En Birmanie, une centaine de Rohingya emprisonnés pour avoir voyagé sans autorisation

0 117

Les autorités birmanes ont condamné plus d’une centaine de Rohingya à des peines allant de deux à cinq ans d’emprisonnement pour avoir tenté de quitter le pays sans “aucun document légal”, a indiqué, mardi, un journal d’État.

Quelque 112 Rohingya – dont 12 enfants – ont été condamnés en Birmanie à des peines allant de deux à cinq ans d’emprisonnement pour avoir tenté de quitter le pays sans “aucun document légal”, a indiqué, mardi 10 janvier, un journal d’État.

Un tribunal de Bogale a rendu son verdict vendredi pour le groupe qui avait été arrêté fin décembre, alors qu’il tentait de rallier la Malaisie, a précisé le Global New Light of Myanmar, citant la police locale.

Les enfants condamnés (cinq d’entre eux ont moins de 13 ans) ont été transférés, dimanche, dans un centre d’éducation pour mineurs près de la capitale commerciale Rangoun, a fait savoir le média officiel, sans donner plus de précisions.

La minorité musulmane des Rohingya, appelés “Bengalais” de manière péjorative dans les médias birmans, est victime de discriminations à grande échelle dans le pays à majorité bouddhiste.

Bien qu’installés dans le pays depuis des générations, ils sont toujours considérés comme des intrus en Birmanie, dont ils n’ont pas la nationalité, ni les mêmes droits que les autres habitants, notamment pour voyager.

Une procédure contre la Birmanie, accusée de génocide par la Gambie, est en cours devant la plus haute instance judiciaire des Nations unies.

Des centaines de milliers de Rohingyas musulmans ont fui en 2017 la répression sanglante de l’armée birmane pour trouver refuge dans des camps au Bangladesh voisin.

Des milliers d’entre eux – 2 000 selon l’ONU en 2022 – risquent leur vie chaque année dans des tentatives pour rejoindre la Malaisie ou l’Indonésie par la mer.

Une embarcation en bois avec près de 200 Rohingya à bord, dont une majorité de femmes et d’enfants, a accosté dimanche sur la côte ouest de l’Indonésie, le cinquième de la sorte selon les autorités locales.

 

Avec AFP

Leave A Reply

Your email address will not be published.