”13 millions d’emplois créés à travers l’agriculture au Nigéria” (Président Buhari)

Propos recueillis par Timothy Choji depuis Abuja

0 114

Selon le Président Muhammadu Buhari, la révolution agricole du Nigeria a conduit à la création de plus de 13 millions d’emplois directs et indirects au cours des sept dernières années et demie.

Le président a fait cette révélation à Washington DC lors d’une session interactive intitulée “Une conversation avec le président Muhammadu Buhari du Nigeria”, co-organisée par l’Institut de la paix des États-Unis (USIP), l’Institut républicain international, la Fondation nationale pour la démocratie et la Fondation internationale pour les systèmes électoraux.

Le dirigeant nigérian a profité de l’occasion pour conseiller aux nations occidentales de ne pas se précipiter pour éliminer l’utilisation des combustibles fossiles afin d’assurer un climat sain.

Il a ajouté que l’économie nigériane a enregistré une croissance positive au cours des deux derniers trimestres, malgré les perspectives sombres de l’économie mondiale et la guerre en Ukraine.

Le président Buhari a également mis en garde les pays occidentaux contre l’émission frivole d’avis de voyage sur le Nigeria, exhortant les médias internationaux à être plus objectifs dans leurs reportages sur le pays.

Il a déclaré à la communauté internationale que, malgré les actions et les attitudes nonchalantes de certains amis et alliés, le Nigéria est néanmoins en train de gagner la guerre contre le terrorisme, en réalisant des progrès significatifs dans la lutte contre les menaces qui pèsent sur la sécurité et la survie du Nigéria et de la sous-région.

Le dirigeant nigérian a aussi appelé les États-Unis à faire davantage pour améliorer la qualité de la gouvernance dans la sous-région ouest-africaine, avertissant que la survie de la démocratie est remise en question à la suite des revers démocratiques observés au Mali, en Guinée et au Burkina Faso.

Expliquant les mesures prises par son administration pour développer l’économie du Nigeria depuis son arrivée au pouvoir en 2015, le Président a informé que des interventions ciblées dans l’agriculture sous l’impulsion de la Banque centrale du Nigeria ont permis au pays de passer du statut d’importateur net de riz, l’aliment de base du Nigeria, à celui d’autosuffisant dans sa production.

Ce même programme a financé la création et le fonctionnement de nos cinquante (50) rizeries intégrées.

Il a également financé plus de 4,5 millions de petits exploitants agricoles, assuré la culture de près de 6 millions d’hectares de terres agricoles et près de 700 projets agricoles à grande échelle ont été financés.

”Cette révolution agricole a conduit à la création de plus de 13 millions d’emplois directs et indirects”, a-t-il révélé.

Le Président Buhari a également intimé à la communauté des leaders d’opinion et des groupes de défense de la démocratie de Washington D.C. que l’accent mis sur le secteur agricole a placé le Nigeria dans une meilleure position pour gérer le choc systémique causé par le COVID-19 et la guerre Russie-Ukraine sur les chaînes d’approvisionnement alimentaire mondiales et la flambée des prix qui en découle.

La révolution dans le secteur, a-t-il précisé, a amélioré la capacité du pays dans le secteur agro-alimentaire, le rendant plus efficace dans l’amélioration et la maximisation des rendements de production et des pertes post-récolte.

” Le secteur non pétrolier reste l’avenir de notre économie et j’espère que les gouvernements successifs consolideront les gains que nous avons enregistrés sous ma direction.

”Vous conviendrez avec moi que la guerre Russie-Ukraine a contraint de nombreuses économies à mener des réformes et à réajuster leurs politiques pour faire face aux défis posés par le conflit.

”À cet égard, nous accordons désormais plus d’attention à la transmission et à la distribution d’énergie par le biais d’une collaboration ciblée avec des entreprises mondiales comme Siemens afin d’améliorer notre efficacité dans la chaîne de valeur de l’énergie”, a-t-il informé.

Concernant la ruée vers l’élimination de l’usage des combustibles fossiles par certaines nations développées, le Président a rappelé qu’en tant que membre de la communauté mondiale, le Nigeria a participé à plusieurs cycles de discussions sur le changement climatique et à diverses décisions issues de la COP26 et de la COP27 qui vient de se terminer.

‘Mais comme je l’ai dit dans mon article du Washington Post, il ne peut y avoir deux poids deux mesures, les nations occidentales utilisant leur influence et leur poids pour fermer les robinets du financement mondial des transactions de combustibles fossiles dont les nations en développement ont tant besoin, alors que lorsqu’elles ressentent le pincement, elles s’empressent d’allumer leurs centrales au charbon.

