Amélioration de la sécurité : l’armée exhorte les médias à rendre compte de ses succès

Propos recueillis par Timothy Choji, Abuja

0 81

L’industrie des médias au Nigeria a été enjointe de tenir le public informé avec une couverture équilibrée des succès et des contributions des forces armées nigérianes au développement national et d’identifier et de se concentrer davantage sur l’ennemi commun de l’État.

Le chef d’état-major de la défense, le général Lucky Irabor, a donné ce conseil jeudi, lors du briefing hebdomadaire organisé par l’équipe de communication présidentielle à la villa présidentielle, à Abuja.

“Les hommes et les femmes du quatrième pouvoir du royaume doivent comprendre que nous souhaitons également qu’ils créent et influencent l’opinion publique pour soutenir les opérations militaires.

“Mon appel à vous est le suivant : vous devez comprendre qui sont les ennemis communs. Les ennemis parce que ce que vous voyez comme l’ennemi de l’État est en fait votre ennemi. Donc, c’est à vous de vous concentrer et de vous concentrer sur lui pour que nous puissions l’arrêter afin d’avoir une meilleure qualité de vie.

“Nous ne pouvons pas continuer à penser que l’armée est l’ennemi du peuple. Nous pensons donc que les médias, en changeant ce discours, en aidant à sensibiliser la population, nous permettront d’être plus efficaces dans nos actions. S’il y a des domaines dans lesquels nous avons dépassé les limites, il est nécessaire que vous nous le signaliez et nous y remédierons.

“Il est également nécessaire que vous teniez le public informé par le biais d’une couverture équilibrée de nos succès, et non pas seulement lorsque nous n’avons pas été à la hauteur ou en dessous de la moyenne. Je pense qu’il est également nécessaire de donner de l’espoir au peuple en regardant ce que nous avons réalisé.

“Je pense que nous devons être motivés par la nécessité de construire le pays parce que vous opérez parce qu’il y a un souverain et si nous perdons le souverain en raison de notre reportage par inadvertance, alors nous serons en danger”, a-t-il conseillé.

Le chef d’état-major de la défense a indiqué que les forces armées nigérianes ont, au fil des ans, obtenu des résultats sans précédent grâce à l’amélioration de la structure des forces, à l’utilisation de la technologie, à la conduite d’opérations cinétiques et non cinétiques et à l’acquisition de nouvelles plateformes.

Tout en réitérant la position non partisane des forces armées à l’égard des élections générales de 2023, le chef des armées a donné l’assurance des plans d’urgence des forces pour faciliter le bon déroulement des élections de 2023 en soutien à la CENI en collaboration avec d’autres agences de sécurité.

“En tant que force armée du peuple et de l’État, nous restons apolitiques et nous restons également soumis à l’autorité civile, subordonnés au commandant en chef et à la constitution de la République fédérale du Nigeria, car la constitution habilite le commandant en chef à donner des instructions aux forces armées et j’ai pensé qu’il était nécessaire que nous comprenions et ayons confiance dans le fait que les forces armées sont totalement subordonnées”, a-t-il ajouté.

Le Général Irabor a profité de l’occasion pour souligner la nécessité d’une réorientation du public, en particulier en ce qui concerne les opérations militaires nigérianes de ces derniers temps, dans toutes les zones géopolitiques.

Il a démenti la récente publication présumée des plans d’avortement des forces armées dans le Nord-Est, affirmant que de telles allégations n’étaient que le fruit de l’imagination de l’auteur.

Il a déclaré : “J’ai été informé par le directeur de l’information de la défense qu’il avait reçu un courrier de Reuters demandant à avoir une interview avec moi et il m’a donné une lettre écrite par une certaine Alexandra Xavis faisant toutes sortes d’allégations fallacieuses, dont beaucoup ont maintenant été publiées par le même Reuters.

“Mais j’ai dit que je n’allais pas me donner la peine de le faire parce qu’il disait que l’armée s’était engagée depuis 2013 dans un programme d’avortement planifié et il a également dit dans cette lettre que cela faisait peut-être partie du plan du gouvernement, il a également indiqué dans sa lettre que 12 000 avortements avaient été effectués mais ils ont maintenant publié qu’il s’agissait de 10 000.

