Le vice-président du Sénat optimiste de devenir le prochain gouverneur de l’État du Delta

Détails avec Timothy Choji, Abuja

0 78

Le vice-président du Sénat nigérian, Ovie Omo-Agege, se dit optimiste quant à la victoire de l’All Progressives Congress, APC, aux élections du gouverneur de l’État du Delta.

Omo-Agege, qui est le candidat de l’APC pour l’élection du gouverneur qui aura lieu en mars, a fait connaître son point de vue dans une interview accordée aux correspondants de la State House après avoir rencontré à huis clos le président Muhammadu Buhari jeudi.

Il a déclaré qu’il s’attaquerait aux problèmes du chômage et de l’insécurité afin d’attirer les investisseurs.

“Si vous allez dans l’État du Delta aujourd’hui, il n’y a pas de maison où vous ne rencontrerez pas un enfant qui est allé à l’école, bien éduqué, diplômé il y a 6, 7, 8, 9 ans, qui est au chômage. Ce défi du chômage ne connaît pas de frontières de parti, de langue ou de religion, le chômage est le chômage.

“Nos concitoyens ne cherchent qu’à avoir la possibilité d’occuper un emploi de jour et de s’occuper de leur famille. Nous en faisons donc une priorité à travers cet axe de notre manifeste, qui est l’emploi et l’emploi de notre peuple.

“Par le passé, nous avions de nombreuses entreprises dans l’État qui, lorsque l’économie était en plein essor, offraient des possibilités d’emploi à nos concitoyens, mais la plupart de ces entreprises, pour une raison ou une autre, mais surtout pour des raisons de sécurité, ont quitté l’État pour d’autres États, où elles contribuent largement à l’IGR et aux autres sources de revenus de ces États.

“Nous nous demandons donc ce que nous pouvons faire pour les attirer, pour les ramener dans l’État du Delta. Nous avons l’intention d’aborder cette question de la sécurité. Comme je l’ai dit, c’est une question de volonté politique, si vous décidez de faire les investissements nécessaires dans ce secteur. Il n’y a aucune raison pour que nous ne soyons pas en mesure d’inciter ces entreprises à revenir”, a-t-il déclaré.

Le vice-président du Sénat a souligné que la technologie serait également déployée pour accélérer le processus de retour des entreprises qui ont quitté la région en raison de problèmes de sécurité.

“Comme je l’ai dit, nous avons quelques États, pour des raisons de sécurité, je ne les citerai pas, mais ce sont des questions auxquelles j’ai un accès privilégié, en raison de mon bureau, dans mon interaction avec les agences de sécurité, nous avons appris quels sont ces dispositifs de sécurité, combien ils coûtent et quels États ont décidé de faire les investissements et les résultats qui en ont découlé.

“Je suis convaincu que c’est quelque chose que nous sommes déterminés à faire, à investir dans le Delta, et une fois que nous l’aurons fait, toutes ces entreprises reviendront dans l’État, car c’est la raison pour laquelle elles l’ont quitté en premier lieu, en plus de leur donner d’autres incitations, pour faire revenir les entreprises, peut-être en s’arrêtant un peu, mais en profitant du statut de pionnier auquel elles ont droit, pour les faire venir, les aider avec leurs impôts, leur fournir des terrains”, a-t-il ajouté.

Développement des infrastructures

Le candidat au poste de gouverneur a également déclaré que s’il est élu, il s’attachera à développer les infrastructures afin d’améliorer les conditions de vie de son peuple.

“En termes de développement des infrastructures, regardez les routes, par exemple. Je continue à donner un exemple, j’étais dans l’État d’Imo, il y a environ 3 ou 4 mois, lorsque M. le Président a été invité à mettre en service une route de 50 kilomètres construite par mon ami, le gouverneur de l’État d’Imo, Hope Uzodinma. Il s’agit d’une route fédérale, j’insiste là-dessus, mais le gouverneur a utilisé les ressources des habitants de l’État d’Imo pour construire cette route, à double voie, avec un éclairage public tout le long,

“Je l’ai entendu lorsqu’il a fait remarquer à M. le Président qu’il s’agissait d’une route fédérale. Normalement, c’est l’obligation du gouvernement fédéral, mais il s’est également rendu compte que les personnes qui empruntent cette route ne sont pas des fonctionnaires fédéraux d’Abuja ; ce sont des indigènes de l’État d’Imo qui empruntent les routes.

“De même, nous avons l’intention de faire la même chose à Delta. Les deux routes principales, comme vous le savez, celle qui mène d’Ughelli à Asaba en passant par Isoko et Kwale, est une route fédérale, nous l’admettons.

“Celle qui mène de PTI à Warri, en passant par Agbor et Asaba, est également une route fédérale, nous le reconnaissons. Mais ce ne sont pas les fédéraux qui emprunteront ces routes, c’est vous et moi, les Deltans, et il n’y a aucune raison, étant donné les ressources dont nous disposons, la quantité d’argent qui est arrivée à l’État, y compris les emprunts, qu’une partie de cet argent ne soit pas utilisée pour achever la construction de ces routes”, a-t-il déclaré.

Leave A Reply

Your email address will not be published.