”Nous devons à notre peuple de créer des emplois et des moyens de subsistance et nous ne pouvons y parvenir sans maximiser notre avantage comparatif en matière d’énergie pour développer notre base manufacturière et industrielle.

”Par conséquent, un engagement plus fort doit être pris envers le fonds pour l’adaptation et l’atténuation du climat, si l’intention est d’établir l’équité et la justice.

”Concernant la croissance positive enregistrée dans l’économie, le Président Buhari a expliqué que les dépenses du gouvernement en matière d’infrastructures ont également été un aspect essentiel de la stratégie globale visant à assurer le rebond de l’économie.

”Notre déficit d’infrastructure est largement connu et avec la volatilité des marchés de capitaux, nous avons imaginé des moyens créatifs de financer ce déficit d’infrastructure pour construire des routes et ainsi améliorer la connectivité entre les marchés et faciliter le commerce.

”Nous avons conçu des systèmes de crédit d’impôt à l’investissement et l’utilisation d’obligations Sukuk pour reconstruire, développer et réhabiliter plus de 20 000 km de routes. En outre, nous avons revitalisé nos chemins de fer et nos routes, autrefois comateux, de sorte que des trains sont désormais en service le long de corridors critiques dans différentes parties du pays.

”Nos efforts en matière de lutte contre la corruption continuent de porter leurs fruits, puisque les agences compétentes continuent de réaliser des recouvrements impressionnants et d’obtenir la condamnation par la justice de ceux qui sabotent les efforts du Nigeria pour un développement et une croissance durables.

”Les sommes importantes récupérées seront déployées de manière transparente pour financer les infrastructures manquantes.

Contrairement à ce que l’on pouvait obtenir lorsqu’il a pris le pouvoir en 2015, le président a noté qu’aucune zone de gouvernement local (LGA) au Nigeria n’est sous le contrôle des terroristes de Boko Haram.

Le président a toutefois reconnu que le Nigeria et la région de l’Afrique de l’Ouest ont subi l’impact négatif des événements en Libye, en République centrafricaine, au Sahel et de la guerre en Ukraine.

”Notre région est inondée d’armes légères et de petit calibre qui continuent à circuler de manière fluide et à faire face à l’afflux de combattants étrangers”, a-t-il révélé, expliquant que le Nigeria et d’autres organismes régionaux en Afrique et dans le reste du monde travaillaient assidûment pour faire face à ces menaces existentielles pour l’existence même de l’humanité.

Faire preuve d’une grande bravoure

Le président Buhari a félicité les forces armées nigérianes et la force opérationnelle mixte multinationale, composée du Tchad, du Niger, du Cameroun, de la République du Bénin et du Nigeria, pour avoir fait preuve d’une grande bravoure dans la lutte contre le terrorisme, tout en payant le prix ultime pour garantir la liberté collective.

”Malgré les temps difficiles auxquels nous sommes confrontés, nous continuons à dépenser des ressources très rares et maigres pour nous assurer que nous disposons d’une force militaire bien équipée pour assumer cette tâche.

”Idéalement, ce sont des ressources qui pourraient être consacrées à l’éducation, aux soins de santé ou à d’autres services sociaux, mais sans la paix, nous avons appris à nos dépens que nos enfants ne peuvent pas aller à l’école ou bénéficier de bons soins de santé.

”Nous sommes néanmoins en train de gagner la lutte et de faire des progrès significatifs dans la lutte contre les menaces qui pèsent sur la sécurité et la survie du Nigeria et des sous-régions.

”Ces progrès constants sont réalisés en dépit des reportages négatifs dans les médias internationaux ainsi que des actions et attitudes nonchalantes de certains de nos amis et alliés qui n’apprécient pas suffisamment nos efforts dans la lutte contre le terrorisme.

”Plutôt que de se concentrer sur le négativisme, ce que sont devenus les Conseils aux voyageurs, le Nigeria, les sous-régions d’Afrique et le reste du monde peuvent travailler de manière plus concertée pour combattre le terrorisme et prévenir l’extrémisme violent, deux défis pour la paix et la stabilité mondiales, et pas seulement pour le Nigeria et l’Afrique.

”Malgré ces déficits d’attitude de la part de certains amis et alliés, le Nigeria reste ouvert à la collaboration avec la communauté internationale et d’autres partenaires de développement, afin de renforcer la sécurité et la stabilité mondiales.

