Des efforts, selon l’armée nigériane, sont en cours pour sauver une femme officier enlevée

Détails avec Nokai Origin, Abuja

0 173

L’armée nigériane (AN) a informé le public que la femme officier qui a été enlevée le lundi 26 décembre 2022, le Lieutenant PP Johnson, n’a pas encore été secourue car les recherches se poursuivent.

L’officier a été enlevée alors qu’elle rendait visite à sa grand-mère à Aku-Okigwe, dans l’État d’Imo, peu après avoir terminé sa formation de cadet et avoir été nommée lieutenant de l’armée nigériane.

Un communiqué publié par le directeur des relations publiques de l’armée, le général de brigade Onyema Nwachukwu, indique qu’une vidéo de son enlèvement a été diffusée sur les médias sociaux, où ses ravisseurs ont affirmé que son enlèvement s’inscrivait dans le cadre de leur lutte pour le Biafra contre l’État nigérian.

La déclaration ajoute : “Il est instructif de constater que la situation de l’officier en tant que femme et citoyenne nigériane d’origine sud-orientale n’a pas dissuadé ses ravisseurs de la déshumaniser dans leur tentative insensée de commettre des atrocités sous couvert de lutte pour le Biafra. Il s’agit manifestement d’un autre indice des myriades de crimes perpétrés par l’IPOB/ESN contre les Ndigbo, ceux-là mêmes qu’ils prétendent combattre pour leur émancipation”.

L’armée nigériane a donc clairement indiqué à ceux qui doutent encore du véritable statut de l’IPOB/ESN qu’il s’agit de terroristes se faisant passer pour des combattants de la liberté et qu’ils ne méritent le soutien de personne, en particulier des bonnes gens du Sud-est du Nigeria.

L’armée a déclaré que les informations qui circulent ne sont pas fondées car l’officier n’a pas encore été libéré ou sauvé de ses ravisseurs. Elle a également déclaré que la séquence vidéo qui circule et qui est associée à la revendication de sauvetage est une ancienne vidéo de l’arrestation d’un suspect par les troupes.

L’armée a également précisé que l’information sur le sauvetage de l’officier n’émanait pas de l’AN, tout en appréciant l’inquiétude du public quant au statut de l’officier.

L’armée nigériane a assuré le public qu’elle ne négligerait aucun effort pour sauver l’officier et traduire les auteurs en justice, tout en appelant le grand public à fournir des informations crédibles et fiables qui pourraient conduire à son sauvetage et à l’arrestation des auteurs.

Leave A Reply

Your email address will not be published.