Lutte contre COVID-19 : vers l’installation des usines de production d’oxygène

Détails avec Edward Samuel, Abuja

0 201

Le gouvernement nigérian apte à atteindre son objectif de construire 100 usines de production d’oxygène depuis le début de la pandémie de Covid-19 pour assurer l’efficacité de l’oxygène dans tous les districts sénatoriaux du pays.

Le ministre de la Santé, Dr Osagie Ehanire, l’a fait savoir lors de la 17e édition de la série de cartes de pointage de l’administration du président Muhammadu Buhari, organisée par le ministère de l’Information à Abuja, la capitale du pays.

Dr. Ehanire a noté qu’avant le début de la pandémie en 2020, le Nigeria disposait de moins de 30 usines de production d’oxygène, ce qui était une source de préoccupation pour atteindre la suffisance d’oxygène et la prestation de soins sanitaires.

“Nous avons pris conscience, au cours du COVID-19, de l’importance de l’oxygène et du fait que le pays comptait moins de 30 usines de production d’oxygène, dont beaucoup ne fonctionnaient pas. Le gouvernement fédéral a construit une centrale à oxygène par État dans chacune des institutions fédérales et, par la suite, nous avons pu obtenir un financement du Fonds mondial et de l’UNICEF pour en construire d’autres”, a-t-il informé.

Le ministre a ajouté que l’administration du président Buhari s’est engagée à réaliser 100 usines de production d’oxygène et en a construit 90 jusqu’à présent.

“Aujourd’hui, nous avons plus de 90 usines de production d’oxygène, alors qu’il n’y en avait qu’une trentaine de fonctionnelles auparavant, et nous allons avoir une usine de production d’oxygène dans chaque zone sénatoriale afin d’avoir plus de 100 usines fonctionnelles.

Ainsi, l’oxygène sera disponible dans tout le pays et les hôpitaux publics et privés, et même les centres de soins de santé primaires (SSP), disposeront d’une quantité d’oxygène suffisante.” a-t-il renchéri.

Le ministre a également ajouté que le gouvernement nigérian a rendu opérationnel le Fonds pour la fourniture de soins de santé de base (BHCPF), qui a reçu et déboursé plus de 101 milliards de nairas à plus de 7 600 établissements de soins de santé primaires (SSP) à travers le pays en octobre 2022, indiquant que les dépenses de SSP ne représentaient que 4,6 % des dépenses de santé actuelles.

“Bien que les dépenses de santé du gouvernement général aient augmenté, cela n’a pas suffi à réduire les dépenses personnelles, qui sont passées de 71,5 % en 2019 à 72,8 % en 2020, ce qui est encore loin de notre objectif de moins de 40 %. Notre effort commun est encore nécessaire pour conduire la quête de réduction des dépenses à la charge des patients, améliorer l’efficacité du système de santé, augmenter les dépenses publiques en matière de soins de santé et étendre la couverture du prépaiement et les mécanismes de protection contre les risques financiers “, a-t-il précisé.

En ce qui concerne le point d’entrée, le directeur des services sanitaires portuaires du Nigeria, Dr Geoffrey Okatubo, a intimé que les cas positifs seraient mis en quarantaine et que tous les cas négatifs seraient surveillés, car il est prévu de dépister les passagers entrant dans le pays à l’aide d’un test de diagnostic rapide (RTD).

Leave A Reply

Your email address will not be published.