La lutte contre la corruption aboutit à 3615 condamnations en un an

Détails avec Timothy Choji, Abuja

0 92

L’agence nigériane de lutte contre la corruption, la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC), a déclaré avoir obtenu 3 615 condamnations entre janvier et décembre de cette année.

Le président de l’EFCC, Abdulrasheed Bawa, a fait cette révélation jeudi lors du briefing hebdomadaire organisé par l’équipe de communication présidentielle.

Il a déclaré : “Au cours de la première année complète de l’administration actuelle, l’EFCC n’a enregistré que 195 condamnations, c’était en 2016, en 2017, l’EFCC a enregistré 186, nous avons baissé ; en 2018, nous avons enregistré 312 condamnations, en 2019, nous avons enregistré 1280 condamnations, cela a augmenté avec plus de 312 pour cent ; en 2022, nous avons eu le COVID et nous sommes descendus à 976, l’année dernière (2021), qui faisait partie de mon administration, nous avons enregistré un nombre sans précédent de 2220 condamnations et cette année, même si elle n’est pas terminée, nous avons jusqu’à présent enregistré 3615 condamnations, sans précédent.

“Les chiffres montrant les condamnations que l’EFCC a obtenues cette année seulement sont supérieurs aux condamnations que la Commission a enregistrées depuis sa création jusqu’en 2020. Cela est dû aux efforts que nous avons déployés, au soutien du gouvernement et aux bonnes relations de travail que nous entretenons avec le pouvoir judiciaire, ainsi qu’à toutes les mesures que nous avons prises et que le gouvernement nous a soutenues en tant qu’institution. C’est pourquoi vous pouvez voir le succès, c’est là où nous sommes maintenant et cela va s’améliorer.”

En outre, M. Bawa a annoncé qu’entre janvier et octobre de cette année, l’EFCC a récupéré auprès de criminels plus de 134 milliards de dollars ainsi que 121 millions de dollars et 15 parcelles de terrain pour le pays.

“En termes de recouvrements monétaires pour l’année en cours, du 1er janvier au 31 octobre 2022, nous avons récupéré N134, 337, 759, 574.25. Nous avons également récupéré 121 millions de dollars ainsi que différents montants en livres sterling, euros, yens japonais, etc.

“En ce qui concerne les actifs non monétaires, voici quelques-uns des recouvrements que nous avons effectués : 52 automobiles, des appareils électroniques, des motos, des vêtements et des biens immobiliers. Il s’agit d’actifs confisqués et non de cas faisant l’objet d’une enquête”, a-t-il déclaré.

En ce qui concerne les prochaines élections générales de 2023, le patron de l’EFCC a déclaré qu’il travaillait en collaboration avec la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour limiter l’achat de votes et les autres tendances à la corruption pendant les élections.

Nous travaillons avec l’INEC et beaucoup d’autres personnes, mais en fin de compte, nous voulons travailler avec les Nigérians. Ils doivent savoir ce qu’implique le fait de vendre leurs votes ou d’accepter que leurs votes soient achetés par ces individus.

“Nous espérons et prions pour que notre modeste effort permette d’enrayer ce problème d’achat de voix lors des élections de février et mars”, a-t-il indiqué.

Liste de surveillance

Le président de l’EFCC a également déclaré que certains gouverneurs sont sur la liste de surveillance de l’agence anti-corruption.

“Nous surveillons certainement un grand nombre d’entre eux et beaucoup de Nigérians nous ont également fourni des informations ici et là et nous surveillons, vous pouvez également nous aider avec tout élément d’information que vous avez”, a-t-il demandé.

M. Bawa a déclaré que l’EFCC avait reçu des pétitions sur les affaires de la plupart des candidats à la présidence actuellement en lice pour succéder au Président Buhari.

Il a ajouté que l’affaire de l’ancien gouverneur de l’État d’Abia, Orji Uzor Kalu, était toujours devant les tribunaux et que la Commission la suivrait jusqu’au bout.

Aide sociale

Concernant le bien-être de son personnel, le président de l’EFCC a déclaré que le président Buhari avait depuis approuvé une solide indemnité de départ pour le personnel de la Commission, afin d’améliorer leur efficacité.

“L’une des premières choses qu’il a faites lorsque je suis arrivé à la tête de la Commission a été d’approuver une solide indemnité de départ et tout le monde en est heureux à l’EFCC, tout le monde envisage de prendre sa retraite. Nous sommes donc en sécurité à cet égard.

“Et pour ceux qui cèdent aux tentations auxquelles ils sont confrontés, nous les traitons un par un, dès que nous obtenons des informations et que nous enquêtons. Ceux que nous avons trouvés fautifs ont été sanctionnés, certains ont été licenciés, d’autres rétrogradés et ainsi de suite. S pour les risques auxquels nous sommes confrontés, nous sommes très priants et Dieu continuera à nous protéger”, a-t-il ajouté.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.