Rencontre du Nigéria et la République du Niger axée sur la redéfinition de la frontière

Rapport signé: Jumoke Ogidan, Abuja

0 170

Le Comité permanent conjoint d’experts sur la démarcation de la frontière internationale Nigeria/Niger s’est réuni à Abuja, la capitale du Nigéria.

Lors de cette réunion, le directeur général de la Commission nationale des frontières au Nigeria, Adamu Adaji, a révélé que le gouvernement nigérian et la République du Niger ont reconstruit cent vingt-neuf piliers sur cent quarante-huit le long de leurs corridors frontaliers.

Selon lui, cela avait pour but de maintenir l’intégration socio-économique et la sécurité.

La réunion, qui était organisée par la Commission nationale des frontières au Nigeria, avait pour but d’évaluer le rapport d’étape sur le niveau de mise en œuvre des résolutions de la précédente réunion d’experts tenue en 2021 en République du Niger.

Le DG a révélé que six cent soixante-dix-neuf piliers intermédiaires ont également été reconstruits sur trois mille sept cents pour plus de visibilité et de démarcation pour les communautés frontalières.

Activités transfrontalières

Dans son adresse, il a ajouté que le Comité mixte permanent d’experts sur la démarcation de la frontière internationale Nigeria/Niger continuerait à mener des activités transfrontalières afin d’atteindre un objectif commun pour le bénéfice des habitants des zones frontalières.

Le chef de la délégation de la République du Niger, Bala Pate, a noté que la République du Niger travaillait à la réalisation des objectifs de l’Union africaine en matière de coopération transfrontalière, qui visent à promouvoir la coopération transfrontalière aux niveaux local, sous-régional et régional.

D’après lui, “en effet, la nécessité de maintenir un climat de paix durable dans les zones frontalières et la promotion de la coopération transfrontalière ont conduit à l’adoption du document cadre de la politique nationale des frontières, qui prend désormais en compte toutes les questions relatives à la gouvernance transfrontalière afin de mutualiser les services au profit des populations frontalières.

“L’adoption de ce document de référence par les autorités nigériennes s’inscrit parfaitement dans l’esprit et les orientations définies par la Convention de l’Union africaine sur la coopération transfrontalière, dite Convention de Niamey, adoptée en, 2014 lors de la 23e session ordinaire de la Conférence au sommet des chefs d’État, en Guinée équatoriale, dont l’objectif numéro un est de promouvoir la coopération transfrontalière aux niveaux local, sous-régional et régional.”

Selon M. Pate, le Nigéria a été le premier pays de la CEDEAO à lancer officiellement le Fonds de la CEDEAO pour la coopération transfrontalière, la libre circulation et la migration, appelé Programme régional d’appui à la coopération transfrontalière (PRACT 2021-2025).

M. Pate a appelé les deux pays à saisir l’opportunité offerte par le PRACT pour créer des initiatives de coopération transfrontalière afin de développer les zones transfrontalières en espaces de paix et de sécurité pour la promotion du développement durable et de la coopération transfrontalière.

S’exprimant lors de la réunion, le secrétaire général par intérim de la Commission mixte Nigéria-Niger, Adamu Namanta, a informé les participants que la frontière entre le Nigéria et le Niger était la seule frontière à ne pas avoir enregistré de conflit armé.

Il a donné l’assurance que les communautés frontalières des deux pays continueraient à vivre en paix et que leur sécurité resterait une priorité.

Leave A Reply

Your email address will not be published.