Affrontement entre agriculteurs et éleveurs: le gouvernement nigérian appelle à la synergie

Dettails avec Ene Okwanihe, Abuja

0 177

Le gouvernement nigérian a appelé à une synergie entre les sous-secteurs de l’élevage et des cultures comme catalyseur pour mettre fin aux affrontements entre agriculteurs et éleveurs dans le pays, tout en assurant au sous-secteur de l’élevage un meilleur financement.

Le ministre de l’agriculture et du développement rural du Nigeria, le Dr Mohammad Abubakar, a lancé cet appel lors du sommet régional sur les défis de la sécurité humaine et climatique et la résolution des conflits entre agriculteurs et éleveurs dans le secteur de l’élevage, qui se tient actuellement à Abuja, la capitale du Nigeria.

Lors de son discours d’ouverture, le Dr Abubakar a mis en évidence certaines des façons dont le changement climatique contribue aux crises des agriculteurs et des éleveurs au Nigeria et dans la région de l’Afrique de l’Ouest.

“Dans la région nord-est du Nigeria, par exemple, nous sommes témoins de l’impact négatif de l’épuisement de l’eau de l’“oasis dans le désert” qu’est le lac Tchad sur les moyens de subsistance de plus de 45 millions de personnes vivant dans le bassin.

Il est de notoriété publique que les agriculteurs, les pêcheurs et surtout les éleveurs et les autres personnes vivant autour du lac en dépendent pour leur bien-être économique et leur subsistance.

Certaines des conséquences de l’assèchement du lac Tchad sont l’augmentation des troubles dans la région en raison de la concurrence pour les ressources rares entre les pêcheurs, les agriculteurs et les éleveurs.

Selon lui, “cette situation malheureuse a été exacerbée par les activités terroristes de Boko Haram dans la région, le banditisme et les enlèvements contre rançon qui se sont maintenant étendus à d’autres parties du pays au Nigeria et dans les pays voisins”.

Le Dr Abubakar, qui a noté qu’il y avait un besoin d’équilibre entre les deux sous-secteurs, le bétail recevra plus d’attention dans les domaines du financement et tout comme le sous-secteur des cultures.

“Nous proposons différents moyens de soutenir le secteur de l’élevage, tout comme nous le faisons pour les agriculteurs, notamment des subventions et des facilités de crédit, afin d’harmoniser les relations entre agriculteurs et éleveurs”.

Dans sa remarque, le gouverneur de l’État de Kebbi, Abubakar Bagudu, a souligné certaines des questions qui doivent être examinées pour résoudre la crise des agriculteurs et des éleveurs.

Il a déclaré que l’un des problèmes est que ceux qui sont impliqués dans l’industrie bovine, qui est une activité économique majeure au Nigeria, ne prennent pas en compte la qualité mais la quantité.

“Lorsque les gens parlent d’élevage, ils semblent oublier que le problème majeur de l’industrie bovine au Nigeria est un problème où ceux qui sont impliqués dans cette activité économique majeure du pays ne semblent pas se soucier de la qualité. Ils parlent de la quantité, du nombre de vaches, du nombre de bovins dans leur maison, tandis que les élites continueront à parler de la qualité du bœuf et du produit. Je pense que tant que cette question ne sera pas examinée de manière critique et traitée, nous risquons d’avoir beaucoup de problèmes pendant longtemps et nous ne prions pas pour cela”.

Leave A Reply

Your email address will not be published.