Epidémie de choléra : L’OMS purifie la source d’eau d’une communauté à Cross River

Précisions de Eme Offiong, Calabary

0 219

Le gouvernement de l’État de Cross River et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont conjointement entamé le processus de traitement de la seule source d’eau potable pour les habitants de la communauté d’Ekureku, dans la zone de gouvernement local d’Abi, dans le district central.

La directrice générale de l’Agence de développement des soins de santé primaires de l’État de Cross River, Dr Janet Ekpenyong, a révélé cela lors d’une interview exclusive à la Voix du Nigéria à Calabar, la capitale de l’État de Cross River, dans le sud du Nigeria.

Traitement de l’eau/fumigation.

Dr Ekpenyong a déploré le décès de 26 personnes à la suite de l’épidémie, qui, selon elle, a été causée par les personnes qui ont bu de l’eau contaminée sans respecter les protocoles d’hygiène simples.

“Dès jeudi, lorsque nous avons reçu l’information, le ministère de la Santé et l’Agence de développement des soins de santé primaires ont déployé leur équipe d’intervention dans les communautés. Nous avons également fait appel à nos partenaires comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Croix-Rouge, le programme WASH (Water, Sanitation and Hygiene) des Nations unies et d’autres encore.

“Nous avons découvert que dans les villages d’Ekureku, des personnes sont mortes à cause de la soudaine épidémie de choléra. Les 30 personnes qui ont été hospitalisées ont été traitées avec des antibiotiques, une thérapie de réhydratation orale et d’autres médicaments appropriés. Au total, 26 personnes sont décédées.

“L’équipe de l’Organisation mondiale de la santé est en train de purifier les sources d’eau potable à Ekureku. L’eau du forage, remplie de particules, sera la première à être traitée, puis le ruisseau, qui ressemble plus à un étang. Ensuite, une autre équipe s’occupe de la fumigation. Tout le monde sera fumigé et le ruisseau sera également traité.

“L’épidémie est liée à la contamination de la source d’eau potable. Nous avons apporté des échantillons d’eau au laboratoire pour nous permettre de déterminer l’organisme exact. Les habitants d’Ekureku dépendent principalement de la pêche, on ne peut pas savoir quel type de produit chimique ils ont pu utiliser dans le ruisseau et les gens boivent à la même source d’eau.”

Une éducation sanitaire intensive

En ce qui concerne les mesures à prendre pour enrayer une nouvelle épidémie, le directeur général a précisé que des agents sanitaires se trouvaient dans les différents villages d’Ekureku et sensibilisaient intensivement la population à la nécessité de faire bouillir l’eau avant de la boire et d’adopter d’autres modes de vie sains.

“Nous n’isolons personne, nous sensibilisons intensément la population à l’hygiène et soulignons que le lavage des mains est essentiel. Nos équipes sont dans les villages pour surveiller, rechercher les contacts et éduquer la population afin d’endiguer la propagation du choléra.

“Beaucoup de personnes sont sorties de l’hôpital, elles mangent et beaucoup ont arrêté de faire leurs besoins. Nous avons les médicaments dont ils ont besoin et leur état est très stable. Nous n’avons donc pas besoin de les mettre en quarantaine. Pour l’instant, il n’y a plus de décès et ceux qui ont été hospitalisés sont stables et sortent de l’hôpital.

“Le gouvernement de l’État trouve cet incident tout à fait malheureux et compatit avec les familles qui ont été touchées. Nous mettons en œuvre tous les moyens possibles pour stopper la transmission. Cependant, nous demandons instamment à tous les chefs de communauté de nous soutenir en prêtant leur voix pour s’assurer que les gens adhèrent à des protocoles d’hygiène simples pour mettre fin au choléra et aux autres maladies connexes.”

Leave A Reply

Your email address will not be published.