Le leader nigérian exhorte la CEDEAO à relever les défis régionaux

Propos recueillis par Adoba Echono

0 169

Le président nigérian Muhammadu Buhari a exhorté la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à relever les innombrables défis auxquels sont confrontées les régions d’Afrique de l’Ouest.

Appel lancé par le président Buhari lors de la 62e session ordinaire du sommet des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO à Abuja, la capitale nigériane.

D’après lui, le sommet de cette année représente la 8e édition que le Nigeria, sous sa direction depuis 2015, a eu l’insigne honneur d’accueillir.

Le président a ajouté que toutes ces occasions, y compris le 62e sommet, ont apporté honneur et respect au Nigeria, car le pays a continué à être au centre d’une solidarité soutenue et d’efforts de collaboration pour maximiser les relations afin de relever les défis communs avec les pays de la CEDEAO et les citoyens de la communauté.

Il a rappelé qu’en juillet, l’équipe de direction précédente de la Commission de la CEDEAO, dirigée par Jean-Claude Kassi Brou, a pris congé de lui en tant que pays hôte de l’organisation et a reçu en retour la direction dirigée par Dr Omar Alieu Touray.

Nouvelle direction

Tout en remerciant la direction sortante pour les services qu’elle a rendus à l’organisation et en lui souhaitant bonne chance dans ses projets futurs, le Président Buhari a souhaité la bienvenue à la nouvelle direction et l’a assurée de l’engagement sans équivoque du Nigeria à assurer ses succès collectifs pour l’organisation sous-régionale.

Selon le Président Buhari : “Lorsque j’ai reçu la nouvelle équipe de direction, j’ai eu l’occasion de lui souligner, au nom de l’autorité, qu’elle prenait ses fonctions à un moment où de multiples défis l’obligeaient à faire preuve d’innovation et de créativité.

“L’enregistrement des succès dans ces domaines qui feront avancer la vision des pères fondateurs de la CEDEAO, se situe dans leur résolution collective à s’assurer que les réformes de notre organisation qui ont commencé, sont exécutées de manière fidèle par la nouvelle direction et à travers toutes les institutions de la CEDEAO.

“Il n’y a pas d’alternative à une organisation intelligente qui fournit des services à ses citoyens. La nouvelle direction doit donc travailler 24 heures sur 24 pour trouver des solutions durables à la multiplicité des défis qui assaillent notre sous-région. La formulation de solutions plus claires et réalisables trouverait la faveur de la volonté politique de l’Autorité pour une mise en œuvre stratégique afin de satisfaire les aspirations des citoyens de la communauté à travers des projets qui ont un impact positif immédiat et direct sur eux.”

Buhari, dans ses mots d’adieu en accueillant le sommet, a remercié la CEDEAO pour l’excellente relation de travail qu’il a entretenue avec chacun des dirigeants au cours des sept dernières années et demie.

“Au cours de cette période, nous avons collectivement réalisé beaucoup de choses pour la région, malgré les défis émergents qui exigent que nous nous engagions à nouveau à faire beaucoup plus maintenant et à l’avenir.

“Permettez-moi de vous remercier, frères Chefs d’Etat et de Gouvernement, pour la confiance que vous m’avez accordée en me désignant Champion régional sur le COVID-19, une opportunité qui m’a amené à travailler en étroite collaboration avec les Ministres sectoriels, la Commission de la CEDEAO ainsi que l’Organisation Ouest Africaine de la Santé pour développer des mécanismes régionaux qui ont atténué les effets de la pandémie du COVID-19.

“Sans aucun doute, l’engagement des États membres a apporté des résultats très positifs, puisque l’Afrique de l’Ouest est devenue l’une des régions ayant le taux de mortalité le plus faible, non seulement sur le continent, mais aussi au niveau mondial.

