” Nous avons tenu notre promesse ” (Législateurs nigérians)

Précisions Timothy Choji, Abuja

0 181

Le président du Sénat nigérian, Ahmed Lawan, affirme que l’Assemblée nationale a tenu sa promesse d’inverser le cycle budgétaire du pays de janvier à décembre et de le maintenir.

Lawan a fait cette remarque lors d’une interview avec les correspondants de State House, peu après que le Président Buhari ait apposé sa signature sur le document vital.

Il a déclaré : “Tout d’abord, permettez-moi de remercier le Dieu tout-puissant d’être témoin aujourd’hui. La signature du projet de loi de finances 2023 par M. le Président aujourd’hui marque la quatrième signature consécutive des crédits annuels votés par la neuvième Assemblée nationale. Je profite de l’occasion pour féliciter et féliciter les membres de l’Assemblée nationale pour cet exploit.

“Lorsque nous sommes arrivés, nous avons promis que nous allions adopter les budgets, les budgets annuels avant la fin de chaque année. Et nous avons tenu cette promesse par la grâce de Dieu. Rien ne peut être mieux que cela, parce que c’est un exploit qui a influencé même les États, de nombreux États se sont précipités pour s’assurer qu’ils adoptaient et approuvaient leurs budgets annuels avant la fin de l’année.

“Et bien sûr, l’économie, la fiscalité, les aspects positifs de la mise en œuvre des budgets qui commencent normalement à partir de janvier. Nous sommes donc très reconnaissants à Dieu tout-puissant que cela se soit produit.

“Deuxièmement, permettez-moi également de dire que la réforme consistant à présenter le cadre de dépenses à moyen terme et le document de stratégie fiscale (CDMT et DSF), le budget, le projet de loi d’affectation, le projet de loi de finances, je pense que c’est un développement intéressant qui devrait être poursuivi.”

Il a souligné que les législateurs ont fait ce qui était modeste et que cela devrait être poursuivi par leurs successeurs.

“Nous n’avons pas fait ce que nous aurions souhaité faire. Mais je pense qu’au risque de paraître immodeste, la neuvième Assemblée nationale a adopté le cadre de dépenses à moyen terme et le document de stratégie fiscale (CDMT & FSP), en temps normal, a adopté le projet de loi de crédits, a adopté le projet de loi de finances. Et bien sûr, nous sommes très heureux d’avoir pu le faire.

“Troisièmement, c’est la dernière loi de finances annuelle que l’Assemblée nationale adoptera. Et M. le Président s’élèvera comme il l’a mentionné. Nous espérons que la mise en œuvre commencera dès que possible, car le temps est essentiel, et la principale raison pour laquelle nous avons adopté le budget en un temps record est de garantir une mise en œuvre en temps utile.

“Nous pensons que la mise en œuvre simultanée de la loi de finances 2022, y compris la loi supplémentaire et, bien sûr, la loi de finances 2023, devrait être faite de telle sorte que l’économie de ce pays se reflète avant que le prochain gouvernement n’arrive au pouvoir”, a-t-il déclaré.

Améliorer la base de revenus du Nigeria

Le président du Sénat a également noté que les législateurs allaient maintenant se concentrer sur leur travail dans le temps qu’il leur reste, en particulier sur la façon d’améliorer la base de revenus du pays.

“Nous devons nous concentrer sur les cinq prochains mois environ, nous avons encore quelque chose de valable à faire, même si les deux chambres ont fait presque tout ce que nous considérions comme notre programme législatif.

“Mais le Nigeria est confronté à des problèmes de revenus. Et c’est sur ce point que nous allons nous concentrer. L’Assemblée nationale et les deux chambres vont s’assurer que nous obtenons des revenus, que nous trouvons des sources plus nombreuses, de meilleures sources, que nous stabilisons les ressources et, bien sûr, que nous examinons certaines législations et certaines dérogations et concessions accordées pour voir si elles méritent ou non de continuer à être mises en œuvre de la manière dont elles ont été approuvées. Ou bien nous devons inverser cela car nous avons besoin d’argent dans notre pays.

“Mais cela ne veut pas dire que nous devrions augmenter les impôts au point de causer des problèmes à nos citoyens. Mais je crois qu’en tant qu’Assemblée nationale, au cours des cinq prochains mois, nous devons chercher à augmenter les fonds disponibles pour le gouvernement et également veiller à ce que le budget déficitaire soit minimisé lors de la prochaine assemblée, par la grâce de Dieu”, a-t-il ajouté.

De même, le président de la Chambre des représentants, Femi Gbajabiamila, a évoqué que, contrairement aux insinuations, les législateurs n’ont pas augmenté le budget sans raison mais l’ont fait pour permettre aux agences gouvernementales de remplir leurs mandats.

Selon lui, “Vous avez utilisé le terme “jerk up” trois ou quatre fois dans cette seule phrase. Je ne suis pas tout à fait sûr de ce que cela signifie. Si vous comprenez la démocratie constitutionnelle, il existe différents niveaux de gouvernement. Et ça s’appelle la séparation des pouvoirs.

” Le nôtre est de recevoir des propositions et c’est pourquoi on les appelle des propositions. Partout dans le monde, c’est maintenant pour l’Assemblée nationale ou le corps législatif. Nous devons rassembler toutes ces propositions, regarder ce qui se passe sur le terrain dans les différentes circonscriptions.

“Et pendant la défense du budget, nous avons des ministères, des départements et des agences qui viennent nous parler. Et nous examinons la réalité sur le terrain et ce qu’ils ont devant eux. Et si oui ou non ils peuvent exécuter leur mandat selon leurs ministères et départements.

“Il incombe maintenant à l’Assemblée nationale, où il fait sombre, d’ajuster les chiffres, soit à la baisse, soit à la hausse. Et c’est exactement ce que nous avons fait.

“Vous voyez, le problème avec l’Assemblée nationale est que vous ne pouvez ni gagner ni perdre. Si vous renvoyez le budget tel qu’il est, on vous appelle un “rubber stamp”. Si vous faites ce que vous êtes censé faire et ajustez les chiffres pour le bien du pays. Vous l’appelez jacking up ou inflation, ou padding.”

Répondre au mandat constitutionnel

Gbajabiamila a noté avec fierté que l’Assemblée nationale a fait de son mieux pour le bien du pays.

“Je pense donc que l’Assemblée nationale a très bien rempli son mandat constitutionnel. Il faut que toutes les branches du gouvernement soient à bord pour donner un véritable document de travail pour le pays.

“L’exécutif a fait tout ce qu’il pouvait. Et nous avons même une vue plus large, une vue d’ensemble de ce qui se passe dans toutes les agences. Et nous avons également complété ce que l’exécutif a fait. Il n’y a pas de “vous avez fait, vous n’avez pas fait”. Non. Tout est pour le bien du pays. Et c’est ce que nous avons fait”, a-t-il ajouté.

Leave A Reply

Your email address will not be published.