L’économie au coeur de la rencontre Mexique-Etats-Unis

0 148

Le président américain Joe Biden et son homologue mexicain ont discuté du renforcement des liens économiques, de la lutte contre le commerce illégal de la drogue et des moyens de freiner l’immigration clandestine.

Ils ont discuté lors d’une réunion à Mexico City ce lundi.

Lors de la réunion bilatérale, M. Biden et le président mexicain Andres Lopez Obrador ont également discuté de mesures incitatives visant à promouvoir les investissements dans la fabrication de semi-conducteurs le long de la frontière.

“Il existe des conditions inégalées pour lancer une nouvelle politique d’intégration économique et sociale sur notre continent”, a révélé M. Obrador au début de la réunion, exhortant M. Biden à investir dans la région.

M. Lopez Obrador accueille M. Biden et le Premier ministre canadien Justin Trudeau de lundi à mercredi pour le premier sommet entre les trois depuis fin 2021.

Le discours sur un partenariat plus étroit intervient alors même que des désaccords persistent sur les politiques énergétiques nationalistes de Lopez Obrador, qui ont conduit au lancement d’une plainte commerciale officielle en juillet par Washington et Ottawa.

Selon lui, un accord commercial s’est avéré être un instrument précieux, mais qu’il y avait une croissance continue dans ses ports du Pacifique avec des marchandises en provenance d’Asie, signalant que les pays restent dépendants de la production industrielle asiatique.

“Ne pourrions-nous pas produire en Amérique ce que nous consommons ? Bien sûr, c’est une question de définition et de planification conjointe de notre développement futur”, a précisé Lopez Obrador lors d’une rencontre avec Biden.

Depuis que la pandémie de Covid-19 a mis à mal les chaînes d’approvisionnement, les responsables politiques ont multiplié les appels aux entreprises pour qu’elles délocalisent leurs activités depuis l’Asie afin de renforcer les économies couvertes par l’accord commercial régional États-Unis-Mexique-Canada.

Migration irrégulière

Les deux dirigeants ont également réaffirmé leur engagement à utiliser des “approches innovantes” pour réduire la migration irrégulière, après que l’administration Biden a récemment introduit une politique visant à expulser vers le Mexique les migrants de Cuba, d’Haïti et du Nicaragua qui traversent illégalement la frontière.

Le Mexique a exhorté les États-Unis à engager des fonds en faveur de l’Amérique centrale et du sud du Mexique afin de stimuler le développement et d’endiguer la migration de l’une des régions les plus pauvres de l’hémisphère, et de faciliter l’accès des migrants aux emplois américains.

“Les dirigeants ont discuté d’une coopération accrue pour poursuivre les trafiquants de drogue et interrompre l’approvisionnement en produits chimiques utilisés pour fabriquer du fentanyl”, a insisté la Maison Blanche, l’opioïde synthétique étant responsable de milliers de décès aux États-Unis.

Deux responsables mexicains, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, ont souligné que le plan impliquerait essentiellement que le Mexique réduise la quantité de fentanyl passée en contrebande à la frontière en échange de la réduction par les États-Unis du nombre d’armes à feu faisant l’objet d’un trafic vers le Mexique.

La semaine dernière, le Mexique a arrêté un important chef de cartel, Ovidio Guzman, qui est recherché aux États-Unis. Selon l’un des responsables mexicains, les armes utilisées par le gang de Guzman sont entrées dans le pays depuis les États frontaliers américains.

Politique intérieure

Malgré les discours sur le renforcement des liens, des tensions subsistent. M. Lopez Obrador a alarmé les États-Unis avec un projet d’interdiction des importations de maïs génétiquement modifié, bien que le Mexique ait accepté de reporter cette interdiction à 2025. Les trois partenaires commerciaux ont également été à couteaux tirés sur les règles d’origine des automobiles.

“Les tensions commerciales concernant les automobiles, les règles douanières, le maïs génétiquement modifié et les politiques énergétiques du Mexique sont déjà élevées et pourraient s’accentuer”, a déclaré Jake Colvin, président du National Foreign Trade Council, basé à Washington.

“Pour créer un corridor nord-américain permettant de surpasser la Chine, les États-Unis, le Canada et le Mexique doivent être sur la même page économique”, a-t-il ajouté.

Leave A Reply

Your email address will not be published.