“Malheureusement, certains de nos acquis, notamment en ce qui concerne la démocratisation complète de notre espace de gouvernance, ont été et continuent d’être confrontés à de graves menaces liées à des changements anticonstitutionnels de gouvernement, comme on l’a vu au Mali, au Burkina Faso et en Guinée.

“La Commission doit donc travailler plus assidûment pour achever la révision et l’harmonisation des protocoles sur la bonne gouvernance et la démocratie, car cela permettrait à notre sous-région de soutenir nos efforts collectifs pour approfondir non seulement la démocratie mais aussi les dividendes de la bonne gouvernance pour les citoyens de la Communauté.

“Dans le même ordre d’idées, il est urgent de mettre pleinement en œuvre le plan d’action régional de lutte contre le terrorisme et d’autres actes criminels dans la sous-région, car une sécurité accrue soutiendra les efforts de gouvernance nationale qui assureront la croissance et le progrès de notre sous-région”, a également noté M. Buhari.

Le Président de la Commission de la CEDEAO, Dr Omar Alieu Touray, dans ses remarques, a précisé que la réponse de la CEDEAO aux défis qui assaillent la région ne peut pas être une affaire habituelle.

Dr Touray a également évoqué que la nouvelle direction de la CEDEAO a pris ses fonctions à un moment critique dans les efforts d’intégration régionale.

Il a ajouté que juste au moment où la région se remettait des effets de la pandémie du COVID-19, la communauté est à nouveau confrontée à des difficultés sécuritaires et économiques majeures.

“Le taux de croissance moyen est passé de 4,2 % en 2001 à 4 % en 2022 ; l’inflation a bondi de 10,4 % en 2021 à 12,5 % en 2022. La plupart de nos pays ont enregistré des déficits budgétaires croissants, une augmentation de la dette publique et des problèmes de balance des paiements plus importants.

“Les sources d’insécurité dans la région continuent de croître, du terrorisme et de l’extrémisme violent au changement anticonstitutionnel de gouvernement, aux crimes organisés crises écologiques et aux fake news. Le terrorisme, en particulier, a continué de menacer notre région, s’étendant du Sahel aux États côtiers. De même, la vague de coups d’État et de contre-coup d’État continue d’inverser les gains démocratiques réalisés au fil des ans. En effet, excellences, jamais auparavant notre région n’a été confrontée à autant de difficultés en même temps. Notre réponse en tant que communauté ne peut être une ”question d’affaire lucratif comme il a été”, a déclaré M. Touray.

“C’est dans ce but que nous avons identifié quatre objectifs stratégiques qui seront au centre de notre gestion au cours des quatre prochaines années. Nous les appelons les 4 par 4 (4 x 4) de la Commission.

“Ces objectifs sont les suivants Renforcement de la paix et de la sécurité dans la région ; approfondissement de l’intégration économique et sociale ; bonne gouvernance et leadership ; développement inclusif et durable”, a-t-il laissé entendre.

Prix d’excellence

Un autre moment fort de la cérémonie a été la remise du Prix d’excellence de la CEDEAO à des citoyens méritants, au cours de laquelle le Premier Président de la République de Gambie, feu Sir Dawda Kairaba Jawara, a reçu, à titre posthume, le Prix des personnalités éminentes. Sa veuve, Lady Chilel Jawara, et ses fils, Dawda Jawara Junior et Ebrima Jawara, représentaient la famille pour recevoir cet honneur.

Feu Sir Dawda a été récompensé pour son leadership, le rétablissement de la paix dans la sous-région, la création de l’ECOMOG et pour avoir défendu et fait de Banjul le foyer des droits de l’homme.

Le prix comprend un chèque de 20 000 dollars, une plaque et un certificat.

Les autres lauréats étaient le chanteur sénégalais Omar Penn, deux Nigérians, l’écrivain Wole Soyinka et le magnat des affaires Tony Elumelu.

 

Avec Joy-Josephine Enakhumeh

Leave A Reply

Your email address will not be published.