Le gouvernement entend déployer six millions de compteurs d’électricité en 2023

0 85

Six millions de compteurs d’électricité vont être déployés dans tout le pays au cours des premier et deuxième trimestres de 2023, afin de réduire le nombre de consommateurs d’électricité sans compteur au Nigeria, a déclaré le gouvernement fédéral.

Cette information a été révélée dans un document de décembre 2022 sur l’examen des performances du secteur de l’électricité/de l’industrie nigériane de l’approvisionnement en électricité sous l’administration actuelle.

Dans le document, le gouvernement a indiqué qu’il avait mis en œuvre avec succès une initiative de comptage après la privatisation avec un million de compteurs déployés dans la première phase du programme national de comptage de masse.

Le ministre de l’électricité, Abubakar Aliyu, a déclaré que la Banque centrale du Nigeria et la Commission de régulation de l’électricité du Nigeria ont joué un rôle fondamental dans la conception et la mise en œuvre de ce programme.

Il a ajouté : “Nous sommes en train de mettre au point des plans pour six millions de compteurs supplémentaires dans le cadre des deuxième et troisième phases du programme, qui débuteront respectivement au premier et au deuxième trimestre de 2023.

“La première phase a généré 10 000 emplois dans l’installation et l’assemblage et nous prévoyons que plus de 20 000 emplois supplémentaires seront créés au cours de la deuxième phase. Les deux phases disposent de structures de financement durables.”

Il a également précisé que le gouvernement était en train de mettre en place un fonds pour les services de comptage qui permettra d’effectuer des comptages continus dans le NESI.

Cette initiative intervient alors que les tarifs forfaitaires pour les consommateurs sans compteur continuent d’augmenter dans un contexte d’inflation nationale et mondiale.

Les consommateurs sans compteur ont déploré la hausse croissante des prix, qui sont passés d’environ 6000 Naira à plus de 15000 Naira par mois en 2022.

Plus tôt dans l’année, les législateurs fédéraux ont décrié ce qu’ils ont décrit comme un système de facturation injuste qui a vu les Nigérians payer plus pour des services qu’ils ne reçoivent pas.

Leave A Reply

Your email address will not be published.