Nigéria: réaction de la Présidence face à la déclaration de l’ex-président Obasanjo

Détails avec Timothy Choji, Abuja

0 86

La Présidence a répondu aux commentaires de l’ancien dirigeant nigérian, Olusegun Obasanjo.

Dans un message du Nouvel An, Obasanjo a soutenu le candidat présidentiel du Parti travailliste, Peter Obi, et a affirmé que le Nigeria est passé de la poêle à frire au feu sous l’administration du président Muhammadu Buhari.

L’assistant spécial principal du président pour les médias et la publicité, Garba Shehu, a déclaré dans un message que l’ancien président Obasanjo attaquait toujours le président Buhari parce qu’il était envieux des réalisations du président actuel, ajoutant qu’il continuait à le faire par frustration.

Il a précisé : “L’ancien président Obasanjo est tellement connu de tous que personne n’a besoin de décrire qui il est. Mais nous aimerions dire quatre choses :

“La première est qu’il n’arrêtera pas d’attaquer le président Muhammadu Buhari parce que l’ancien président n’arrêtera pas d’être jaloux de quiconque le bat à un nouveau record dans le processus de développement de la nation.

“Le président Buhari est en avance sur le chef Obasanjo dans tous les domaines du développement national et faire cela est un péché capital pour Obasanjo dont les hallucinations lui disent qu’il est le meilleur qui ait jamais dirigé le Nigeria et qu’il n’y en aura jamais un autre meilleur que lui.

“Le président Buhari vient de terminer l’édifice de classe mondiale qu’est le deuxième pont sur le Niger après trois décennies de promesses non tenues. Il attend maintenant d’être mis en service.

“Obasanjo a posé la première pierre du pont lors de son premier mandat de président élu et les travaux n’ont jamais commencé.

“Lorsqu’il s’est présenté aux élections pour son second mandat, il est retourné sur le site pour poser la première pierre du pont pour la seconde fois. Lorsque l’Obi d’Onitsha, franc et érudit, lui a rappelé qu’il l’avait fait dans le passé, Obasanjo a dit au premier chef traditionnel du Sud-Est qu’il était un menteur, en présence des chefs et des oracles de son palais.

“Obasanjo a menti au Sud-Est pour obtenir ses votes. Le président Buhari n’a pas obtenu leurs votes mais a construit le pont parce qu’il pensait que c’était la bonne chose à faire.

“Deuxièmement, le président Buhari a reçu des récompenses et des éloges pour avoir essayé de faire ce que la Constitution de la République fédérale du Nigeria stipule qu’un dirigeant doit faire : servir un ou deux mandats maximum et partir.

“Le président Buhari a déclaré et répété qu’il superviserait une meilleure élection que celle qui l’a amené au pouvoir et qu’il partirait le moment venu.

“Ayant essayé de prolonger son mandat et échoué, l’esprit fictif d’Obasanjo doit lui dire que c’est lui qui est attaqué.

“Mais il n’est pas dans le collimateur du président Buhari, car l’expérience a montré, surtout ces derniers temps en Afrique de l’Ouest où il y a eu au moins trois coups d’État réussis et de nombreuses autres tentatives ratées, que le troisième mandat ou la prolongation du mandat est une recette pour l’instabilité politique.”

Le porte-parole présidentiel a ajouté que les réalisations du président Buhari ont dépassé les frontières du Nigeria, alors qu’Obasanjo a laissé derrière lui de nombreuses questions qui demandent des réponses.

“En outre, la totalité des dirigeants africains ont désigné le président Buhari comme le champion de la lutte contre la corruption du continent.

“Vous ne pouvez pas être un champion de la lutte contre la corruption si “vous vous êtes mêlé et avez contourné les règles”, portant la responsabilité putride de ce qui est arrivé aux actifs nationaux au nom de la privatisation, comme l’a documenté le Sénat nigérian en 2011.

