L’OMS exhorte les parties prenantes à mettre en place un système de santé durable

Par Edward Samuel, Abuja

0 185

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a exhorté les parties prenantes du secteur de la santé nigérian à accélérer les mesures visant à mettre en place un système de santé résilient et durable dans le pays.

Le représentant de l’OMS au Nigéria, le Dr Walter Kazadi Mulombo, qui a lancé cet appel lors de la cérémonie d’ouverture du 63e Conseil national régulier de la santé à Abuja, la capitale du pays, a noté que l’instauration d’un système de santé résilient et durable permettra d’améliorer les résultats sanitaires et la couverture sanitaire universelle (CSU).

“Je conclurai en appelant toutes les parties prenantes au Nigéria à accélérer les efforts en vue de la mise en place d’un système de santé résilient et durable pour améliorer les résultats en matière de santé et la couverture sanitaire universelle.”

Il a exprimé que l’événement s’appuie sur les délibérations du dernier Conseil national spécial sur la santé qui s’est concentré sur l’application des leçons tirées de COVID-19 dans la construction de systèmes de santé résilients en vue d’atteindre les objectifs de développement durable.

“En examinant les sous-thèmes de ce Conseil national sur la santé, un effort délibéré a été fait pour refléter les domaines thématiques clés à travers les six piliers des systèmes de santé, notamment les soins de santé primaires, le changement climatique, le renforcement de la fabrication locale de vaccins et de produits biologiques, le big data et la santé numérique, l’assurance maladie et la création de partenariats essentiels.”

Le Dr Mulombo a félicité l’honorable ministre de la Santé, le Dr Osagie Ehanire, pour son leadership déterminé du secteur de la santé au Nigéria, y compris l’accueil réussi d’un autre Conseil national de la santé.

“Je dois également féliciter les honorables commissaires à la santé et le secrétaire à la santé du FCT pour les efforts considérables qu’ils déploient chaque jour au niveau infranational afin de garantir l’obtention de résultats en matière de santé publique universelle et de sécurité sanitaire, malgré des défis évidents.”

Il a noté que, lors de la 150e session du Conseil exécutif de l’OMS, le 24 janvier 2022, le directeur général, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a présenté cinq domaines de résultats prioritaires qui ont constitué la principale raison pour laquelle les États membres ont prolongé le 13e Programme général de travail (PGT13) jusqu’en 2025 lors de la 75e Assemblée mondiale de la santé.

“Ces priorités consistent notamment à aider les pays à opérer un changement de paradigme urgent en faveur de la promotion de la santé et du bien-être et de la prévention des maladies en s’attaquant à leurs causes profondes, à réorienter radicalement les systèmes de santé vers les soins de santé primaires, qui constituent le fondement de la couverture sanitaire universelle, à renforcer d’urgence les systèmes et les outils de préparation et de réponse aux épidémies et aux pandémies à tous les niveaux, étayés par une gouvernance et un financement solides pour déclencher et soutenir ces efforts, connectés et coordonnés au niveau mondial par l’OMS, exploiter le pouvoir de la science, de la recherche et de l’innovation, des données et des technologies numériques en tant que catalyseurs essentiels des autres priorités et renforcer d’urgence l’OMS en tant qu’autorité dirigeante et directrice de la santé mondiale, au centre de l’architecture sanitaire mondiale. “

Il a déclaré qu’il était réconfortant de constater que le thème et les sous-thèmes du Conseil national de la santé reflètent les priorités de l’OMS ci-dessus dans la GPW13 élargie et le programme de transformation de la Région africaine.

“L’OMS, en tant qu’organisation d’États membres, s’appuiera sur l’orientation stratégique du plan sectoriel de la santé, qui sera enrichi par les résultats de ce Conseil national de la santé, pour les traduire dans la stratégie de coopération avec le Nigéria (CCS), alors même que nous progressons vers l’établissement du budget-programme 2024-2025, dans le cadre du mandat consistant à promouvoir la santé, à préserver la sécurité dans le monde et à servir les personnes vulnérables au Nigéria.

“L’OMS a bénéficié de l’excellente coopération du gouvernement fédéral, des 36 États et du FCT. Nous avons également reçu un soutien et des ressources considérables de la part des donateurs, d’autres partenaires en développement, d’organisations de la société civile, du monde universitaire, du secteur privé et des communautés, ce dont nous sommes très reconnaissants.”

 

Joy-Josephine Enakhumeh

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.