L’ex-président Ould Abdel Aziz interdit de quitter la Mauritanie

0 115

L’ex-président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, qui fait face à un procès pour corruption présumée, a déclaré jeudi qu’il avait été interdit de voyager à l’étranger.

Il s’est rendu à l’aéroport pour voyager mercredi mais “en a été empêché par la police politique, qui a dit avoir reçu des instructions”, a-t-il déclaré sur Facebook.

La police a agi “alors que je ne fais l’objet d’aucun contrôle judiciaire ni d’aucune autre mesure susceptible de m’interdire de voyager”, a-t-il ajouté.

Abdel Aziz, arrivé au pouvoir par un coup d’État en 2008, a quitté le pouvoir en 2019 après deux mandats présidentiels et a été remplacé par un ancien général, Mohamed Ould Ghazouani.

Lui et 11 autres personnalités de son ancien régime ont été inculpés pour des soupçons de corruption, de blanchiment d’argent et d’enrichissement illicite, datant de l’époque où il était au pouvoir.

Leur procès doit s’ouvrir le 25 janvier, selon une source judiciaire.

“Il y a deux jours à peine, une personne qui figurait sur la même liste que moi a pu voyager”, a déclaré Abdel Aziz dans une vidéo publiée sur sa page Facebook.

“Il semble que je sois pointé du doigt pour être maltraité par ce système malhonnête, qui mène le pays à la catastrophe.”

Un haut responsable de la gendarmerie, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a déclaré que le passeport d’Abdel Aziz avait également été confisqué mercredi.

Plus tôt dans la journée, le porte-parole du gouvernement, Nany Ould Chrougha, avait déclaré aux journalistes que le comportement d’Abdel Aziz visait à influencer l’affaire qui le concerne.

L’enquête sur Abdel Aziz a commencé peu après qu’il ait quitté ses fonctions, en commençant par une enquête parlementaire lancée en août 2020.

Cette enquête s’est concentrée sur les revenus pétroliers de la Mauritanie pendant sa présidence, la vente d’actifs de l’État, la liquidation d’une entreprise publique chargée de l’approvisionnement en nourriture et les activités d’une société de pêche chinoise.

Abdel Aziz a été inculpé en mars 2021. Il a été placé en détention trois mois plus tard pour avoir prétendument violé une caution et troublé l’ordre public, mais a été libéré en janvier 2022 pour des raisons de santé.

Parmi les autres accusés dans cette affaire figurent l’un de ses gendres, deux anciens premiers ministres et plusieurs anciens ministres et hommes d’affaires.

Abdel Aziz affirme être victime de règlements de comptes de la part de ses rivaux. Il fait valoir qu’il bénéficie d’une immunité de poursuites en vertu de la Constitution.

 

Avec AFP

Leave A Reply

Your email address will not be published.