Faisant valoir qu’un Nigeria sûr et stable est indispensable à la paix et à la prospérité générales non seulement du pays mais aussi de l’Afrique, avec d’énormes implications pour la paix et la stabilité mondiales, le président a souligné la nécessité d’un partenariat stratégique avec les États-Unis pour lutter ensemble contre les défis communs, tels que le terrorisme, le changement climatique et l’enracinement de la démocratie en Afrique.

Le président a révélé que le Nigeria est sur le point de mettre en service son nouveau centre de lutte contre le terrorisme, qui servira de centre de coordination et de recherche dans ce domaine en Afrique de l’Ouest.

‘Nos efforts sont guidés par notre loi sur la prévention du terrorisme de 2022, la stratégie nationale de lutte contre le terrorisme ainsi que le cadre politique et le plan d’action national sur la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent (PCVE)”, a-t-il précisé.

Élections 2023

Concernant les élections de 2023, le président Buhari a réitéré sa détermination avouée à assurer la tenue d’élections nationales libres, équitables et transparentes, dont le résultat serait largement accepté par les candidats.

”Depuis 2015, la conduite de nos élections continue de s’améliorer de manière constante. Depuis les élections générales de 2019, les élections partielles et les élections hors saison dans les États d’Edo, d’Ekiti, d’Anambra et d’Osun ont été menées dans des contextes largement améliorés à la satisfaction des contestataires et des électeurs.

”C’est ce que nous espérons pour 2023. Grâce au rôle d’observateur de la communauté internationale, la crédibilité des élections peut être encore renforcée pour que l’acceptabilité du résultat par les candidats et les partis politiques ne soit pas un problème.”

En ce qui concerne la démocratie en Afrique de l’Ouest, le Président Buhari a évoqué que le Nigéria allait ”travailler ensemble de manière agressive pour améliorer la qualité de la gouvernance dans la sous-région ouest-africaine, où la survie de la démocratie est actuellement remise en question”.

Il a indiqué que cela pourrait se faire par le biais d’investissements ciblés susceptibles de renforcer les dividendes de la démocratie et la création de moyens de subsistance solides à la population, ainsi que de promouvoir la responsabilité et la transparence de la classe politique.

”J’appelle chacun d’entre vous, ici présent, à continuer à s’associer à nous et à notre organisme électoral, pour les efforts de collaboration nécessaires qui sont essentiels pour approfondir et stabiliser la démocratie au Nigeria et dans le reste de l’Afrique.

”Les récents revers observés au Mali, au Burkina Faso et en Guinée sont en effet très regrettables et la CEDEAO continue de s’engager efficacement avec ces pays afin de restaurer la démocratie dans tous les Etats membres de la CEDEAO et sur tout le continent africain.”

Le président Buhari a remercié l’ambassadeur Johnnie Carson, ancien secrétaire d’État adjoint américain aux affaires africaines, et son équipe de l’avoir invité à revenir à l’Institut après sa dernière visite en 2015.

Revenant sur sa sortie en 2015, peu après sa prise de fonction, au cours de laquelle il a longuement parlé de la vision et de l’orientation de son administration dans les trois domaines essentiels que sont la sécurité, l’économie et la lutte contre la corruption, le Président Buhari a souligné : ”Je suis donc exceptionnellement heureux aujourd’hui, que cette scène qui a servi d’acte d’ouverture se présente une fois de plus, alors que les rideaux sont presque tirés, pour l’occasion de partager des expériences et de discuter des sept dernières années et demie.

”Lorsque je vous ai rencontré en 2015, je n’ignorais pas l’énorme bienveillance nationale et internationale que j’ai attirée. Bien que je sois un démocrate converti, et non un politicien ordinaire, je suis moins enclin à tenir un double discours.

Mes conseillers ne sont peut-être pas satisfaits de moi à cet égard. Je suis cependant mesuré dans mes propos, mais toujours certain de dire la vérité, ce qui a d’énormes conséquences dans un espace politique où c’est l’exception plutôt que la norme”.

Répondant à une question sur l’état de préparation de la CENI pour organiser les élections de 2023, le président a dinsisté sur le fait que la CENI est prête “parce que j’ai veillé à ce qu’elle reçoive toutes les ressources qu’elle a demandées, car je ne veux aucune excuse selon laquelle le gouvernement lui a refusé des fonds.”

Leave A Reply

Your email address will not be published.