“Il a poursuivi en indiquant ses sources et je me suis demandé quelles sources ? J’ai pensé qu’avec les problèmes auxquels nous sommes confrontés, je ne devais pas gaspiller mon énergie sur ce genre de choses. De plus, cela relève du domaine de ‘mon opinion est faite’ et puisque c’était la position de Reuters, je n’ai pas pensé qu’il était nécessaire pour moi de les appeler et de m’engager dans cette voie.

“Oui, nous avons un hôpital, l’hôpital de la 7e division, dans le cantonnement de Malari, où je vivais, et c’était notre principal hôpital pour le traitement de notre personnel et de leurs familles, en particulier les blessés. J’ai emmené les médias faire le tour des salles pour qu’ils voient ce que nous faisons et pour leur confirmer que la guerre est réelle et que les blessures infligées à notre personnel sont réelles, et cela a payé, et c’est pourquoi aujourd’hui le calme est revenu dans le Nord-Est.

“Nous n’ignorons pas qu’il existe des éléments extraterritoriaux qui ne veulent pas que nous vivions en paix ou que nous avancions. Je suis également conscient que l’économie de guerre a affecté de nombreuses personnes et maintenant que nous faisons des progrès, ils pensent que nous devons revenir à l’ordre vendu.”

Un effort renouvelé

Parmi les autres réalisations, le chef d’état-major de la défense a révélé que les efforts militaires renouvelés ont permis de neutraliser 362 bandits, d’étouffer les itinéraires des criminels logistiques et de démolir plus de 360 installations illégales près des emprises de la NNPC, tandis que 289 raffineries illégales ont été détruites dans la région du delta du Niger.

Il a déclaré : “Actuellement, il y a eu une augmentation de la production et des exportations de pétrole brut entre 1,5 et 1,6 million de barils et nous espérons qu’en continuant à travailler avec la NNPC, et j’espère qu’avant février, nous serons en mesure d’atteindre notre quota OPEP.

“Mais je veux que vous sachiez que notre travail en synergie avec la NNPC nous a permis d’arrêter certains des malfaiteurs qui occupaient cet espace. Nous travaillons également en étroite collaboration avec les douanes pour lutter contre la criminalité transfrontalière. Plus de 82 000 sacs de riz importé ont été saisis en collaboration avec les douanes.

” Le renforcement des opérations cinétiques et l’emploi de mesures non cinétiques ont beaucoup aidé et pour cette raison, plus de 362 bandits ont été neutralisés, nous avons récupéré 156 fusils AK-47 avec une grande cache de munitions également récupérée. “

Banditisme

Il a également déclaré que l’armée s’est attaquée au problème du banditisme dans la région du Nord-Ouest du pays, ajoutant que l’utilisation de la technologie a permis d’obtenir plus de succès.

“Dans le Nord-Ouest, nous sommes impliqués dans la recherche d’une solution à l’insécurité qui a troublé les habitants, sous les auspices de l’opération ‘Hadarin Daji’ et beaucoup de personnes enlevées et de propriétés ont été récupérées.

“Et bien sûr, pour en arriver là où nous sommes dans le Nord-Ouest, nous avons dû améliorer la structure des forces pour examiner l’ordre de bataille (OBA) et le remodeler, ce qui nous a permis de nous améliorer, et nous avons également tiré parti de la technologie, ce qui nous a donné une plus grande efficacité”, a-t-il expliqué.

Il a averti les saboteurs des forces armées qu’ils risquent des sanctions plus sévères s’ils commettent des crimes graves pouvant entraîner la peine de mort, comme le prévoit le règlement militaire.

Le général Irabor a déclaré que les activités criminelles qui se déroulent dans le pays ne sont pas uniformes mais propres aux zones géopolitiques et que l’armée est à même de les traiter toutes.

Leave A Reply

Your email address will not be published.