Le Nigéria réitère son soutien accru envers l’OACI

Propos recueillis par Timothy Choji

0 133

Le président nigéria, Muhammadu Buhari, a assuré l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) que le Nigeria continuera à offrir un soutien accru en réalisant des investissements importants dans la fourniture d’infrastructures aéronautiques pour un développement économique sûr, sécurisé, respectueux de l’environnement et durable du secteur de l’aviation civile internationale.

Le président Buhari a pris cet engagement mardi à Abuja lorsqu’il a reçu le président de l’OACI, Salvatore Sciacchitano.

Rappelant la longue histoire entre le Nigeria et l’OACI, le président a révélé :

“Le Nigeria est membre de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) depuis 1962 et n’a cessé d’apporter de précieuses contributions aux travaux du Conseil de l’OACI et à ses activités.

“Ce pays a joué un rôle clé dans le soutien à la mise en œuvre des politiques et des programmes de l’OACI au niveau international, et en particulier dans la région africaine.

“À cette fin, le Nigeria a ratifié tous les instruments du droit aérien international, à savoir le Protocole de Montréal et les amendements à certains articles de la Convention de Chicago”.

Il a précisé à son invité que le Nigeria défendait la cause de la sûreté, de la sécurité et de la facilitation de l’aviation en Afrique.

D’après les mots du président Buhari : “J’ai récemment signé la loi sur l’aviation civile 2022. Il s’agit de repositionner l’industrie pour assurer une conformité continue avec les normes de l’OACI et relever les défis d’un secteur du transport aérien dynamique et en pleine croissance”, tout en assurant au président de l’OACI que “l’industrie de l’aviation au Nigeria se développe à pas de géant.”

“J’ai également approuvé la création d’une université de l’aviation et de l’aérospatiale à Abuja pour prendre en charge la recherche et le développement dans le secteur ainsi que les défis de gestion. À cet égard, le Nigeria a déjà commencé à recevoir le soutien de membres de l’OACI comme le Qatar dans le cadre de l’initiative “Aucun pays laissé pour compte”.

Le président s’est dit confiant que le secteur de l’aviation au Nigeria continuerait à se développer, affirmant que “la feuille de route du ministère de l’aviation, supervisé par le sénateur Hadi Sirika, est en bonne voie et, avec les autres réformes de cette administration, sera maintenue”.

Tout en félicitant M. Sciacchitano pour sa réélection au poste de président du Conseil de l’OACI, le président Buhari a également apprécié le soutien dont le Nigeria a bénéficié sous sa direction, qui, selon lui, a abouti à la réélection du Nigeria lors de la 41e session de l’Assemblée de l’OACI.

Le dirigeant nigérian a informé le président de l’OACI que le secteur de l’aviation a plus que doublé sous cette administration, notant que “Il est devenu le secteur de notre économie qui a connu la croissance la plus rapide avant le COVID, selon le Bureau national des statistiques (NBS)”.

Selon lui, “le nombre de passagers est passé de 8 à 30 millions. Les cinq nouveaux terminaux aéroportuaires ont ajouté 50 millions de passagers à notre capacité. Tout cela dans le temps où nous sommes au gouvernement, à savoir sept ans et demi.”

Le ministre de l’aviation, Hadi Sirika, dans une brève remarque, a informé le président que l’événement ICAN (ICAO Air Services Negotiation), accueilli par l’autorité de l’aviation civile nigériane, “offrira aux États, qu’ils soient sur place ou qu’ils participent à distance, un lieu de rencontre central pour mener des négociations et des consultations bilatérales, régionales ou plurilatérales sur les services aériens, ainsi que des possibilités de mise en réseau pour les décideurs, les régulateurs, les opérateurs aériens, les prestataires de services et autres parties prenantes”.

Il s’est réjoui du redressement du secteur de l’aviation du pays après le COVID, le décrivant comme le deuxième meilleur au monde.

Le président de l’OACI, quant à lui, a intimé au président Buhari que la réunion offrait une opportunité d’interaction entre les participants d’environ 160 pays et les autorités de l’aviation civile du pays, ajoutant que plus de 4 000 accords sont en cours de signature par le biais d’accords bilatéraux.

Leave A Reply

Your email address will not be published.