Appel à la transparence électorale

Précisions de Salihu Ali, Abuja

0 116

La présidente de la Cour d’appel du Nigeria, la juge Monica Dongbang Mensen, a prévenu que tout membre du personnel du greffe du tribunal des pétitions électorales qui tenterait de compromettre le processus perdrait son emploi et serait poursuivi en justice.

Elle a lancé cet avertissement lundi en déclarant l’ouverture d’un atelier de renforcement des capacités de deux jours destiné au personnel du greffe du tribunal des pétitions électorales à Abuja, sur le thème “Défis posés par les tribunaux des pétitions électorales et la voie à suivre”.

La juge Mensen a informé les plus de trois cents membres du personnel du greffe que les élections jouent un rôle essentiel dans le système démocratique de toute nation et que la création de tribunaux électoraux permet de remédier aux lacunes qui surviennent lors des élections, exhortant le personnel du greffe à assumer cette mission nationale avec un sens aigu du patriotisme.

Elle a noté que la Cour d’appel, étant l’avant-dernière Cour, est habilitée à établir des tribunaux électoraux et à faire ouvrir les greffes au moins sept jours avant l’élection.

Selon la juge Mensen, “le greffe est un organe très important d’un tribunal des pétitions électorales et ses fonctions administratives comprennent la réception des pétitions et autres procédures judiciaires pour dépôt, l’émission d’avis d’audience, la préparation des procédures et ordonnances judiciaires, la garde et la conservation des documents du tribunal, la compilation des dossiers, parmi d’autres fonctions et responsabilités”.

Elle leur a rappelé que les pétitions devant les tribunaux électoraux sont limitées dans le temps et les a exhortés à s’assurer que les procédures sont correctement et rapidement déposées une fois qu’elles sont portées au greffe afin d’éviter toute injustice administrative aux parties avant que ces questions ne soient jugées.

La juge Mensen a expliqué que l’efficacité, la qualité, l’efficience, la transparence et la rapidité du greffe ont un impact direct sur la performance et la justice rendue par le tribunal électoral.

Elle a insisté sur le fait que “la formation comprend des sujets d’actualité très intéressants qui vous prépareront dans une large mesure à votre mission. Je vous invite donc à prêter une attention particulière à chaque détail de la formation afin d’être bien équipés et informés de vos rôles en tant que secrétaires du tribunal et personnel de soutien, tels qu’ils sont définis dans la loi électorale de 2022 (telle que modifiée) et dans la directive sur les procédures judiciaires électorales de 2022”.

La juge Mensen a également conseillé aux participants de vivre au-dessus de la mêlée afin de ne pas jeter le discrédit sur le système judiciaire, ajoutant que la Cour n’hésitera pas à traiter toute personne prise en défaut.

Elle les a prévenus de ne pas voir cela comme une opportunité de faire de l’argent mais plutôt de construire une réputation pour l’avenir.

Le président de la Commission électorale nationale indépendante, le professeur Mahmoud Yakubu, représenté par Mme May Agba-Muche, a réitéré l’engagement de l’arbitre électoral à assurer des élections crédibles, libres et équitables dans le pays.

Par ailleurs, l’un des partenaires de développement et représentant national de l’International Foundation for Election System (IFES), M. Seray Jah, a promis un soutien accru pour le succès des élections au Nigeria.

Leave A Reply

Your email address will not be published.