“À titre d’exemple, l’Aluminum Smelter Company of Nigeria, ALSCON, qui a été créée avec 3,2 milliards de dollars, a été vendue à une entreprise russe, Russal, pour la somme dérisoire de 130 millions de dollars. Delta Steel, qui a été créée en 2005, pour un coût de 1,5 milliard de dollars, a été vendue à Global Infrastructure pour seulement 30 millions de dollars.

“ALSCON a récupéré 120 millions de dollars pour le dragage de la rivière Imo, qui n’a jamais été effectué.

“Troisièmement, le profil croissant du président Buhari en tant que champion de la démocratie, non seulement dans son pays et dans la sous-région ouest-africaine, mais aussi sur l’ensemble du continent africain, est lié au précédent.

“En tant que président, Obasanjo a déstabilisé la démocratie interne en orchestrant la mise en accusation des gouverneurs qui ne se pliaient pas à son administration très impériale.

“Comme nous l’avons dit il y a quelque temps, le mandat de M. Obasanjo (1999-2007) a représenté les jours sombres de la démocratie nigériane en raison d’une série d’attaques contre la constitution.

“L’ancien président a déployé la machine fédérale pour démettre de leurs fonctions les gouverneurs Joshua Dariye, Rashidi Ladoja, Peter Obi, Chris Ngige et Ayo Fayose. Il s’agissait des gouverneurs de l’époque du Plateau, d’Oyo, d’Anambra et d’Ekiti, respectivement, injustement démis de leurs fonctions à l’aide de la police et des services secrets sous son contrôle.

“Sous sa direction, une assemblée législative de cinq membres s’est réunie à 6 heures du matin et a “destitué” le gouverneur Dariye au Plateau ; 18 membres sur 32 ont démis le gouverneur Ladoja d’Oyo de ses fonctions ; à Anambra, le gouverneur Obi de l’APGA a également été destitué à 5 heures du matin par des membres qui n’avaient pas atteint les deux tiers requis par la constitution.

“Sous le Parti démocratique des peuples (PDP), les pouvoirs législatifs de l’assemblée de l’État de Rivers ont été transférés au Parlement fédéral pour punir le gouverneur Amaechi d’avoir changé d’alliance politique.

“En outre, Obasanjo a fait du tort à la Cour suprême et a retenu illégalement les recettes de l’État de Lagos provenant de sources fédérales en raison de sa mesquinerie à l’égard du gouverneur Bola Tinubu.

“Par ailleurs, il y a quelques semaines, à Washington, le président américain Joe Biden, lors d’une réunion avec les chefs d’État et de gouvernement africains, a décrit le président Buhari comme un champion de la démocratie et un modèle pour les dirigeants des États africains.

“Il est clair qu’Obasanjo est devenu encore plus jaloux en adoptant une attitude vengeresse.

“Quatre, dire que “de la poêle à frire au feu” est la situation au Nigeria en ce moment devrait être lu comme signifiant une expérience personnelle pour lui et nous savons ce que cela signifie.

“L’enfer” pour Obasanjo, c’est quand un président, n’importe quel président qui vient après lui, refuse d’être sa propre marionnette, de faire ce qu’il veut sur tous les sujets et à tout moment.

“Il continue alors à attaquer par frustration.

“L’attitude vengeresse d’Obasanjo à l’égard du président Buhari est le summum de l’égoïsme et n’est rien d’autre que de la misère morale”, a-t-il conclu.

Olusegun Obasanjo a été chef d’État du Nigeria de 1976 à 1979, puis président de 1999 à 2007.

Le dimanche 1er janvier 2023, il a soutenu le candidat du Parti travailliste à la présidence comme son choix pour les élections générales de 2023.

Le chef Obasanjo a fait cette déclaration dans une lettre ouverte et un message de Nouvel An publiés par son assistant Kehinde Akinyemi.

L’ancien président a déclaré que Peter Obi, qui est son protégé, avait un avantage sur les autres candidats aux élections de 2023.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.