mohammed Ibrahim

Le DG a en outre ajouté que de nombreuses activités de recherche non coordonnées sont menées dans les institutions de savoir nigérianes, mais qu’avec la création des IPTTO, les chercheurs commencent à passer de la recherche conventionnelle, qui ne vise qu’à faire progresser leur carrière, à une recherche axée sur la demande pour résoudre les problèmes de société.

“Le NOTAP, dans le but d’encourager le dépôt de brevets au Nigéria, aide les chercheurs à rédiger des revendications, à déposer des demandes de brevets et à payer les frais de brevet, et n’appelle le chercheur que pour obtenir le certificat de brevet.

Propriété intellectuelle

Dans son allocution de bienvenue, le vice-chancelier de l’université, le professeur Greg Nwakoby, représenté par le vice-chancelier adjoint chargé des études, le professeur Osita Chiaghanam, a évoqué que la décision de créer l’IPTTO au sein de l’institution n’était pas une erreur, car l’université est connue pour ses prouesses dans le domaine des sciences et de l’ingénierie, ajoutant que l’IPTTO ouvrira des possibilités de breveter les résultats de leurs recherches.

“Les programmes de leadership visionnaires de NOTAP, notamment dans le domaine de la protection de la propriété intellectuelle, encourageront le développement de start-ups qui se traduiront par une stabilité économique”, a intimé le VC.

Le professeur Nwakoby a également encouragé le personnel et les étudiants de l’institution à prendre au sérieux la formation en matière de propriété intellectuelle qui sera dispensée par le NOTAP, car elle les aidera à recentrer leurs activités de recherche.

Trois documents techniques ont été présentés, notamment le Cadre de gestion de la propriété intellectuelle dans les établissements d’enseignement supérieur, présenté par la directrice de l’acquisition des technologies et de la coordination de la recherche, Mme Caroline Anie-Osuagwu.

Leave A Reply

Your email address will not be published.